PSG : Di Maria écope d'une lourde sanction pour son crachat    Le Président Tebboune met en avant l'impératif de "faire avancer" le dossier de la réforme globale de l'ONU    Oran: démantèlement d'un réseau de trafic de drogue et saisie de psychotropes    Covid-19 : Nécessite d'adopter de "nouveaux modes d'enseignement" dans le Monde arabe    Boukadoum s'entretient avec le chef du commandement de l'Africom    Illizi : large campagne de vulgarisation de l'e-paiement auprès des commerçants    Coronavirus: 186 nouveaux cas, 121 guérisons et 9 décès    Crise au Mali: des signes de dénouement se profilent à l'horizon    Algérie/Italie: le comité technique chargé de la délimitation des frontières maritimes installé    Milan AC: Cette légende du club qui encense Bennacer    La société civile, une force active sur laquelle s'adossera l'Algérie nouvelle    Un terroriste abattu, 4 éléments de soutien et 11 narcotrafiquants arrêtés en une semaine    EUFA : Les trois nominés pour le titre d'entraineur de l'année    Le ministère de la communication dépose une plainte contre la chaîne française M6    Accords économiques: L'Algérie prend en compte ses intérêts    Neghiz face à la presse    Report de la 1re édition de la Foire nationale des produits de l'agriculture et de l'agroalimentaire    Les frères Kouninef condamnés à des peines allant de 12 à 20 ans de prison ferme    Le directeur de la CNMA plaide pour la réforme de cette assurance    Spectaculaire rebond de l'émigration clandestine    Pascades    Des agriculteurs de la daïra de M'chédallah demandent le déblocage du périmètre d'irrigation    Constantine: hommage poignant à l'historien et sociologue Abdelmadjid Merdaci    Avoir conscience des rêves qui fuient !    L'Odyssée de Hamdi Benani    JS saoura : Ferhi s'engage avec le club africain    Lutte contre la criminalité : Arrestation d'un individu usurpant d'identité    USM Alger : Le gardien de but Guendouz signe    La cour d'appel allège la peine de Fouzia Argoub    "La France doit aider l'Algérie à nettoyer les sites des essais nucléaires"    Condoléances    Guterres appelle à éviter une nouvelle guerre froide    La Palestine renonce à son droit d'exercice de la présidence    La fille des Aurès    Prorogation des promotions au 30 septembre    Les souscripteurs AADL protestent    Relecteur de "Vivant fils d'Eveillé"    Culture en bref...    Mise au point    Enfin l'électricité et le gaz    Palestine occupée: Le soutien indéfectible de l'Algérie    Je n'ai pas voulu regarder le reportage de M6 sur le Hirak    Equipe nationale: Belmadi annonce beaucoup de changements    PAIX ET SERENITE    "La sanction pourrait aller jusqu' à la peine de mort"    La nouvelle Constitution répondra "aux revendications du Hirak"    La course ouverte par le ministère de l'Industrie    La mesure étendue aux transporteurs de voyageurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les pharmaciens saisissent Tebboune
L'Agence nationale des médicaments sera placée sous tutelle de l'industrie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 09 - 08 - 2020

À l'annonce du changement de tutelle pour l'Agence nationale des produits pharmaceutiques (ANPP), qui devrait être placée sous la coupe du ministère de l'Industrie pharmaceutique dirigé par Lotfi Benbahmed au lieu de son statut actuel la plaçant sous l'égide du département de la santé, le Syndicat national des pharmaciens d'officine (Snapo) dénonce cette décision par le biais d'une lettre ouverte adressée au président de la République.
«Il n'y a rien qui justifie la prise d'une pareille décision dans l'urgence. Rien ne justifie de réviser une question fondamentale et déterminante pareille, consacrée par une loi sanitaire, la loi 18-11, qui a nécessité plus de 33 ans de concertation, de débats et de préparation pour se voir aboutir », lit-on dans cette lettre dont nous détenons une copie.
Le Snapo ajoutera : «Toutes les forces actives et compétentes de notre pays et toutes les institutions du secteur de la santé ont participé à l'élaboration et à la construction de cette loi durant des décennies.» Et d'ajouter : «l'Agence nationale des produits pharmaceutiques est mise, selon la loi 18-11 (articles 223, 224, et 225), sous la tutelle du ministère chargé de la Santé. Cette agence se voit naturellement investie d'une mission de santé publique » et par conséquent, « il appartient au ministère de la Santé de tracer les stratégies de santé publique et de veiller à la réalisation de leurs objectifs. Le secteur pharmaceutique est un secteur indissociable des missions et attributions du ministère de la Santé.»
Dans de nombreux pays pour ne pas dire la plus grande majorité, de telles agences sanitaires sont totalement indépendantes afin de les garder à l'abri de toute influence des laboratoires ou firmes pharmaceutiques. « Aux Etats-Unis et en France, pour ne citer que ces deux pays en exemple, les agences respectives du médicament, le FDA et l'ANSM, sont placées sous la tutelle directe du ministère chargé de la Santé.
Ces deux pays disposent anciennement de réglementations et d'industries fortes », estime le Snapo dans sa lettre ouverte. Avant de s'interroger : « Pourquoi l'Algérie devrait- elle faire exception aux recommandations de l'OMS ? Pourquoi l'Algérie devrait-elle déroger à une règle fondamentale universelle ? Pourquoi l'Algérie devrait-elle déroger à sa propre réglementation, la loi sanitaire 18-11, qui place l'Agence sous la tutelle du ministère chargé de la Santé ?» Estimant que par cette décision, l'on assiste « à un coup de manœuvre extrêmement dangereux, visant à essayer de mettre cette agence sous la tutelle de l'industrie, au lieu de celui de la santé. C'est une tentative de passage en force dangereuse, qui suscite de nombreuses interrogations sur les véritables enjeux et motivations de cette manœuvre», lit-on encore avant d'expliquer que « mettre une agence sanitaire sous la tutelle d'un secteur industriel entraînera inévitablement des situations de conflit d'intérêts», car «une agence sanitaire doit disposer d'une autonomie de décision sur le plan technique».
Le Syndicat des pharmaciens souligne que l'Agence «doit disposer de toute sa souveraineté sur le plan fonctionnel et technique. Elle doit naturellement, et en toute logique, rester sous la tutelle du secteur de la santé, et marquer son indépendance par rapport au secteur industriel et aux firmes pharmaceutiques ».
De son côté, le président du Snapo a expliqué que la mise de l'Agence du médicament sous la tutelle de l'industrie voudrait dire que « le ministère de la Santé devra désormais demander à l'industrie l'autorisation d'utiliser les médicaments, et que l'industrie pharmaceutique attestera elle-même la validité et la conformité de ses propres produits». Il ajoutera : «Peut -être que, désormais, après avoir reçu toutes sortes de contrôleurs dans nos officines et les structures pharmaceutiques, nous recevrons également les contrôleurs du génie industriel.»
Ilhem Tir


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.