Cour d'Alger: report du procès en appel de l'affaire Mahieddine Tahkout au 28 octobre    NAHD : Leknaoui fait le point sur la préparation    Bouchachi apporte son soutien à Mohcine Belebbas    RENTREE SCOLAIRE : Tebboune adresse ses vœux de réussite aux élèves    ‘'DEBUT 2021'' A CONSTANTINE : Mise en exploitation de l'extension de la ligne du tramway    Libye: l'ONU relève des signes d'apaisement quant à un règlement définitif de la crise    Une journée d'étude sur le droit à l'expression des peuples en lutte pour l'indépendance à Tindouf    Le devoir des nationalistes est de contribuer à la réussite du référendum sur le projet de révision de la Constitution    Les parents d'élèves entre espoir et angoisses    CHLEF : Démantèlement de deux réseaux de trafic de psychotropes    SIDI BEL ABBES : Sortie d'une promotion de 415 agents de rééducation pénitentiaire    HOPITAL DE TLEMCEN : Le service Covid-19 fermé pour travaux    AGO de la FAF : plusieurs points seront débattus le 27 octobre à Alger    Djerad insiste sur la généralisation de l'utilisation des tablettes dans les écoles    PLF 2021: la Commission des finances de l'APN appelle à alléger la pression fiscale    Accidents de la circulation: 7 morts et 155 blessés en 24 heures    MDN : 21 narcotrafiquants arrêtés et plus de 10 qx de kif traité saisis en une semaine    Précisions du P-DG Electro-Industrie d'Azazga    Renvoi des procès de Yanis Adjlia et Dalil Yamouni    Real : Zidane se désigne comme le seul responsable    La LFP rejette la demande d'annulation de la licence de Rooney    8 décès et 223 nouveaux cas    Multiplication des agressions sur les réseaux    Washington prêt à des discussions avec Moscou    Fiat Chrysler investira 1,5 milliard de dollars au Canada    Porsche affiche des chiffres solides    Dacia Spring Le «low cost» s'électrifie    L'autre révolution de Renault    Vers le renforcement de la législation    3 morts et 6 blessés dans un accident de la route    "La langue maternelle est une langue naturelle que rien ne peut effacer"    Le Sila, vitrine du monde de l'édition en Algérie    "La formation pour élever le niveau de la chanson"    Après Black Lives Matter, les musées américains sortent du silence    Une romance méconnue entre Roosevelt et une princesse norvégienne    Sanjay Dutt, la star de Bollywood en détresse, confirme le diagnostic de cancer    Tissemsilt: Une exploration prochaine des capacités hydriques de la région    Djerad entame une visite de travail et d'inspection dans la wilaya de Batna    Au Parc des Princes, Man United est le chat noir du PSG    Industrie de l'électroménager et de l'électronique: Des milliers d'emplois menacés    Après l'achèvement des travaux d'extension de l'usine de Fleurus: Knauf reprend ses exportations    Un prix pour défier la faim    Si Ahmed nous a quittés    Football - Ligue 1: Un nouveau système en vue ?    Ligue des champions d'Europe: Le Real, Liverpool et City sur leurs gardes    SUSPICION    Professeur décapité en France: La confrérie alawyya condamne    Un scandale nommé Ali Haddad    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quelle chance pour la paix ?
Libye
Publié dans Le Soir d'Algérie le 22 - 09 - 2020

La chute de Mouammar Kadhafi en 2011 a plongé la Libye, jusque-là épargnée par les turbulences internes, dans la guerre civile qui a coupé le pays en deux. À l'ouest, Tripoli où est basé le Gouvernement d'union nationale (GNA) dirigé par Fayçal El Serraj, et Benghazi, à l'est, sous la houlette du sulfureux maréchal Haftar.
Les enjeux économiques (hydrocarbures) et géostratégiques ont donné lieu à une course inédite d'influence et surtout d'ingérences multiformes ; bref, un terrain d'affrontement sans merci entre les différents intervenants aussi éloignés que la Turquie d'Erdogan ou la Russie de Poutine, Washington, qui n'est pas en reste, se tient en embuscade et entend peser aussi sur l'issue du conflit libyen. Chacun des protagonistes libyens est déterminé à ne pas céder le terrain les armes à la main. Soutenu par la France, les Emirats arabes unis, la Russie, l'Egypte du général Al Sissi, le chef de Benghazi fait le choix de la solution militaire. Mais cela va se retourner contre lui un an après son échec retentissant de prendre, par une guerre éclair, Tripoli, la capitale malgré les énormes soutiens tant militaires que politiques.
