Rapatriement de 740 ressortissants algériens bloqués en Turquie    Extension du confinement partiel à toutes les wilaya et rallongement des horaires pour neuf autres wilayas à compter de dimanche    Karim Tabbou pas concerné par la grâce présidentielle    Le président Tebboune interdit les cadeaux entre responsables de l'Etat    ORAN : Deux secteurs seulement pourvoyeurs d'emplois    Le commissaire à la paix de l'UA rend un vibrant hommage au défunt Khadad    SIDI BEL ABBES : 2 bureaux de Poste mobiles pour le versement des salaires de la police    Coronavirus : la Cnep-Banque prend de nouvelles mesures    MOSTAGANEM : L'Association Salsabil intensifie ses actions envers les établissements de santé    Real Madrid: l'agent d'Hakimi dément un accord    La chute de la maison Bouteflika    80 nouveaux cas confirmés et 25 nouveaux décès en Algérie    Pétrole : les pays de l'Opep+ décidés à agir pour stabiliser les cours de l'or noir    JM d'Oran: vers l'organisation d'un maximum de manifestations sportives pour tester les infrastructures    Covid-19: des aides financières au profit des artistes dont les activités sont suspendues    Convention reportée, candidats confinés et vote à distance : L'inédite course à la Maison-Blanche    Un million de signatures pour un cessez-le-feu mondial    Trois journalistes placés sous contrôle judiciaire    L'Unep mobilise les entreprises publiques    Le MJS, la FAF et la LFP ne veulent pas d'un championnat à blanc    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    USM Alger : Le groupe Serport engagé contre le Covid-19    JSM Béjaïa : Hammouche plaide pour une meilleure reprise    Premier prototype de respirateur artificiel 100% algérien    Douanes : entrée en vigueur des mesures exceptionnelles    Boudouaou : Distribution défaillante du lait en sachet    Hirak : la machine judiciaire toujours fonctionnelle    Wilaya de Tizi Ouzou : Les actions citoyennes solidaires se multiplient    Le chef de file de l'opposition malienne toujours introuvable    "Nous avons encore une vision très normative de la création théâtrale"    Le geste fort d'Aït Menguellet en faveur des détenus d'opinion    Cela s'est passé le 29 mars 1956 à Constantine : L'assassinat du commissaire principal Jean Sammarcelli    Théâtre régional Azzeddine Medjoubi d'Annaba : Riche programme virtuel pour le public confiné    Hommage à la «princesse rouge» : Son Altesse populaire    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    Pour faire face à la suspension des cours: Un «plan d'urgence» pour l'Education    Pour avoir publié une vidéo «alarmiste visant à tromper l'opinion publique»: Une femme arrêtée à Oran    Traitement à la chloroquine: L'optimisme du ministre de la santé    LFP: La Ligue fait un don d'un milliard de centimes    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    L'ex-directeur de l'éducation: Tahar Brahmi n'est plus    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    Mines antipersonnel: l'Algérie marque le journée internationale de sensibilisation au problème    Décès de Kheddad: l'Organisation américaine des juristes rend hommage à un défenseur incontestable et un négociateur assidu    Hamel écope de 15 ans de prison ferme    Appel à la libération des détenus d'opinion    Sahara occidental : Décès du diplomate M'hamed Kheddad    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Litige entre élus et administration autour du portrait du Président Tebboune
Tizi Ouzou
Publié dans Le Soir d'Algérie le 27 - 02 - 2020

Convoquée pour hier pour débattre du développement local, la session extraordinaire de l'APW a failli être renvoyée sine die. En cause, le non-affichage du portrait officiel du chef de l'Etat, Abdelmadjid Tebboune, au sein de l'hémicycle de l'Assemblée, lieu du déroulement des débats.
Des débats qui ont démarré avec plus de trois heures de retard et après de longs conciliabules entre les élus et le wali, qui aurait menacé de boycotter les travaux si le portrait à l'effigie du Président Tebboune n'était pas remis à sa place, faisant valoir le respect de la tradition républicaine et protocolaire.
Une pratique à laquelle ne veulent pas se soumettre de nombreux élus qui se recrutaient, principalement, parmi ceux du FFS et du RCD qui entendent rester sur le principe du rejet de l'élection présidentielle du 12 décembre 2019 refusant, par conséquent, de reconnaître la légitimité du Président qui a été élu à l'issue de ladite consultation électorale.
Finalement, les points de vue ont fini par se rapprocher, pour permettre le démarrage de la session, au bout de longs conciliabules. Visiblement, la situation divise, au sein même du groupe majoritaire, le FFS dont certains élus sont restés sur la ligne de refus de cette disposition controversée en continuant à l'exprimer dans les travées mêmes de l'Assemblée. Cela, contrairement au P/APW issu du même parti qui, lui, semble déplorer la querelle autour de l'affichage du portrait du chef de l'Etat, parlant de «cafouillage», voire même d'un détail qui ne devait même pas donner lieu à une telle perte de temps.
«Ce qui nous importe en tant que militants politiques qui assumons totalement nos responsabilités et en tant qu'élus du peuple, c'est la pérennité de l'Etat algérien, et nous n'allons céder ni au chantage, ni aux pressions lorsqu'il s'agit de l'Etat algérien et de son unité», dira Youcef Aouchiche qui se dit opposé à ce que la wilaya de Tizi-Ouzou s'isole du reste de l'Algérie. Nous sommes une wilaya qui appartient à ce pays et nous allons continuer à défendre ce principe, quel que soit le prix à payer. Nos aïeux l'ont fait pendant les années de braises et nous allons encore porter le flambeau de l'Etat algérien, indépendamment des personnes et de ceux qui représentent l'Etat. Donc, nous continuerons de croire que la wilaya de Tizi-Ouzou et l'ensemble de la région de Kabylie ne pourront exister en dehors du destin national commun; comme il n' y aura pas un avenir pour l'Algérie sans la Kabylie», a martelé le P/APW. «C'est notre principe, notre cheval de bataille et notre politique que nous allons mener jusqu'au bout. Ce qui nous importe aujourd'hui, c'est le développement de la wilaya, le bien-être de nos concitoyens. Ce qui nous importe, ce sont les engagements et les promesses que nous avons faits et qui sont très attendus par nos concitoyens», conclura-t-il.
Sur les travaux de cette session extraordinaire, les élus auront à débattre, durant deux jours, de la situation des différents programmes sectoriels et la croissance économique, du développement économique et l'amélioration du cadre de vie du citoyen ainsi que des opérations de développement local, inscrites au profit de la wilaya dans le cadre des programmes sectoriels ou des PCD.
Autre fait notable à signaler : les problèmes organiques qui sont nés au sein du RCD ont fini par atteindre son groupe d'élus à l'APW. Celui-ci vient de connaître une scission, avec la composition d'un deuxième groupe sous le sigle d'indépendants.
S. A. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.