Sidati: le parti pris aveugle de la France retarde et complique la tâche de la Minurso    Ligue 1 : la JS Saoura et l'ES Sétif affichent déjà leurs ambitions    Tribunal de Tipasa: report du procès d'Abdekader Zouk au 8 décembre prochain    Maradona, l'homme de la métamorphose    Le Mossad, Israël et la démocratie à géométrie vachement variable !    Castex attendu à Alger    Non, je préfère me taire...    Football/Ligue 1 Algérienne - Transfert : Youcef Bouzidi nouvel entraîneur de la JSK    Le Chabab à la conquête de l'Afrique    Bonne opération pour le Mouloudia    Guardiola fixe les nouvelles règles à Riyad Mahrez    Plus du quart des tests positifs au Covid-19    Un protocole sanitaire pour une reprise universitaire sécurisée    Grippe, Covid-19... Bientôt un vaccin à base de plantes ?    La scène artistique bataille pour survivre au confinement    YouTube, le CNC et Arte s'allient pour promouvoir la culture en ligne    La demande d'appel de Johnny Depp rejetée    Covid-19 et pouvoirs de police : quelles limites ?    Large mobilisation en France    Aribi termine meilleur buteur    L'héritage    Les non-dits    Le Cerefe publie son premier rapport annuel    Montée de tensions entre Téhéran et Tel-Aviv    Les candidatures des groupes armés rejetées    21 décès et 1 044 nouveaux cas    Les pilotes de ligne demandent la reprise du trafic aérien    Un projet qui risque le naufrage    Alger dénonce des "accusations gravissimes et malveillantes"    Malek, un jeune chanteur en "vogue"    Visa For Music, l'art de la résilience    Intégration de la musique de l'Ahaggar dans l'organologie universelle    Tiaret : 2322 logements attribués    Mostaganem : Les établissements scolaires manquent de moyens anti-Covid    Nouveau projet AADL : Les inscriptions à partir d'hier    LSDA de Sidi Abdellah lourdement impactée : «Un calendrier de paiement est proposé aux abonnés»    L'APW-Jeunes de Béjaïa : Une expérience unique à l'échelle nationale    LE DECOMPTE DES MORTS    L'asymétrie des idioties    USTO Mohamed Boudiaf: Signature de deux nouvelles conventions de partenariat    Bouira: Un policier retrouvé pendu    Mercuriale: Des hauts et des bas    El-Bayadh: Le maïs au secours des éleveurs    Arènes d'Oran: La rénovation des tribunes en phase d'achèvement    Droits de l'homme en Algérie: des partis et des organisations nationales condamnent le contenu de la résolution du PE    L'impuissance de la communauté internationale    15 ans de prison requis contre Zoukh pour octroi d'indus privilèges à la famille Hamel    L'affaire de l'automobile sera rejugée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Algérie salue l'accord interlibyen
COMMUNIQUE DU MINISTÈRE DES AFFAIRES ETRANGÈRES
Publié dans Le Soir d'Algérie le 22 - 08 - 2020

Coup de théâtre, hier vendredi, dans la crise libyenne. Un cessez-le-feu général sur tous les fronts a été promulgué par deux communiqués distincts. Par Fayez El Serraj, chef du conseil présidentiel du Gouvernement d'union nationale (GNA) reconnu par la communauté internationale basé à Tripoli, la capitale et ses rivaux de Benghazi représentés par Ali Aguila Saleh, président du Parlement.
C'est à la Mission d'appui des Nations-Unies en Libye (Manul) qu'a été remis le communiqué qu'elle s'est chargée de diffuser. Les deux belligérants annoncent, chacun de son côté, l'organisation prochaine d'élections dont les détails restent à préciser. Bien évidemment, l'ONU se félicite de cette nouvelle donne.
L'Algérie, par le biais d'un communiqué du ministère des Affaires étrangères, salue avec satisfaction la volonté des deux parties de mettre fin aux affrontements armés et de s'orienter vers une issue pacifique de la crise à travers des négociations. L'Algérie a de tout temps milité pour cette solution, invitant « les frères libyens » à Alger à s'asseoir à la table de négociations pour parvenir à une paix durable. Il faut croire que le cessez-le-feu surprise et l'organisation d'élections qu'il annonce introduisent une nouvelle donne dans la scène politique libyenne, marquée par une impasse à laquelle ont mené les affrontements armés et surtout la tension extrêmement dangereuse née de la concentration des armées des deux camps autour de deux très riches bastions pétrolifères, Syrte et Joufra qui attisent les convoitises.
Devenue le terrain par excellence des ingérences étrangères, la Libye est au bord d'une guerre généralisée, les uns soutenant Fayez El Serraj allié à la Turquie d'Erdogan et le maréchal Haftar soutenu militairement, financièrement et diplomatiquement par les Emirats arabes unis, l'Egypte, l'Arabie Saoudite, la France et la Russie sous le prétexte de contre-balancer les « prétentions » turques sur les richesses énergétiques libyennes. N'est-ce pas que l'exploration des gisements de gaz dans la Méditerranée orientale par la Turquie, qui se prévaut de l'autorisation de Tripoli, a déjà commencé au grand dam de la France, l'Egypte voire... la Grèce. C'est dire que nous sommes au bord d'une guerre régionale dont ne sortira pas gagnant le peuple libyen. L'évidence est flagrante ! Ce cessez-le feu sera-t-il le bon et non un énième qui finira comme tous ceux qui l'ont précédé, c'est-à-dire un vœu pieux au mieux mais qui cacherait, une fois de plus, des calculs qui finissent très vite par être éventés.
B. T.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.