Liban: le bilan de l'explosion du port de Beyrouth atteint 154 morts    Une nouvelle secousse tellurique de magnitude 4,5 enregistrée à Mila    Palestine : raids aériens israéliens sur la bande de Ghaza    L'Ogebc se dirige vers une exploitation optimale des sites du patrimoine    Vaste mouvement dans le corps des présidents et procureurs généraux près les cours de justice    621 ressortissants algériens rapatriés à bord de 2 avions en provenance de Paris en 48h    Wilaya d'Alger/Covid-19: Fermeture de près de 5400 commerces pour non-respect des mesures préventives    Fusion MCA-GSP : l'AGex du MCA largement en faveur de la fusion    Vaste mouvement dans le corps des présidents et des procureurs généraux    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Explosion de Beyrouth: aides algériennes au Liban    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    13 décès et 551 nouveaux cas en 24 heures    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Deux Algériens légèrement blessés    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    CRB : Djerrar opéré avec succès    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    Feux de forêts : Arrestation d'au moins 10 individus    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Les grands axes du protocole du MESRS    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    L'apocalypse à Beyrouth    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    La RN27 fermée à la circulation du 6 au 8 août    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    La fille des Aurès    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Banalisation de la mort jusqu'à quand ?
Publié dans Le Soir d'Algérie le 13 - 07 - 2020


Leila Aslaoui-Hemmadi
Il y a à peine quelques jours, une avocate à la fleur de l'âge, Yasmine Terrafi, exerçant à Bouira fut assassinée à l'arme blanche à l'intérieur de son véhicule par quatre individus. Son fiancé qui l'accompagnait, agressé lui aussi, a survécu à ses blessures et a pu ainsi identifier les présumés criminels.
Certains poseront la question : pourquoi ? Pour ma part, je ne retiens qu'une seule chose importante : nul n'a le droit d'ôter la vie à autrui et rien ne doit justifier un meurtre. Banalités que celles-ci ? me dirait-on. Pas tant que cela lorsqu'on sait combien la mort a été banalisée les dernières vingt années écoulées. Tellement banalisée que les terroristes islamistes ont été félicités sous le règne de Abdelaziz Bouteflika par l'infâme réconciliation nationale pour avoir été les fossoyeurs de l'Algérie. Tuer, détruire, massacrer des populations avaient été glorifiés et sublimés. Comment dès lors s'étonner de constater qu'au sein de la société dans son ensemble avait germé l'idée selon laquelle commettre un meurtre n'était plus considéré comme un acte grave ? Comment s'étonner également que l'idée de l'impunité avait, elle aussi, causé d'énormes dégâts ? Ce n'était pas la seule violence qui fut l'objet de banalisation mais également les crimes les plus graves et les plus horribles. L'on se souvient entre 2014 et 2017 des successions de kidnappings d'enfants, violés puis assassinés. Leurs âges oscillaient entre six et dix ans. Les auteurs de ces crimes d'une horreur absolue avaient été appréhendés pour certains d'entre eux puis jugés et condamnés à la peine capitale (peine de mort) conformément à la législation en vigueur.
Certains ont poussé la plaisanterie d'un goût fort douteux jusqu'à comparer nos héros de la Guerre de libération guillotinés par l'armée coloniale à des criminels de la pire espèce. «L'Algérie garde dans sa mémoire le supplice de la guillotine, c'est pourquoi le moratoire est un grand pas l'abolition sera la consécration» ont-ils dit. Certes, les Algériens n'oublient pas Ahmed Zabana mais comment oser le comparer à un kidnappeur, violeur et assassin d'enfants ? Comment ne pas injurier la mémoire de ces martyrs en les comparant aux présumés assassins de l'avocate qui aurait pu être la fille, la sœur de l'un d'entre nous ?
Aussi, est-il légitime aujourd'hui de se demander jusqu'à quand ces criminels vont-ils continuer à bénéficier de ce moratoire alors même que vingt-sept années se sont écoulées ? Jusqu'à quand l'impunité et la banalisation de la mort vont-elles demeurer les nouvelles valeurs de notre société ? Il n'existe aucune vengeance car celui qui sait tuer doit savoir mourir. Un Etat fort n'est pas un Etat répressif mais un Etat où le citoyen se sent sécurisé dans sa vie et dans ses biens. Un Etat fort est un Etat actif, qui applique le droit et protège les victimes les plus faibles telles que les enfants. Durant vingt ans, nous avons vécu dans un Etat de non- droit où tuer, voler, en usant et en abusant de ses hautes fonctions, étaient des actes «héroïques». Aujourd'hui, place à la loi et le moratoire spécifique à une période n'a plus sa raison d'être.
L. A. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.