Des bureaucrates entravent la mise en œuvre du programme du président Tebboune    L'ONU appelée à trouver une solution juste et définitive à la question sahraouie    Réunion FIFA-CAF consacrée à la préparation du retour des activités footballistiques    Installation des nouveaux présidents et procureurs généraux aux Cours de justice de Tiaret et Relizane    Ressources en eau: la nouvelle loi relative à l'eau fin prête    Prix Katara pour le roman et l'art plastique: des plasticiens algériens primés    Ali Haddad transféré vers la prison de Tazoult    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    TP: nouveaux projets d'investissement sur la base de la rentabilité et de l'éfficacité    La drôle de démarche d'un syndicat    Quand la sardine prend des ailes    Rénover et démystifier le "contrôle" pour optimiser la gestion locale    Hausse de la production à Chlef    La défense fait appel    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    Kamala Harris comme colistière de Joe Biden    Nouvelle agression militaire israélienne contre Gaza    L'Algérie parmi les premiers pays à avoir dépêché une délégation médicale et des aides au Liban    La traque d'un "sulfureux" général    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    Nivellement par le bas, suite et pas fin !    Pour Toko-Ekambi «tout est possible sur un match»    Boudebouz écarté du stage de Dinard    Le procès Tliba reporté au 2 septembre    14 nouveaux départs de feu déclarés    Vers le report de la rentrée    11 décès et 495 nouveaux cas en 24 heures    Un baccalauréat des plus atypiques des révisions chamboulées    La colère de Tebboune    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Journées nationales du costume algérien sous le thème «Mon costume, ma mémoire, ma culture»    Des Algériens parmi les auteurs les plus attendus    L'esprit joyeux et la sincérité de «Aâmmi Bachir», les secrets de sa notoriété    Réouverture des plages et reprise des activités hôtelières : Le ministère du Tourisme adopte un protocole sanitaire    A partir de samedi : Réouverture de 429 mosquées    Dr Fawzi Derrar. Virologue et directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) : «Il me paraît peu probable d'avoir un vaccin avant la fin de l'année»    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    L'apolitique supplante le politique ?    Presse: Il faut crever l'abcès !    Skikda - Programme AADL 2 : les souscripteurs protestent    L'instit, l'obole et la révolution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Makhloufi et tous les autres !
Mémento
Publié dans Le Soir d'Algérie le 06 - 07 - 2020

Le cri de détresse de Taoufik Makhloufi n'est pas sans raison. Il exprime le ras-le-bol des sportifs à l'égard de ceux qui ont la charge du sport, clubs, ligues, fédérations et ministère inclus. C'est une situation qui ne date pas d'hier. Makhloufi est juste l'expression de ce marasme, ce dégoût qui enveloppe l'état d'humeur des athlètes. Avant lui, d'autres sportifs ont tenté d'alerter l'opinion publique sur les obstacles qui entravent leur carrière. Ils sont représentatifs de toutes les disciplines sportives : judo, boxe, natation, handball, karaté, etc. Si bien que la cause Makhloufi et tous ceux qui sont bloqués à l'étranger était entendue. Faute de moyens en Algérie, ils ont dû effectuer de longs et périlleux voyages à la recherche d'un site de préparation que l'Etat algérien pouvait leur offrir. En restaurant simplement les infrastructures implantées à travers le pays-continent mais dont l'état de délabrement a atteint des stades avancés. Seraidi, Yakouren, Talaguilef et beaucoup d'autres sites pouvaient les accueillir en réunissant le minimum garanti de moyens. Un logis, des routes carrossables et quelques personnels qualifiés à leur disposition. C'est aussi vrai que rien ne remplace la compétition et le contact avec les athlètes de haut niveau. De mémoire, le dernier meeting d'athlétisme qui a réuni quelques sportifs de renom remonte à très longtemps à Annaba.
Depuis, l'Algérie semble «allergique» à faire partie des différents circuits des sportifs où les confédérations et les fédérations internationales organisent sous différentes formes des compétitions de grand chelem. Sur ce plan, nos voisins du Maroc ont pris de l'avance, en abritant quelques meetings d'athlétisme, des circuits de tennis et beaucoup de tournois qualificatifs aux JO. Le Maroc, mais aussi le Sénégal, qui s'ajoutent à des nations plus rompues à organiser de telles manifestations. Alger est restée en marge non pas à cause d'un problème de finances. Le pays du pétrole a vécu des périodes opulentes en recettes pétrolières sans que les autorités sportives réussissent à convaincre les instances continentales et internationales de leur confier ne serait-ce que des stages de perfectionnement pour les arbitres et les entraîneurs. Et ce n'est pas, comme prétendent beaucoup, le fait du seul lobbying. L'Algérie a négligé ses infrastructures et a préféré envoyer ses meilleurs enfants ailleurs. Dans la jungle. Aujourd'hui, avec la crise du Covid-19, toutes les installations sportives sont closes, et les sportifs partis en préparation depuis voilà quatre mois sont toujours bloqués à l'étranger, au Kenya et en Afrique du Sud, en particulier. Un «drame» que certains ont soigneusement mijoté. Habiles en transferts en tous genres, ils ne pouvaient se suffire de la monnaie locale. Les dollars et les euros sont une valeur ajoutée à leurs tristes comptes.
M. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.