L'invasion du Sahara occidental par le Maroc met en péril la sécurité dans la région et en Europe    Le Covid-19 fait au moins 3.893.974 morts dans le monde    Coronavirus: 354 nouveaux cas, 268 guérisons et 9 décès    L'Algérie s'incline face à l'Egypte en Coupe arabe des nations U20    L'instrument de ratification du Traité portant création de l'Agence africaine du médicament déposé    Election: la législature débute "de plein droit" le 15e jour suivant la date de proclamation des résultats    Véhicules électriques: Chitour appelle à un assouplissement des taxes    USM Bel Abbès : Slimani croit au maintien    Législatives: les universitaires représentent 67,32 % de la nouvelle composante de l'APN    Mechichi campe sur ses positions    L'utopie, c'est fou, c'est bien    «Modric reste la force qui anime l'équipe»    L'usage de la langue anglaise renforcé    Faut-il réformer le bac ?    La fin du «feuilleton» du film sur l'émir Abdelkader ?    JS BORDJ MENAIEL - JS DJIJELI EN OUVERTURE DES FINALES D'ACCESSION    "À nous la finale !"    L'ANGLETERRE ASSURE LA PREMIÈRE PLACE    Le RND veut se joindre à l'alliance présidentielle    Mohamed Ould Abdel Aziz arrêté    Comment vaincre les réticences    La mauvaise note !    Peu de communication, beaucoup de spéculation    L'urgence de faciliter l'acte d'investir    Boukadoum prend part aux travaux de la conférence de "Berlin 2" sur la Libye    Foot/ Ligue 1 (mise à jour) : le CRB remonte sur le podium, le NAHD renoue avec la victoire    La Géolocalisation pour suivre le transport des marchandises    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    Cap sur l'électrification des niches de production    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Le «Phare marin» ne sera pas démoli    Tous les chemins mènent à Oran    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Khartoum appelle le Conseil de sécurité à tenir une session    L'armée repousse une attaque de Boko Haram et tue trois assaillants    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    Vers une agence d'accréditation et d'assurance-qualité ?    Redistribution des cartes    Arrestation de 8 éléments    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Algérie salue l'accord interlibyen
COMMUNIQUE DU MINISTÈRE DES AFFAIRES ETRANGÈRES
Publié dans Le Soir d'Algérie le 22 - 08 - 2020

Coup de théâtre, hier vendredi, dans la crise libyenne. Un cessez-le-feu général sur tous les fronts a été promulgué par deux communiqués distincts. Par Fayez El Serraj, chef du conseil présidentiel du Gouvernement d'union nationale (GNA) reconnu par la communauté internationale basé à Tripoli, la capitale et ses rivaux de Benghazi représentés par Ali Aguila Saleh, président du Parlement.
C'est à la Mission d'appui des Nations-Unies en Libye (Manul) qu'a été remis le communiqué qu'elle s'est chargée de diffuser. Les deux belligérants annoncent, chacun de son côté, l'organisation prochaine d'élections dont les détails restent à préciser. Bien évidemment, l'ONU se félicite de cette nouvelle donne.
L'Algérie, par le biais d'un communiqué du ministère des Affaires étrangères, salue avec satisfaction la volonté des deux parties de mettre fin aux affrontements armés et de s'orienter vers une issue pacifique de la crise à travers des négociations. L'Algérie a de tout temps milité pour cette solution, invitant « les frères libyens » à Alger à s'asseoir à la table de négociations pour parvenir à une paix durable. Il faut croire que le cessez-le-feu surprise et l'organisation d'élections qu'il annonce introduisent une nouvelle donne dans la scène politique libyenne, marquée par une impasse à laquelle ont mené les affrontements armés et surtout la tension extrêmement dangereuse née de la concentration des armées des deux camps autour de deux très riches bastions pétrolifères, Syrte et Joufra qui attisent les convoitises.
Devenue le terrain par excellence des ingérences étrangères, la Libye est au bord d'une guerre généralisée, les uns soutenant Fayez El Serraj allié à la Turquie d'Erdogan et le maréchal Haftar soutenu militairement, financièrement et diplomatiquement par les Emirats arabes unis, l'Egypte, l'Arabie Saoudite, la France et la Russie sous le prétexte de contre-balancer les « prétentions » turques sur les richesses énergétiques libyennes. N'est-ce pas que l'exploration des gisements de gaz dans la Méditerranée orientale par la Turquie, qui se prévaut de l'autorisation de Tripoli, a déjà commencé au grand dam de la France, l'Egypte voire... la Grèce. C'est dire que nous sommes au bord d'une guerre régionale dont ne sortira pas gagnant le peuple libyen. L'évidence est flagrante ! Ce cessez-le feu sera-t-il le bon et non un énième qui finira comme tous ceux qui l'ont précédé, c'est-à-dire un vœu pieux au mieux mais qui cacherait, une fois de plus, des calculs qui finissent très vite par être éventés.
B. T.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.