Campagne référendaire : le projet d'amendement constitutionnel consacre l'avènement de l'Algérie nouvelle    Amendement constitutionnel : renforcer la liberté de la presse et d'expression    Des peines allégées pour Ouyahia et Youcef Yousfi    Un texte réglementaire pour fusionner les services du cadastre et de la conservation foncière    Le port de Skikda renforcé    Le conflit persiste au sein de la CNR    7,9 milliards de DA de créances à récupérer    La liberté dans le respect de l'autre    Macron et l'arabe    Rashford encore bourreau du PSG, Barça et Juve déjà lancés    Le grand bond en arrière, Tuchel contesté    L'AC Milan et Tottenham de retour    Séisme de Mila: les listes préliminaires des concernés par l'indemnisation élaborées    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    Prix Marcel Duchamp à l'artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga    On vous le dit    L'école de la vie    Equipe Nationale : U20 Bensmaïn satisfait du stage    Le RAJA interdit de quitter le Maroc pour cause de Covid-19 : Menace sur la demi-finale retour de la LDC    COA : Journée Sports et médias ce samedi    Mustapha Benfodil . Journaliste, écrivain : «Je dédie mon prix à Khaled Drareni et à tous les détenus d'opinion et politiques»    Le projet d'amendement constitutionnel contribuera au renouvellement de la classe politique et au changement escompté    Djerad plaide pour une réelle ouverture dans le domaine de l'industrie    Les aliments à ne jamais mélanger avec des sodas    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    La peur au ventre    Musulmans de France, tous coupables ?    Communication et impérialisme    Partenariat université-industrie pharmaceutique: Vers la création d'un «Hub biotechnologie»    L'ambassadeur de France à la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Oranie: Les intérêts réciproques réaffirmés    El Tarf: L'attribution des aides au logement rural fait des mécontents    Centre anti-cancer Emir Abdelkader: Plus de 5.000 hospitalisations en huit mois    Réalisées sur les abords d'un oued asséché: Démolition de constructions illicites à Aïn El Turck    Bouira: Le ministre met en garde les commerçants spéculateurs    Qui veut juger Aboubakr Benbouzid ?    Le projet révision de la Constitution, le CNDH et les Principes de Paris    Procès de manifestants: Des libérations, des condamnations et des reports    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    Djerad donne le coup d'envoi à partir de Batna    Le bilan poursuit sa hausse en Algérie    Règlement de comptes au FLN    La CNEP-Banque prête à commercialiser ses produits    Libye: l'ONU relève des signes d'apaisement quant à un règlement définitif de la crise    Une journée d'étude sur le droit à l'expression des peuples en lutte pour l'indépendance à Tindouf    "La langue maternelle est une langue naturelle que rien ne peut effacer"    Professeur décapité en France: La confrérie alawyya condamne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Avec Mustapha Toumi dites toujours «Sobhan Allah ya Ltif» !
Publié dans Le Soir d'Algérie le 22 - 09 - 2020

Toumi, un nom répandu au Maghreb que beaucoup d'Algériens portent. Au strict sens étymologique, il renvoie au nom arabe de jumeau. Mais dans le monde de l'art et de la littérature algériens, il évoque surtout La Casbah d'Alger, et plus singulièrement Mustapha. Le poète, fils de Bir-Djebbah, la «fontaine de l'apiculteur», l'artiste et homme de culture qui n'a pas de jumeau artistique. Mais pourquoi donc évoquer Mustapha Toumi, ici et maintenant, alors que l'actualité artistique et littéraire du moment n'offre pas l'occasion de le rappeler au souvenir des mélomanes et des amoureux de la poésie populaire algéroise ?
Mais toutes les raisons sont bonnes pour évoquer, à tout moment de la vie, le barde de La Casbah et son look de gourou hindou. L'élément déclencheur du souvenir en fut un élan de nostalgie algéroise qui mena le chroniqueur dans un ancien café chantant d'Alger. À l'intérieur, la voix extatique de Hadj Mhammed El Anka ajoutait un peu plus d'envoûtement à la magie du lieu. Ecouter alors Sobhan Allah ya Ltif, poème-testament autant qu'expression lyrique de l'identité qassbaouie de Mustapha Toumi et d'El Anka lui-même, fut alors une douce mais forte incitation à chroniquer sur le gourou Toumi. Justement, gourou, qui signifie en sanskrit le «précepteur», le «guide spirituel», le «maître», désigne en Inde un enseignant reconnu de la religion, la spiritualité, la danse, la musique, la poésie ou de tout autre domaine de connaissance.
