Conseil des ministres: Le projet d'ordonnance sur le Régime électoral adopté    Environnement hostile    Comment vaincre l'échec ?    Ils se sont rassemblés à Constantine: Retraités et radiés de l'ANP reviennent à la charge    Abderrahmane Benkhalfa: «Passer à une stratégie de lobbying international»    Ligue 1 - Mise à jour: Le CRB avec quel état d'esprit ?    MC Oran: Un statut à fructifier    ASO Chlef: Un club à la dérive !    Chlef: Sept morts et trois disparus dans des inondations    Tizi Ouzou: Un véhicule prend feu, 7 personnes brûlées    Constantine: Trois morts et deux blessés dans un accident de la route    Les efforts de l'Etat nécessitent une contribution des différents partenaires    Les partis politiques s'y préparent    Abrégée et interdite aux femmes et aux enfants    130 nouveaux cas confirmés, 03 morts et 118 guérisons    C'était un certain 08 mars 2007    Une campagne prématurée    Le vieux rêve prend forme    Le MCO rejoint l'ESS en tête    Ramos a trois semaines pour trancher    Brèves Omnisports    Les armes de la cyberguerre    La fabrique des mensonges!    Un webinaire international organisé mercredi    Le président Tebboune présente ses condoléances    Cinq personnes tuées dans une embuscade au nord du pays    Un réseau de narcotrafiquants démantelé    La mairie de Mizrana fermée    Les propriétaires réinvestissent la rue    La Dgsn célèbre la Journée internationale de la femme    «Les femmes ont joué un rôle décisif dans l'histoire de l'Algérie»    «Le vieux renard» revient à bouzeguène    Le double combat de la femme algérienne    Formation sur la fabrication de fromages au profit de la femme rurale    Sabri Boukadoum en visite au Togo    Entrepreneuriat féminin: un concours pour valoriser les femmes créatrices de richesse    CAN-2021 (U17) : "L'EN attend toujours l'autorisation pour s'envoler au Maroc"    Pour un manifeste des femmes algériennes    Futur parti pour une majorité présidentielle?    La militante sultana khaya victime d'une tentative d'élimination physique    Le Président Tebboune présente ses condoléances à son homologue sahraoui suite au décès de sa mère    Ligue 1 CRB-CSC : le Chabab pour renouer avec la victoire    L'heure du bilan    Actuculte    Scènes de guérilla urbaine après l'arrestation d'un opposant    Au moins 90 morts dans des combats à Marib    Mechichi tente l'apaisement    Le «tintamarre» Yasmina Khadra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De la diète pédagogique à la «boucherie»
ECOLE
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 06 - 2020

Deux images viennent à l'esprit en apprenant les dates de la reprise scolaire. La première est celle d'un conseil de classe de fin d'année. Un collègue propose l'admission d'un élève dont la moyenne est bonne chez lui, mais catastrophique dans toutes les autres disciplines. À l'unisson, ses collègues se sont écriés : «Mais tu vas l'envoyer à la ‘'boucherie'' !» C'était une formule courante... jadis.
La deuxième image nous amène sur un terrain de football. Tel joueur reprend la compétition de façon inappropriée alors qu'il est inactif depuis une longue durée. Au premier geste, il s'écroule. Diagnostic médical : claquage grave.
Le ministère de l'éducation nationale vient de donner les modalités de passage en classe et au cycle supérieurs.
À l'évidence, le passage est donc acté à partir d'un corpus d'apprentissages portant uniquement sur deux trimestres. Passent à la trappe les leçons du troisième trimestre, connues comme étant les plus décisives dans la poursuite des études en classe supérieure.
Il est évident que les perdants sont les élèves eux-mêmes et d'une manière plus globale l'école et l'université algériennes. Imaginons des élèves de 5e AP, de 4e AM et de 3e AS qui accèdent respectivement au collège, au lycée et à l'université avec le lourd déficit des apprentissages/compétences programmés au troisième trimestre. Cerise sur ce gâteau «empoisonné» : les moyennes de passage, revues à la baisse (en dessous de 10), aggravent davantage le vide occasionné par l'absence du 3e trimestre.
