Des bureaucrates entravent la mise en œuvre du programme du président Tebboune    L'ONU appelée à trouver une solution juste et définitive à la question sahraouie    Réunion FIFA-CAF consacrée à la préparation du retour des activités footballistiques    Installation des nouveaux présidents et procureurs généraux aux Cours de justice de Tiaret et Relizane    Ressources en eau: la nouvelle loi relative à l'eau fin prête    Prix Katara pour le roman et l'art plastique: des plasticiens algériens primés    Ali Haddad transféré vers la prison de Tazoult    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    TP: nouveaux projets d'investissement sur la base de la rentabilité et de l'éfficacité    La drôle de démarche d'un syndicat    Quand la sardine prend des ailes    Rénover et démystifier le "contrôle" pour optimiser la gestion locale    Hausse de la production à Chlef    La défense fait appel    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    Kamala Harris comme colistière de Joe Biden    Nouvelle agression militaire israélienne contre Gaza    L'Algérie parmi les premiers pays à avoir dépêché une délégation médicale et des aides au Liban    La traque d'un "sulfureux" général    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    Nivellement par le bas, suite et pas fin !    Pour Toko-Ekambi «tout est possible sur un match»    Boudebouz écarté du stage de Dinard    Le procès Tliba reporté au 2 septembre    14 nouveaux départs de feu déclarés    Vers le report de la rentrée    11 décès et 495 nouveaux cas en 24 heures    Un baccalauréat des plus atypiques des révisions chamboulées    La colère de Tebboune    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Journées nationales du costume algérien sous le thème «Mon costume, ma mémoire, ma culture»    Des Algériens parmi les auteurs les plus attendus    L'esprit joyeux et la sincérité de «Aâmmi Bachir», les secrets de sa notoriété    Réouverture des plages et reprise des activités hôtelières : Le ministère du Tourisme adopte un protocole sanitaire    A partir de samedi : Réouverture de 429 mosquées    Dr Fawzi Derrar. Virologue et directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) : «Il me paraît peu probable d'avoir un vaccin avant la fin de l'année»    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    L'apolitique supplante le politique ?    Presse: Il faut crever l'abcès !    Skikda - Programme AADL 2 : les souscripteurs protestent    L'instit, l'obole et la révolution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Au Cameroun, Alioum Moussa peint la fragilité du monde face au coronavirus
Arts plastiques
Publié dans Le Soir d'Algérie le 15 - 07 - 2020

De larges mains obstruant la vision de jeunes citadins ou dirigées vers le ciel où flotte un masque de protection : depuis son minuscule atelier de Yaoundé, Alioum Moussa, jeune artiste plasticien camerounais, s'interroge sur la fragilité d'un «monde en perte de repères face à un petit virus», selon lui.
Depuis mars et le début de l'épidémie dans son pays, il diffuse en ligne ses tableaux sur les ravages du coronavirus. Plus de cent œuvres à ce jour, d'une série baptisée «Dieu et les masques». «Un titre métaphorique inspiré des fausses informations ou fake news diffusées sur internet sur le coronavirus», explique-t-il. Sur l'une, un jeune de la ville, casquette vissée sur la tête, a la bouche et les yeux cachés par les doigts d'un inconnu. Sur l'autre, une jeune fille couvre son visage des deux mains. Dans cette série, «j'ai voulu simuler l'aveuglement», détaille Alioum Moussa, à propos des idées fausses qui pullulent sur le coronavirus. Au Cameroun comme ailleurs sur le continent, la Covid-19 a fréquemment été perçue comme un «complot occidental», «visant à exterminer les humains, surtout les Noirs», rappelle-t-il.
L'artiste lui-même semble s'être fait une religion sur l'origine de la pandémie : il a peint un Chinois, la tête en forme d'épée, brandissant le mot «virus» sur une pancarte... Alioum Moussa peint aussi pour souligner la «fragilité du monde face à la pandémie». «La maladie a attaqué tout le monde, sans exception, riches, pauvres, Blancs, Noirs, grands, petits», poursuit-il.

Lavons nos mentalités
Au Cameroun, on est passé en moins de trois mois d'un cas à près de 10 000 contaminations officiellement recensées et plus de 350 décès. L'Extrême-Nord, dont est originaire l'artiste de 43 ans, n'est pas épargné par la pandémie. Un de ses tableaux, une dame qui arbore un masque, symbolise la vulnérabilité de la femme en milieu rural dans cette région, une des plus pauvres du pays.
«Je me suis dit que si le coronavirus y arrivait, avec toute la violence qu'on a vue en Europe, aux Etats-Unis, ça pouvait exterminer une population beaucoup plus vulnérable», se désole Alioum Moussa. «Le savon, dans certains villages, est un luxe, et l'eau courante une denrée très rare», déplore l'artiste autodidacte qui, à partir de l'infographie — son métier —, s'est imposé comme une des figures connues du Cameroun dans l'art contemporain. Dans sa série, il veut également pousser plus loin la parabole. «Ne lavons pas seulement les mains. Lavons nos mentalités aussi», écrit-il sur sa page Facebook, où il poste ses tableaux, à propos des excès qu'a pu alimenter le coronavirus.
Séduite, l'Agence algérienne pour le rayonnement culturel propose aussi les œuvres du Camerounais sur sa page Facebook. Au Cameroun comme ailleurs, l'impact de l'épidémie sur l'art «a été immédiat, violent et sévère», déplore Alioum Moussa. Dès mars, l'artiste a dû, pour des raisons financières, quitter un local de 400 m2 pour un autre de 50 m2, devenu son logement aussi. Dans son petit atelier, d'à peine 15 m2, quelques tableaux de la série «Dieu et les masques» sont accrochés au mur, de nombreux posés au sol. Pinceaux et boîtes d'acryliques s'amoncellent sur une unique petite table de travail.
Signe d'espoir
S'il expose régulièrement au Cameroun et, parfois, à l'étranger, Alioum Moussa ne cache pas qu'il doit mener de front sa carrière professionnelle d'origine par nécessité. «Je parviens à survivre de mes compétences artistiques mais pas de ventes régulières de mes œuvres, je ne gagne pas grand-chose en ce moment et je tiens grâce au graphisme», reconnaît-il.
La cour qu'il entretient joliment sert aussi d'exutoire. «Des fois, on y tient des discussions improvisées autour d'un thé, les gens sont dans l'angoisse à cause de la pandémie», lâche-t-il. «Mais je me suis dit : au lieu d'angoisser, de déprimer dans le confinement, c'était l'occasion de créer», avance Alioum Moussa, qui se voit un peu «comme un thérapeute». «Quand coronavirus a commencé, j'ai vu tes premiers posts suivis des textes alléchants et réconfortants un peu comme pour booster le moral», témoigne, sur les réseaux sociaux, un autre artiste camerounais, Koko Komegne. Ses tableaux, «bien que traitant d'un fait générateur de douleur, de peur et de pleurs, sont réalisés dans des choix chromatiques très lumineux et apaisants, ce qui, pour moi, est malgré tout signe d'espoir», commente Paulin Tchuenbou, administrateur dans un centre d'art contemporain à Douala (sud).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.