Mustapha Toumi, c'est donc l'homme de la polychromie, la polymorphie et la polyphonie. Parolier, inspiré par les muses de Bir-Djebbah et Sidi Ramdane, il a écrit pour les plus grands : Mohamed Lamari, Saloua, Nadia, Warda El Djazaïria et Myriam Makeba, entre autres. Mais c'est surtout pour El Hadj Mhamed El Anka, et à sa demande, qu'il libéra son génie poétique, en signant le monumental Sobhan Allah ya Ltif. C'était en 1970 dans l'Alger de la douceur de vivre où les terrasses de La Casbah et des immeubles haussmanniens servaient de skéné et de proscénium à l'expression du chaâbi. Et lorsqu'on parle du chaâbi, on évoque nécessairement le melhoun. Poésie complexe et subtile des grands maîtres du Maroc et de l'Ouest algérien. Portée notamment par les Marocains Abdelaziz El Maghraoui, Moulay Kaddour El Aalami et Mohamed Benslimane El Fassi. Ou par les Algériens Lakhal Benkhlouf, Mostefa Ben Brahim, Mohamed Bna Msayeb et Cheikh Mohamed Ben Smaïl.
Sobhan Allah ya Ltif est l'œuvre «toumienne» par excellence, qui charme tant les esprits par sa richesse métaphorique. Poème complété par une autre chanson Ki lyoum kizman, qui se voulait une réponse à ses contempteurs qui lui déniaient la paternité de Sobhan Allah ya Ltif, l'attribuant par jalousie perfide à Mostefa Benbrahim. Seulement poète, Mustapha Toumi ? Erudit, homme de théâtre, versificateur perpétuellement accroché à ses rimes, il fut aussi un prosateur souvent dans sa bonne veine, comme en témoigne «Alger n'est plus Alger», un sublime texte de 1967 sur sa ville natale.
L'art et la culture, Mustapha Toumi y est venu précocement. Adolescent, il arpentait déjà les planches et fréquentaient les studios radiophoniques et les colonnes de la presse (Alger-Républicain). Pour y jouer des pièces de théâtre en arabe, en kabyle et en français, ou pour publier des poèmes. Et ce furent aussi des rencontres de stimulation et d'émulation : Abder Isker, Mustapha Kateb, Habib Réda, Mohamed Touri, Djelloul Bachedjerah, Mustapha Badie, Mohammed Hilmi, Nouria et Keltoum. Mais comment ne pas avoir alors la fibre artistique avec un père coiffeur et ancien officier baroudeur dans la fameuse division blindée Leclerc (1939-1945), qui avait dans son «Mouloudia Salon» algérois, rue du Vieux Palais, une guitare ?
Puis vinrent les années du militantisme nationaliste, sous la bannière du PPA-MTLD, et ensuite au sein du FLN-ALN. Après un bref passage à l'ORTF à Paris, il rejoint Tunis, avec l'idée de créer une radio pour la Révolution algérienne en marche. Mais Saâd Dahlab et Abdelhafid Boussouf l'envoyèrent à Nador au Maroc où existait une structure radiophonique, et où officiaient déjà Abdelmadjid Meziane et Aïssa Messaoudi. Et après eux, Mohamed Merzoug, Abdelhamid Temmar et Daho Ould Kablia, plus tard ministres de l'Algérie indépendante.
Après l'indépendance, ce furent les années du journalisme dans Alger-Républicain et Alger-Ce Soir où il compagnonna avec Mohamed Boudia, Serge Michel et Malek Haddad. Puis ce furent les mois de la clandestinité politique dans l'ORP, l'Organisation révolutionnaire et patriotique, avec les Mohamed Harbi, Hocine Zahouane, Abdelhamid Benzine, Sadek Hadjeres et Youcef Fathallah. Plus tard, et après un temps comme conseiller technique de Mohamed Seddik Benyahia, ministre de l'Information et de la Culture, il revient à sa passion pour les vers. Pour mieux écrire une anthologie poétique, et notamment la sublime chanson Africa pour Myriam Makeba et Guevara pour Mohamed Lamari. Et, au cinéma, le scénario, les dialogues et la musique du film Echebka de Ghaouti Bendeddouche, avec l'émouvante complainte Rayha ouine.
L'artiste, le poète, le parolier, le musicien et le compositeur était également féru de connaissances scientifiques. Lui qui décida alors de reprendre des études universitaires de psychologie clinique et flirtait aussi avec la parapsychologie et la perception extra-sensorielle, tout en contribuant à la création du supplément culturel d'El Moudjahid. Ainsi décliné, c'est-à-dire sommairement, le parcours œcuménique mais étonnamment fécond de ce fils de Bir-Djebbah, vous pousse à dire, un brin admiratif : Sobhan Allah ya Ltif !
N. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.