Tout le monde s'attendait à une décision mûrement réfléchie, et ce, après consultation des acteurs du terrain et éventuellement des psychologues. Voilà qu'on décide comme si l'année scolaire actuelle s'était déroulée normalement. Ignorées les fâcheuses conséquences du confinement et de la diète pédagogique imposée à nos élèves. À ne plus rien comprendre !
Que faire ?
Sans revenir dans le détail des propositions faites dans une contribution précédente (in le Soir d'Algérie du samedi 13 juin 2020 : «Sauver l'école et pas seulement l'année en cours»), il y a urgence de revenir au bon sens.
À commencer par la mise en place d'une commission «ad hoc» MEN/partenaires sociaux pour plancher et analyser la situation en vue d'un sauvetage de l'année en cours et de celle qui vient.
Dans une émission de la Chaîne II, les secrétaires généraux du Snapest et du Satef ont avancé des propositions pertinentes. Ils ont affiché une saine volonté d'entreprendre avec leurs confrères des autres syndicats une action salutaire : prendre langue avec le ministère pour revoir la copie. Les points à éclaircir sont nombreux :
- revoir le calendrier des examens et de la rentrée scolaire ;
- dispenser les leçons du 3e trimestre dans les disciplines de spécialité pour les lycéens et celles dites fondamentales («essentielles») pour les autres niveaux. Cela après une phase de remise à niveau psychologique et pédagogique (révision) ;
- faire des propositions pour un examen du bac allégé en nombre de jours et en nombre d'épreuves. Voir avec le ministère de l'Enseignement supérieur pour un calendrier différé des inscriptions. Forcément, l'université aussi est confrontée à l'exigence d'un réaménagement de son année 2020/21 ;
- revoir les modalités de passage des autres classes pour garantir un minimum de crédibilité à l'acte pédagogique (voir in Le Soir d'Algérie du 13 juin).
L'importance de cette concertation MEN/partenaires sociaux est cruciale, d'autant plus que les dates de reprise posent problème. En fixant la date de reprise des cours au 4 octobre, on rajoute du stress à nos élèves : soient 6 mois pleins de «diète des apprentissages». Encore une fois, les réflexes archaïques ont la peau dure dans nos mentalités : seuls les examens de fin de cycle nous préoccupent. Cette date du 4 octobre donne à voir le peu d'intérêt que l'on porte aux élèves des autres niveaux. Seuls comptent les classes d'examen... pour exhiber le trophée d'un taux de réussite éclatant mais... «dopé» comme de coutume dans les moments difficiles. Calmer la rue ! Acheter la paix sociale ! Quitte à envoyer nos enfants au «casse-pipe» l'année d'après. Non, l'éducation n'est pas affaire de calculs égoïstes. Elle repose sur les progrès des sciences ; sinon, elle devient bricolage, et... le charlatanisme n'est plus loin.
A-t-on convoqué les progrès scientifiques pour analyser la situation induite par la crise sanitaire sur les élèves ? Dans une telle situation et devant un avenir scolaire qui risque de s'assombrir, il est impératif d'avoir une approche multidisciplinaire. Et de se rapprocher des neurosciences, de la chronobiologie adaptée aux rythmes scolaires, de la docimologie pour une évaluation saine des acquis des élèves, des sciences psy pour mesurer les dégâts sur le psychisme de nos élèves (et les résorber) et des pédagogues chevronnés.
Comme l'a si bien dit Meziane Meriane du Snapest, «une circulaire ministérielle n'est pas le Coran». Et si, finalement, de cette circulaire controversée – non sacrée – naissait une solidarité tous azimuts pour sauver la scolarité de nos enfants — et pas seulement les examens de fin de cycle de cette année 2019-2020 ? Le ministre a largement le temps de revoir la copie et pourquoi pas... de lancer les bases d'un chantier passionnant, celui de la Refondation de l'école algérienne. Ce n'est pas seulement dans les bureaux administratifs que se préparent les bonnes décisions. C'est même l'effet contraire qui en découle souvent. Seul compte la concertation avec les acteurs du terrain, à la lumière des progrès scientifiques.
A. T.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.