Campagne référendaire : agir positivement pour une Algérie nouvelle    La Constitution de novembre 2020 "vient pour parachever le processus d'édification d'un Etat national"    Man City - Guardiola : "Face à l'OM, nous n'avons pas beaucoup souffert"    Assemblée générale ordinaire de la FAF : Les bilans adoptés    Affaire Rooney : Un nouveau document qui enfonce le Camerounais    Tlemcen: mise en service du gaz de ville au village de Maaziz    Une nouveauté pour les routiers algériens    Le groupe Condor reprend les exportations    L'inflation amorce une nouvelle accélération    La deuxième vague de la Covid-19 pourrait plomber la mobilité    La Sadeg lance l'opération Siyana    Toyota en leader dans l'automobile    Succès annoncé pour le colosse électrique    Le challenge sportif de Hyundai    Libye: Le Conseil de sécurité de l'ONU entérine l'accord de cessez-le-feu    Panamera délivre, désormais, jusqu'à 700 chevaux    La médiation demande l'accès au chef de l'opposition en Guinée    Quand les Etats-Unis s'en mêlent    Zoukh bénéficie d'un nouveau et dernier report    «Il y a alliance entre la bande en prison et les ennemis à l'étranger»    Trois ans de prison ferme requis contre l'activiste Yanis Adjlia    Un duel Messi-Ronaldo en sursis, Paris en terre hostile    USM El Harrach : Sept recrues en un jour    Sofiane Kherraz, Saied Abderraouf et Saïdoune Mohamed Anis, les dernières recrues    Quelle parade face au virus ?    Les communaux protestent devant le siège de la Wilaya    Fondant au chocolat    Universités : Inscriptions et portes ouvertes en ligne    Lancement d'un projet de bande verte    La mercuriale en roue libre à Sétif    Conférences autour du concept de la "colonisabilité" dans la pensée de Malek Bennabi    Abou Leila et les autres    Si on cale déjà sur un dossier pareil...    Mawlid: lancement de la caravane culturelle "El Manara"    Pour une révolution d'encre !    Farid Abache revient avec un album musical poétique    Lancement des travaux de restauration du site Haouch El-Bey    Santé du président Tebboune : «Aucune inquiétude», selon la présidence    La clôture de la campagne référendaire mise en exergue par ses animateurs    L'amendement de la Constitution: réaliser les objectifs ambitieux pour les enfants de l'Algérie    Blida: Le ministre du Commerce incite les industriels à se préparer à l'exportation    Le Vote Des Expatriés En Question    UN COMBAT CONTRE SOI    Recrudescence des cas de Covid-19: Hôpitaux : retour à la case départ ?    JS Kabylie: Zelfani mise sur le tournoi d'Alger    Mercato estival 2020-2021: Une grande transhumance, pour quels résultats ?    Les produits pétroliers disponibles durant les fêtes d'El Mawlid Ennabaoui et du 1er novembre    Quand Macron irrite les musulmans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Avoir conscience des rêves qui fuient !
Publié dans Le Soir d'Algérie le 23 - 09 - 2020

Il ne fait aucun doute que les rêves ont toutes les chances de se réaliser si l'on s'y accroche. Si on leur offre les conditions de s'épanouir. Ils peuvent devenir réalité comme ils peuvent s'évanouir face aux difficultés que l'on éprouve à les réaliser. Comme celles qui émergent lorsque l'on choisit une embarcation de fortune pour opérer une rupture avec les attentes infructueuses et les déceptions qui se succèdent. Elles sont combien ces personnes sur lesquelles on projette un mépris qui va grandissant ? Sur la bande originale de leur vie figure un tracé qui leur échappe et qu'elles ne maîtrisent plus à un temps T !
Un pays qui regarde ses enfants braver la mort pour en finir avec les espoirs qui s'abîment ne devrait pas s'en réjouir mais plutôt s'interroger sur les moyens à inventer pour contrer les démissions et réanimer un instinct de vie qui fait défaut chez celles et ceux qui disent leur renoncement de façon aussi violente.
Il arrive, par exemple, que l'on ait envie de croire que les flots meurtriers ont perdu de leurs effets tentateurs. Et puis on réalise un matin que c'est faux, que ces derniers sont toujours pris d'assaut là où la vigilance des garde-côtes perd de sa vigueur. Ils bravent les dangers de la mer, le plus souvent, sans réfléchir à ce qui pourrait leur arriver de pire. Et même lorsqu'ils en sont conscients, ils se tiennent la main les uns les autres en se disant qu'ils ne seront pas seuls à contourner la mort. Que leur bonne étoile les aidera, peut-être, à sauter le pas sans courir de risques majeurs. L'aventure vaut-elle la peine d'être courue ? Certes non, quand on sait ce qui attend de l'autre côté. Chez ces kouffar dont on convoite l'aisance financière mais pas le mode de vie ou les pratiques religieuses. Avec qui en débattre quand les uns ont cessé d'y croire et que les autres n'ont pas de temps à consacrer à des candidats à l'exil plus encombrants qu'utiles à un système étranger à leurs attentes ? S'ils ne sont pas avalés par les flots, ils vont tout droit en centre de regroupement avant d'être renvoyés chez eux, et s'ils sont interceptés en mer, ils vont en prison. Quel triste destin !
M. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.