L'Algérie condamne "avec force" les attaques ayant ciblé des localités dans le nord du Mozambique    Elections législatives dimanche au Mali, 1.400 candidats en lice pour 147 sièges    LUTTE CONTRE LE COVID-19 : Chorfi appelle au respect des règles de prévention    UN NUMERO VERT MISE EN PLACE A ORAN : Les citoyens appelés à dénoncer les spéculateurs    COUR D'ALGER : Le Parquet général exclut l'atteinte de Karim Tabbou d'un AVC    AFFAIRE DU PROCUREUR ADJOINT DE TIARET : Le Syndicat national des magistrats réagit    La direction d'Al Nasr dément tout contact avec Feghouli    Coronavirus - Ancelotti : "J'espère que cela nous changera tous"    45 nouveaux cas confirmés, dont 03 décès en Algérie    MOSTAGANEM : La gendarmerie saisit 10 quintaux de blé tendre    MOSTAGANEM : Un exercice de simulation pour l'évacuation et le secours d'un malade atteint du virus    Palestine: attachement à la terre et lutte jusqu'à la libération de la patrie    L'ancien DGSN Bachir Lahrache n'est plus    Accidents de la circulation: 12 morts et 15 blessés durant les dernières 48 heures    "Karim Tabbou souffre d'une paralysie partielle"    "C'est un acharnement politico-judiciaire"    L'Union des ordres des avocats dénonce "une violation flagrante des lois"    Pour cause de la pandémie du Covid-19 : Le trafic aérien suspendu à 95% en Afrique    Tunisie : Le coronavirus n'a pas empêché les tensions entre les trois présidences    L'AIE tacle l'Arabie Saoudite et la Russie    Hamid Bessalah désigné président du conseil d'administration    Sofiane Nechma. Entraîneur de l'USM Blida : «Je reviens de loin»    Le MCO retournera à Bouakeul    NA Hussein Dey : Le Cas de l'entraîneur Bouali en stand-by    Injection de 5 000 milliards de dollars dans l'économie mondiale    Algérie Telecom : Modification des horaires    Lancement d'un bureau de poste itinérant    A propos d'Alger !    Le personnel médical de l'hôpital de Boufarik en colère    La direction de la santé d'Oran lance un appel au bénévolat    Expositions et concours en un clic !    "Night in Zeralda", un tube immortel    À la découverte de l'Opéra de Paris    Evènement marquant de la révolution à Constantine : Le procès du groupe des 21    Maison de la culture de Aïn Témouchent : Création d'une plateforme électronique pour les enfants    Parution. «Le bonheur d'être algérien» de Fadéla M'rabet : Une terre, une fierté    Blida en confinement: La peur commence à s'installer    INSTINCT ET SOLIDARITE    Rapatriés une fois la quarantaine terminée: Le nombre d'Algériens bloqués à Istanbul intrigue    «El Qaria» (Bousfer): Les habitants dénoncent la dégradation de leur cadre de vie    Pour ceux qui le souhaitent: Un vol pour rapatrier «des citoyens américains» d'Algérie    Pandémie Covid-19: the year after!    Belfodil partira en finde saison    Le FNDC dénonce des violences après le double scrutin de dimanche    L'infrangible lien…    Les feuilles de l'automne    Illustration d'activités gouvernementales: les médias instruits d'"éviter" les archives    QUAND LA VIE ET LA MORT SE PRENNENT LE BRAS    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'instance présidentielle veut mettre fin aux dysfonctionnements du parti
Crise du FFS
Publié dans Le Soir d'Algérie le 26 - 02 - 2020

Le plus vieux parti de l'opposition cherche à retrouver son unité mais se heurte à chaque fois à une digue qui l'empêche de retrouver sa cohésion. Divisé en deux parties, dont chacune s'est dotée d'une direction, l'une accusant l'autre d'être à l'origine de la scission, le FFS tente de dépasser une situation qui l'asphyxie.
Karim Aimeur - Alger (Le Soir) - Censé régler la crise qui le secouait, le congrès extraordinaire du 20 avril 2018 n'a fait qu'approfondir le conflit. L'équipe d'Ali Laskri, coordinateur de l'instance présidentielle, en est sorti renforcé par la légitimité que lui avait conférée l'instance suprême, mais affaibli par la contestation qui prenait de l'ampleur à tel point que sa direction était contrainte de quitter le siège national du parti, occupé par ses opposants qui ont installé leur propre direction.
Pour mettre fin à ce conflit, un comité ad hoc composé de représentants des deux ailes a été installé le 10 octobre 2019 par l'instance présidentielle dans le but de réunifier les rangs. Il est chargé de préparer une réunion du conseil national, sur la base de la composante de la session tenue le 25 janvier 2019, incluant les membres sanctionnés après le congrès extraordinaire.
Ce comité ad hoc a adressé son rapport à l'instance présidentielle qui en a fait l'annonce mais qui s'est tue sur le contenu du rapport. «L'instance présidentielle a pris connaissance du rapport de synthèse que lui a transmis le comité ad hoc au terme de sa mission de préparation d'un conseil national rassembleur», a fait savoir l'instance présidentielle dans un communiqué.
Exprimant sa reconnaissance au comité ad hoc «pour son sens élevé des responsabilités et la rigueur qui ont animé ses travaux dans une démarche inclusive», l'instance coordonnée par Ali Laskri a souligné que cette mission «a permis de confirmer le souhait d'une large majorité des membres du conseil national et de la base militante de rassembler le parti en soulignant la nécessité et l'urgence de cette action.
L'instance présidentielle, après évaluation de ce rapport et concertation de ses membres, prendra prochainement les décisions appropriées pour mettre fin aux dysfonctionnements de notre parti, et assurer le rassemblement de notre famille politique», a conclu l'instance présidentielle, sans annoncer aucune date pour la tenue de la réunion du conseil national.
Le comité ad ho a appelé récemment à substituer à la haine et l'affrontement entre camarades, la culture du dialogue, du compromis et de la conciliation. Dans un autre communiqué signé par le premier secrétaire national, Hakim Belahcel, le FFS s'est dit consterné par les verdicts «inqualifiables» rendus par le tribunal de Sidi-M'hamed contre une vingtaine de manifestants condamnés à la prison ferme, en début de semaine alors que le procureur avait demandé leur acquittement.
«Le FFS dénonce cette nouvelle cabale judiciaire qui réaffirme la nature despotique du régime algérien et qui démontre surtout l'allégeance endémique de l'appareil judiciaire algérien aux injonctions autoritaires des vrais tenants du pouvoir», lit-on dans le communiqué.
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.