APN: adoption de l'Ordonnance modifiant et complétant la loi relative à la santé    Le ministère de l'Habitat examine le projet de texte réglementaire relatif au LLP    Mali: le président de la transition rencontre le médiateur de la Cédéao    Coronavirus: 179 nouveaux cas, 116 guérisons et 5 décès    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Hongrie en Algérie    Commerce extérieur: le retour au système des licences n'est pas à l'ordre du jour    La Zlecaf ouvrira de larges perspectives aux opérateurs économiques algériens    FC Barcelone: Suarez justifie le choix Atlético pour son départ    Ghardaïa: Etude pour la réutilisation des eaux épurées à des fins d'irrigation agricole    APN: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre les bandes de quartiers    Affaire SOVAC : poursuite du procès en appel à la Cour d'Alger    Tebboune insiste sur la nécessité d'accélérer la réforme du Conseil de sécurité    Quand le bricolage fait des siennes    Belkaroui arrive, Masmoudi prolonge son contrat    Le contrat de Tiboutine résilié    Le développement durable : enjeux et défis pour l'Algérie    5 heures pour juger Djemaï    De lourdes peines pour les frères Kouninef    Une rentrée scolaire à domicile    «L'hôpital des 240 lits de Kharouba sera classé en CHU»    Plus de 3 500 étudiants ont rejoint l'université    Ce soir-là...    Actucult    "Tout est rentré dans l'ordre avec Bouloudinat"    Les détails du protocole sanitaire    Mesmoudi prolonge, Belkaroui signe    Le directeur sous contrôle judiciaire    Une année de prison, dont quatre mois avec sursis    Investiture en catimini du président Loukachenko    Des progrès dans les discussions Grèce-Turquie au sein de l'Otan    Téhéran crie victoire face à Trump    Le niveau de l'eau en baisse significative    Le budget supplémentaire 2020 en baisse    Corsica Linea reporte ses traversées au 14 octobre    Le RCD dénonce une "remise en cause du multipartisme"    Deux productions algériennes à l'honneur    Appel à contribution pour l'ouvrage "Psychiatrie, Société et Religion"    Parution prochaine du deuxième tome    Hiatus, méprises et augures    GSP : 200 sportifs effectuent le test de COVID-19    Foot Der    Poker gagnant pour l'Histoire    La démocratie et ses travestissements    RICANEMENTS PASSES    Techniques de traduction de la B. D. de l'arabe vers l'espagnol: L'Institut Cervantès lance un appel à inscription    Ximénès ou les frères Barberousse ? Le grand tournant de l'Histoire de l'Algérie au XVIème siècle    "Le projet de la nouvelle Constitution consacre l'Etat de droit"    L'arabie Saoudite dèvoile le calendrier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Reprise des raids de Haftar sur la capitale Tripoli
Au moins cinq civils ont été blessés hier
Publié dans Liberté le 13 - 02 - 2020

Le général Haftar bloque depuis près d'un mois les ports pétroliers dans l'est de la Libye, causant des pertes estimées à un milliard de dollars, selon la compagnie nationale de pétrole NOC.
Au moins 5 civils ont été blessés hier dans des tirs de roquettes près de l'université de Tripoli, attribués aux troupes du controversé général à la retraite Khalifa Haftar, a rapporté le quotidien local al-Wassat, citant des sources proches du Gouvernement d'union nationale (GNA) de Fayez al-Serraj, internationalement reconnu. L'information n'a pas encore été vérifiée de sources indépendantes, ajoute la même source.
Ces tirs de roquettes ont déjà commencé mardi, a rapporté l'agence de presse Reuters. Selon toujours le correspondant de cette agence, des obus sont tombés dans la nuit de mardi à mercredi dans plusieurs quartiers de la capitale libyenne, causant des dégâts matériels, sans faire état de victimes ou de blessés.
Les obus ont ciblé des quartiers d'al-Noufline et Souk al-Jomaa dans le centre-ville de Tripoli, que Khalifa Haftar tente vainement de conquérir depuis le 4 avril 2019. Les nouveaux tirs de roquettes ont plongé une partie de Tripoli dans le noir, ajoutent les mêmes sources, les soldats de Haftar ayant l'habitude de bombarder les centrales et installations électriques pour avancer sur la capitale.
Cette recrudescence des violences intervient dans un contexte marqué par des pas vers l'apaisement et de trêve régulièrement violés par Haftar, bras armé des autorités parallèles de l'Est libyen, basées à Tobrouk. Des violences ont aussi opposé les deux camps près de l'aéroport de Tripoli, selon d'autres sources. Des vidéos diffusées par les troupes du GNA montrent des tirs d'artillerie contre des positions de l'Armée nationale libyenne (ANL) de Haftar dans la zone d'al-Hadhaba.
Le GNA affirme, en effet, que l'ANL n'a aucune intention de se retirer des alentours de la capitale, au moment où l'ONU a lancé de nouvelles discussions à Genève, dans la suite de la conférence internationale de Berlin du 19 janvier dernier. Ces discussions visent à obtenir un accord de cessez-le-feu durable en Libye, afin de pouvoir relancer le processus politique à l'arrêt depuis plus de deux ans.
De nombreuses initiatives locales, régionales et internationales ont été lancées pour réunir les parties libyennes en conflit autour d'une même table, notamment ces dernières semaines, mais Fayez al-Serraj et Khalifa Haftar refusent tout contact direct, s'accusant mutuellement d'être à la solde de parties étrangères. Par ailleurs, les troupes de Haftar ont empêché les avions onusiens d'atterrir sur le sol libyen, a dénoncé hier la mission de l'ONU en Libye.
"L'ONU en Libye regrette que ses vols réguliers, qui transportent son personnel vers et depuis la Libye, ne soient pas autorisés par l'ANL (armée autoproclamée par Haftar) à atterrir en Libye", a indiqué la mission de l'ONU en Libye (Manul) dans un communiqué, publié sur sa page facebook. "Cette pratique a eu lieu à plusieurs reprises au cours des dernières semaines", a souligné la Manul, dont le personnel est basé à Tunis.

Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.