Bayern : Le père d'Alaba dément pour le Real Madrid    Mondial de Handball: l'Algérie s'incline face au Portugal (26-19)    Milan AC : C'est officiel pour Mandzukic    Dalila Touat condamnée à 18 mois de prison ferme    Relaxe pour les hirakistes d'Oran    Le verdict en appel de trois activistes renvoyé au 25 janvier    Situation kafkaïenne des souscripteurs    Hausse des prix des pâtes alimentaires : Certains opérateurs pointés du doigt    Les raisons de la pénurie    Instruction aux walis    Importation des véhicules neufs : Qu'est-ce qui retarde la délivrance des agréments provisoires ?    Signature d'une convention de partenariat avec l'Inapi    La décision de Trump en cours d'examen par le staff de Biden    "Biden ne fera pas de bouleversements exceptionnels"    Des dizaines de victimes au Darfour-Sud    Le président Touadéra officiellement réélu en Centrafrique    La mouture de la commission Laraba favorise les partis de l'ancienne majorité : Les écueils aux changements maintenus    Chanegriha supervise l'exercice tactique «Al-Hazm 2021»    Brahim Laâlami reste en prison    L'Algérie s'impose face à la Libye    La FAF a-t-elle enfreint le décret exécutif 15-73 ?    Des soucis pour Dumas    «L'acquisition de plusieurs vaccins est une bonne décision»    Sit-in de protestation des étudiants de 3e année de médecine    Secteur de l'éducation à Béjaïa : Entre grands besoins et sept nouveaux projets notifiés    Affichage d'une liste provisoire des bénéficiaires de 1 146 logements    Opération «les trottoirs pour les piétons»    Les prestations suspendues jusqu'au 8 février    Rêver à perdre la raison !    L'artiste Reche Safia honorée par les siens    L'IFA lance son premier appel à projets cinématographiques 2021    Joe Biden : Le «rassembleur» à l'épreuve d'une Amérique meurtrie    Les technologies embarquées bousculent la mécanique d'autrefois    Donald Trump : La fin de son mandat lui coûte une fortune    Kamala Harris, une vice-présidente historique    Edition amazighe à Béjaïa : L'APW offre 11 000 livres pour les établissements scolaires    Ineffable Art et Culture, le magazine culturel digital 100 % algérien : Figourra, un concept « brosseur » de portraits    OM Arzew: Le CSA, ou la source des problèmes    Mostaganem: Saisie de boissons alcoolisées, une arrestation    Le procès en appel du DG d'Ennahar reporté au 1er février    TRUMP ET LES DEMONS DE LA GUERRE DE SECESSION    Projet de révision de la loi électorale: Le candidat à la présidentielle doit déposer une garantie financière    La solidarité ne va qu'aux nécessiteux    MC Alger: L'appétit vient en mangeant    Dossier mémoriel Algérie-France: Le rapport Stora remis demain à l'Elysée    Lettre à une jeune étudiante    Restauration de la mosquée du Pacha: Lancement des travaux le mois de mai prochain    259 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les assurances de Djerad
À partir de Blida
Publié dans Le Soir d'Algérie le 31 - 03 - 2020

Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, s'est voulu rassurant, hier lundi, à l'occasion de sa visite à Blida. Au personnel médical, il a promis davantage de matériels de protection alors qu'aux citoyens, il assure qu'il n'y a pas de crise alimentaire. Djerad reconnaît les insuffisances du système de santé et préconisera sa refonte, assurant qu'il y avait désormais un «monde d'avant et d'après-coronavirus ».
Nawal Imès - Alger (Le Soir) - Soumise au confinement total, la ville de Blida a accueilli hier le Premier ministre. Sans surprise, c'est vers l'hôpital Frantz-Fanon qu'il s'est dirigé. Son personnel est en première ligne dans la lutte contre le coronavirus, notamment au niveau du nouveau service de réanimation mis en marche récemment pour la prise en charge des personnes infectées, disposant de 60 lits équipés d'appareils respiratoires et où sont actuellement hospitalisées 26 personnes. Le Premier ministre, vêtu d'une combinaison de protection, lui a d'ailleurs rendu hommage,tout en s'inclinant à la mémoire des personnes ayant perdu la vie après avoir été contaminées. Djerad n'a pu ignorer les nombreux appels du corps médical qui réclame, depuis le début, davantage de moyens de protection. Il a d'ailleurs promis à l'ensemble du personnel du secteur public, la mobilisation de tous les moyens de l'Etat pour lui fournir le matériel nécessaire. S'adressant au personnel de santé, Djerad dira qu'il représentait une « véritable armée » dont le pays avait vraiment besoin en ces temps de crise. Le Premier ministre a, néanmoins, reconnu que le système de santé n'était pas dépourvu de lacunes, et que l'épidémie en cours les avait mises à nu. Il faut, dit-il, se projeter pour reconstruire un système plus fort grâce à des compétences nationales auxquelles il dit croire. Pour le Premier ministre, s'il y a, en effet, une crise sanitaire au cœur de laquelle se trouve la ville de Blida, il n'y a, dit-il, ni crise alimentaire ni d'approvisionnement. Les difficultés que rencontrent les citoyens pour s'approvisionner sont essentiellement dues aux pratiques spéculatrices et aux tentatives de certains de créer la pénurie.
La réaction de l'Etat sera à la hauteur de l'appétit vorace des spéculateurs. S'adressant à la population qui subit les contrecoups du confinement, Djerad s'est voulu rassurant, affirmant que l'Etat « ne laissera personne sans assistance ».
En dépit des difficultés financières que traverse le pays, notamment en raison de la dégringolade des cours du pétrole, aucune famille ne sera laissée-pour-compte ou abandonnée, assure-t-il. Des mécanismes locaux sont en train d'être mis en place pour venir en aide notamment aux travailleurs journaliers qui sont privés de leurs revenus en raison du confinement, promet-il, allusion à la dernière instruction émise et qui en appelle à la mobilisation de la société civile au niveau local pour activer les mécanismes d'entraide.
Evoquant les bouleversements que l'épidémie aura induits, le Premier ministre a assuré qu'il y avait désormais un monde d'avant et un autre d'après -coronavirus, dans lequel l'Algérie va devoir lier son destin via des relations internationales basées sur l'intérêt de l'humain. Autre leçon de cette crise : la nécessité de réduire la dépendance alimentaire du pays en encourageant les producteurs et le produit local.
N. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.