Mohamed Charfi défend le principe des 4 %    Aït Ali promet un nouveau cadre juridique    Les explications du ministre Attar    Ce que propose l'UGTA    258 nouveaux caset 3 décès en 24 heures    Le refus de repentance de la France envers l'Algérie est "inquiétant"    Real : Le titre, Benzema y croit à mort    Chelsea : Tuchel attendu mardi à Londres    Production de plus de 21 millions m3 d'eau potable en 2020    Une caravane de solidarité au profit des familles démunies    Polémique FAF-FTF    Le blocage persiste à l'ENIEM de Oued Aïssi (Tizi Ouzou) : Des centaines de travailleurs investissent la RN12    De nouvelles opérations armées contre l'occupant marocain    La Palestine veut une conférence internationale pour la paix    Le président demande le recours à la force contre la menace terroriste    Cheikh Sabah Khaled Al-Sabah de nouveau désigné pour former un gouvernement    Elle s'est vu refuser la nationalité car "elle travaille trop"    Nouvelle vague de gros procès en février    «Certains secteurs continuent à faire fi des consignes du Président»    3 ans ferme requis contre Walid Kechida en appel    L'EN U17 qualifiée    Pas de miracle pour les Algériens !    Hamza Ayad de retour    Youcef Atal marque et se blesse    Dalila Touat comparaît en appel le 3 mars    Un juge face à ses pairs    Covid-19 à Tizi Ouzou : 84 points de vaccination mobilisés    Œuvres universitaires : Benziane annonce une «profonde» réforme    Agressions du personnel médical dans les hôpitaux : 424 affaires enregistrées en six mois à l'est    Grogne à la formation professionnelle    "La féminisation de migration n'est pas récente"    Le nouveau directeur de l'éducation installé    Abdelmadjid Chikhi : «Je ne peux rien dire»    Le film "ADN" de Maïwenn projeté à l'IFA    «Trumpistes» : expressions de la révolte d'une jeunesse mondialisée    «Rien n'arrête le PapJazz» !    La science-fiction aime les villes monstrueuses    Les menaces de la FIFA : Un ballon de baudruche    La justice se déjuge    Augustin était-il vraiment un Saint ?    Pour 220.000 entreprises de l'ANSEJ: Dettes rééchelonnées et pénalités effacées    Indiscipline ou inconscience?    MUTATIONS ET PERMUTATIONS    Establishment, mainstream et la prééminence des institutions occidentales    AADL Misserghine: Des ascenseurs en panne dans des immeubles «neufs»    Tribune - Un rapport, une méthode    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Acquisition de la nationalité algérienne : la longue course d'obstacles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une convention de coopération entre l'EPTV et l'Ismas
Développement de la formation culturelle et artistique
Publié dans Le Soir d'Algérie le 13 - 07 - 2020

Le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Ammar Belhimer, a présidé dernièrement une cérémonie de signature d'une convention cadre de coopération en matière de «développement de l'apprentissage et de la formation scientifique, culturelle et artistique» entre l'Institut supérieur des métiers et arts du spectacle et de l'audiovisuel (Ismas) et l'Etablissement public de télévision (EPTV). La cérémonie de signature a été l'occasion pour le ministre du secteur de présenter, dans son allocution, son approche de la communication d'un point de vue cognitif, indiquant que cette convention, signée au niveau de l'Ismas, intervient dans le cadre d'une «démarche visant à bâtir l'économie de la connaissance en Algérie».
Plus précis, M. Belhimer a expliqué que sa vision de la communication reposait sur «l'économie de la connaissance», une vision basée également sur les nouvelles technologies de l'information et de la communication (Ntic) et trois concepts fondamentaux dont «l'investissement humain», considéré comme une opportunité permettant de «construire et de forger les compétences professionnelles, mais aussi de développer et de promouvoir la connaissance».
Cette «connaissance» qui, aujourd'hui, est certes «accessible, requiert une méthodologie pour l'atteindre et, partant, l'exploiter à bon escient». Le deuxième concept est celui des expériences et expertises, qualifiées de «primordiales dans le processus de développement car basées sur deux conditions sine qua non, à savoir la continuité et l'accumulation intergénérationnelle». Qui plus est, «les connaissances et les expériences concourent à l'édification d'un socle solide». Le porte-parole du gouvernement a mis en avant, dans son intervention, «l'impératif de promouvoir l'investissement éthique, étant essentiel dans l'édification des sociétés de dialogue», mettant en exergue le troisième et dernier concept relatif à l'économie de la connaissance, en l'occurrence «le réseau des valeurs éducatives» qui, a-t-il dit, «englobe certains principes, particulièrement le respect d'autrui et le partenariat positif». La convention, dont la durée, fixée à 4 ans, révisable et modifiable, a été signée par Ahmed Bensebane, DG de l'EPTV, et Mohamed Boukerras, directeur de l'Ismas.
Cette convention vise à «asseoir des bases du partenariat et de l'échange d'expertise en matière de formation culturelle, artistique et technique entre les deux établissements». En vertu de ce document, l'Ismas s'engage à organiser des cycles de formation dans les domaines de l'animation, de la présentation et de l'expression corporelle, ainsi que sur les aspects techniques du domaine de l'audiovisuel, outre l'ouverture de sa bibliothèque et de ses structures aux stagiaires et aux programmes de télévision pour exploitation.
En contrepartie, l'EPTV accueille les étudiants de l'Ismas pour des stages en audiovisuel, en leur offrant l'opportunité de participer à la sélection des programmes produits par la Télévision algérienne, outre la mise à disposition de l'Ismas de son archive relative aux domaines du théâtre et du cinéma.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.