Accidents de la circulation et noyades: 15 décès en 48 heures    La réponse de l'UGTA au député    Presse vs pouvoir : une suspicion réciproque    Les ambitions de l'Eniem    «Une audience, Monsieur le Ministre, juste une audience !»    Pékin accuse les USA de «diaboliser» ses instituts Confucius    Trump croit à la théorie sur l'inéligibilité supposée de Kamala Harris    Crash d'un avion dans le Sud-Kivu    Installation du président et du procureur général de la cour    Coup d'envoi du projet de la station d'épuration de Yellel    Si ! Si ! Les loups peuvent se dévorer entre eux !    Un nouvel ouvrage met à nu les pratiques sournoises du Maroc en Amérique latine contre la RASD    Sans touristes étrangers, la fréquentation de Versailles «s'écroule»    FLN: L'accord de "normalisation" entre les EAU et Israël, un coup dans le dos de la cause palestinienne    14 morts et 5 blessés dans une attaque dans le Centre    100 ans de la Bataille de Varsovie    L'indépendance de l'enquête remise en cause    Benkhelifa et Bouchina très sollicités    Le recrutement de Guendouz "en bonne voie"    Amrane, nouvelle recrue    L'AIE pessimiste pour 2020 et 2021    Les représentants des retraités de l'ANP invités au MDN    Ouverture de la saison estivale à Aïn Témouchent    Arrestation d'un promoteur immobilier à Oran    Reprise des cours le 1er septembre prochain    L'Union européenne se dit "préoccupée"    La direction du RCD chez Tabbou    Un Etat à décongestionner    Une Algérienne met dehors ses parents au Canada    Le baiser de Mahrez et le séisme de Mila et de Tipasa    Attar l'estime nécessaire pour combler les besoins intérieurs : Le débat sur l'exploitation du gaz de schiste relancé    Tlemcen : Coupures répétées de courant    Rififi chez le Doyen    Attia en pole position    FC Nantes : Abeid testé positif au coronavirus    La casbah au-delà du Mythe, la vie : Dar Soltane en travaux, suivez le guide    Mustapha Hadni. petit-neveu de Lechani Mohand Saïd : «Lechani était de tous les combats d'émancipation des Algériens»    Entré en service: La wilaya attend beaucoup du 5e boulevard périphérique    Deux blessés dans un accident de la route    Agressions, trafic de drogue et le reste    Football amateur: Quelle issue pour les groupes DNA ?    CA Bordj Bou-Arréridj: Les supporters montent au créneau    Tiaret: Les nouveaux président de cour et procureur général installés    Signaux d'alarme    Être «Président» !    UNE DIVISION CERTIFIEE    80 logements LPA de Bir El-Djir: Le bout du tunnel !    El-Bayadh: Le doyen des facteurs n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Unesco alerte sur une «escroquerie» aux biens culturels issus d'Afrique
Patrimoine
Publié dans Le Soir d'Algérie le 07 - 07 - 2020

L'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco) a mis en garde contre une «escroquerie» aux fausses œuvres d'art en provenance d'Afrique, indique un communiqué de cette agence onusienne.
Saisie de nombreux signalements d'escroquerie et de trafic illicite de biens culturels issus d'Afrique, l'Unesco appelle à la plus «grande vigilance», soulignant que les «escrocs» proposent à la vente de fausses œuvres d'art frauduleusement certifiées par cette agence spécialisée de l'ONU. «Les escrocs utilisent frauduleusement le nom et le logo de l'Unesco pour monter des arnaques en France et usurpent l'identité de certains de ses membres pour convaincre les cibles de leur verser des fonds», note l'organisation.
Le montant cumulé des préjudices est estimé à plus d'un million d'euros, précise l'Unesco qui s'est dite prête à saisir la justice pour «mettre fin à ces fraudes et fausses représentations».
Rappelant qu'elle ne délivre ni «certificat» ni «autorisation» de commercialisation de biens culturels, l'organisation appelle toutes les personnes sollicitées par ce type d'offres à y prêter la plus «grande attention».
Audrey Azoulay, directrice générale de l'Unesco, a considéré que le trafic illicite des biens culturels qui affecte notamment l'Afrique, était un fléau mondial «lucratif», souvent lié aux autres filières du crime organisé, y compris le «financement du terrorisme». Ces malversations, regrette-t-elle, constituent une «atteinte à la culture». L'Unesco célèbre cette année le cinquantenaire de la convention de 1970 pour la lutte contre le trafic illicite de biens culturels, ratifiée par 140 pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.