PSG : Di Maria écope d'une lourde sanction pour son crachat    Le Président Tebboune met en avant l'impératif de "faire avancer" le dossier de la réforme globale de l'ONU    Oran: démantèlement d'un réseau de trafic de drogue et saisie de psychotropes    Covid-19 : Nécessite d'adopter de "nouveaux modes d'enseignement" dans le Monde arabe    Boukadoum s'entretient avec le chef du commandement de l'Africom    Illizi : large campagne de vulgarisation de l'e-paiement auprès des commerçants    Coronavirus: 186 nouveaux cas, 121 guérisons et 9 décès    Crise au Mali: des signes de dénouement se profilent à l'horizon    Algérie/Italie: le comité technique chargé de la délimitation des frontières maritimes installé    Milan AC: Cette légende du club qui encense Bennacer    La société civile, une force active sur laquelle s'adossera l'Algérie nouvelle    Un terroriste abattu, 4 éléments de soutien et 11 narcotrafiquants arrêtés en une semaine    EUFA : Les trois nominés pour le titre d'entraineur de l'année    Le ministère de la communication dépose une plainte contre la chaîne française M6    Accords économiques: L'Algérie prend en compte ses intérêts    Neghiz face à la presse    Report de la 1re édition de la Foire nationale des produits de l'agriculture et de l'agroalimentaire    Les frères Kouninef condamnés à des peines allant de 12 à 20 ans de prison ferme    Le directeur de la CNMA plaide pour la réforme de cette assurance    Spectaculaire rebond de l'émigration clandestine    Pascades    Des agriculteurs de la daïra de M'chédallah demandent le déblocage du périmètre d'irrigation    Constantine: hommage poignant à l'historien et sociologue Abdelmadjid Merdaci    Avoir conscience des rêves qui fuient !    L'Odyssée de Hamdi Benani    JS saoura : Ferhi s'engage avec le club africain    Lutte contre la criminalité : Arrestation d'un individu usurpant d'identité    USM Alger : Le gardien de but Guendouz signe    La cour d'appel allège la peine de Fouzia Argoub    "La France doit aider l'Algérie à nettoyer les sites des essais nucléaires"    Condoléances    Guterres appelle à éviter une nouvelle guerre froide    La Palestine renonce à son droit d'exercice de la présidence    La fille des Aurès    Prorogation des promotions au 30 septembre    Les souscripteurs AADL protestent    Relecteur de "Vivant fils d'Eveillé"    Culture en bref...    Mise au point    Enfin l'électricité et le gaz    Palestine occupée: Le soutien indéfectible de l'Algérie    Je n'ai pas voulu regarder le reportage de M6 sur le Hirak    Equipe nationale: Belmadi annonce beaucoup de changements    PAIX ET SERENITE    "La sanction pourrait aller jusqu' à la peine de mort"    La nouvelle Constitution répondra "aux revendications du Hirak"    La course ouverte par le ministère de l'Industrie    La mesure étendue aux transporteurs de voyageurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tebboune accuse !
Il pointe du doigt les «forces d'inertie» et la «contre-révolution»
Publié dans Le Soir d'Algérie le 13 - 08 - 2020

Les blocages que rencontrent les décisions prises au niveau central ne sont pas dus au hasard. Abdelmadjid Tebboune évoque une « contre-révolution » et une « résistance » imputées à des « forces d'inertie » opposées au changement. Le président de la République dit soupçonner des complicités au sein même de l'administration. Il assure que le train du changement est en route et qu'aucun retour aux affaires des figures de l'ancien système n'est envisageable.
Nawal Imès - Alger (Le Soir) - Dans un discours qui aura duré quarante minutes à l'ouverture des travaux de la rencontre gouvernement-walis, Abdelmadjid Tebboune a accusé des forces opposées au changement d'entraver le processus engagé. Sans les nommer, il a pointé du doigt ceux qui continuent d'utiliser l'argent sale pour manipuler l'opinion publique. Il s'agit, selon lui, d'une « contre-révolution » et d'un véritable « processus de résistance » de la part de « forces d'inertie » que le changement incommode et qui jouissent de complicités au sein même de l'administration.
À tous ceux-là, il assure que « la bataille du changement est inévitable, quel qu'en soit le prix ». Même message lancé à ceux qui espèrent encore pouvoir revenir au pouvoir : « Il n'y aura pas de marche arrière. On n'arrête pas la roue de l'Histoire .» L'Algérie, dit-il, est « ciblée » et beaucoup d'initiatives se font grâce à l'argent sale qui ont permis à « certains de faire croire que les personnes condamnées pour corruption sont des victimes », ajoutant que « l'héritage de la gestion des 20 dernières années ne peut se régler en 20 semaines ».
Pour illustrer ses propos sur les nombreux blocages enregistrés au niveau local, le président de la République a évoqué la non-délivrance de la prime de 10 000 dinars décidée au profit des familles nécessiteuses, tout comme celle concernant les personnels de santé, dans plusieurs wilayas, ce qu'il qualifie de « blocages volontaires qui s'assimilent à de l'abus de confiance ». Des enquêtes seront diligentées pour déterminer les responsabilités. Ces mêmes enquêtes concerneront également les élus locaux ayant fait l'objet de décisions de suspension. Aux walis présents hier à la réunion d'évaluation, le président de la République a clairement dit que celui qui ne se sentait pas en mesure de relever les défis n'avait plus qu'à quitter sa fonction, surtout que la conjoncture imposait aux autorités locales davantage d'implication dans la gestion de la crise sanitaire. Les walis étaient, hier mercredi, conviés à faire part de l'état d'avancement des chantiers lancés depuis la dernière rencontre de février. Une halte nécessaire pour comprendre pourquoi certains programmes ont pris du retard comme celui de la numérisation de l'administration. Il est attendu des acteurs au niveau local plus de détermination, mais également de situer les responsabilités afin de rattraper le temps perdu.
La société civile doit être un partenaire incontournable, assure Tebboune pour qui les textes qui régissent les collectivités locales datent de 50 ans et ne répondent plus aux attentes. Ils sont devenus obsolètes. À l'approche de la rentrée sociale, les walis sont attendus sur plusieurs fronts pour assurer une rentrée « sereine », d'autant qu'elle coïncidera avec l'organisation d'un référendum.
« Pas de période de transition »
Ce dernier interviendra à la fin du processus d'élaboration du projet de révision de la Constitution. Cette dernière, promet le président de la République, sera « consensuelle ». À ce stade, aucun projet n'est finalisé. La commission chargée de la révision élabore, par contre, un document synthétisant toutes les propositions avant que cela ne se transforme en projet. À ceux qui espèrent encore la mise en place d'une période de transition, la réponse de Tebboune est cinglante : « Pas de marche arrière possible .» Aucune période de transition ne pourra être envisagée à ce stade.
L'agenda politique, même quelque peu bousculé par la pandémie, sera respecté.
N. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.