La perte d'autres bastions dans l'ouest de la Libye qu'il avait pourtant arrachés aux forces d'El Serraj le fragilise comme jamais. Résultat : ses sponsors et autres bailleurs de fonds s'inquiètent surtout que l'implication flagrante de la Turquie devient sérieusement menaçante. Ils lui feront porter le chapeau de cette déconfiture. L'Egypte en particulier qui a clairement signifié être prête à contrer les prétentions turques en Méditerranée orientale quitte à engager son armée directement. Et c'est loin d'être un effet d'annonce car Le Caire n'est rien d'autre dans ce conflit que le bras des pays du Golfe hostiles qui voient en Erdogan une réminiscence des temps de l'Empire ottoman. Ni la conférence de Berlin, ni les médiations de l'envoyé spécial de l'ONU, ni les différentes rencontres de réconciliation de mission de bons offices n'apportent une esquisse de solution ; pis, la radicalisation des positions des deux belligérants fait craindre le pire, c'est-à-dire une partition pure et simple de la Libye. Mais, visiblement, aucun des pays intervenant dans le conflit n'y est préparé.
La solution militaire, envisagée au départ par le camp Haftar, et la résistance qui lui est opposée, s'impose depuis quelques mois comme impossible. La bataille de Tripoli a donc mené le conflit dans une impasse et cette situation de statu quo n'arrange personne, d'autant que la production pétrolière est au point zéro alors que le marché mondial connaît des fluctuations qui mettent à rude épreuve les économies des pays qui en dépendent. Certes, chacun œuvre dans les coulisses pour une sortie de crise à son avantage ou du moins avoir sa part des richesses libyennes. Et c'est aussi la paix qui est en otage avec son lot d'incertitudes et la dégradation des conditions de vie des Libyens, toutes catégories confondues.
À l'ouest (Tripoli) comme à l'est (Benghazi), les populations libyennes sont sorties dans la rue crier leur ras-le-bol devant l'incurie et la corruption de leurs dirigeants respectifs. Blocage sur le terrain militaire, risques d'implosion ont un impact sur les dirigeants d'un côté comme de l'autre, leurs soutiens s'inquiètent de cette impasse et de l'instabilité susceptible de devenir incontrôlable. Dans les coulisses des chancelleries, l'on s'active à mettre en place des moyens de désescalade sur le terrain à travers la recherche de personnalités qui prendraient la relève aussi bien d'El Serraj que du malheureux maréchal Haftar. C'est pourquoi il ne faut pas voir l'annonce de démission comme un coup de théâtre mais comme un aboutissement logique de leur échec et pour une recherche de sortie de crise. Près de cinq ans après avoir été nommé à la tête du Gouvernement d'union nationale (GNA) reconnu par l'ONU, Fayez El Serraj jette l'éponge.
Le Premier ministre libyen a annoncé, ce mercredi 16 septembre, lors d'une allocution télévisée, être prêt à quitter ses fonctions avant fin octobre pour céder la place à un nouvel exécutif. «J'annonce à tous mon souhait sincère de céder mes fonctions à un prochain pouvoir exécutif avant fin octobre au plus tard», dira-t-il. Idem pour le maréchal pour lequel le départ n'est rien d'autre que le résultat de pression de ses alliés. De quoi sera fait demain ? Le départ de ces deux chefs qui semblaient inamovibles aura peut-être le mérite de lever le voile sur des noms longtemps restés dans l'ombre du pouvoir à l'ouest comme à l'est. Il y a d'abord Aguila Saleh, le président du Parlement de Tobrouk connu à Alger pour y avoir effectué une visite de trois jours en juin dernier. Il sera reçu avec tous les honneurs à son arrivée à l'aéroport Houari-Boumediène, par Sabri Boukadoum, ministre des Affaires étrangères, et Slimane Chenine, président de l'Assemblée nationale. Le Président Abdelmadjid Tebboune le recevra à son tour au Palais d'El-Mouradia.
À Tripoli, d'autres personnalités émergent et sont appelées à jouer un rôle de sortie de crise. Il s'agit notamment de Fathi Bachagha, originaire de Misrata, ville portuaire de l'Ouest libyen, et qui a dans ses « petits papiers » la volonté de récupérer Syrte, la ville pétrolière, toujours aux mains des forces de Haftar depuis janvier 2020. Et surtout il ne cache pas ses ambitions de briguer la présidence de la Libye tout entière.
L'ancien ministre du Pétrole, Mustapha Sanalla (Monsieur pétrole !) qui bénéficie d'un préjugé favorable de la part de Washington qui attend de lui une contribution dans la stabilisation du marché pétrolier. Pour l'heure, c'est l'ONU qui s'active pour relancer les pourparlers entre les rivaux par le biais de l'UNSMIL, la Mission de l'ONU présidée (par intérim) par l'Américaine Stéphanie Williams. Réussira-t-elle ce terrible challenge à l'heure où l'on assiste à une redistribution des cartes ? À l'évidence, ce conflit, vieux de 9 ans maintenant, n'a pas révélé toute sa face cachée.
Brahim Taouchichet


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.