L'adoption de la nouvelle Constitution "contribuera à l'édification de la nouvelle Algérie"    APN: levée de l'immunité parlementaire des députés Abdelkader Ouali et Mohcine Bellabas    Opep+ : priorité à la conformité totale de tous les pays membres    Le projet d'amendement de la Constitution garantit la souveraineté totale du pays sur ses ressources naturelles    Rentrée sociale: Rezig met en garde contre toute augmentation des prix des articles scolaires    Real Madrid: Ramos forfait contre le Shakhtar    Report du procès de l'ex-wali d'Alger, Zoukh, au 3 novembre prochain    Plus de 5 millions d'élèves rejoindront mercredi l'école dans des conditions sanitaires exceptionnelles    JEUNES ET PECHEURS BENEVOLES PARTICIPENT AUX RECHERCHES : Disparition de 12 harraga sur les côtes de Chlef    BECHAR : Le wali visite les ksour du Nord    REFERENDUM CONSTITUTIONNEL : Talaie El Hourriyet décide de participer    Le procès de l'affaire El Watan et les fils de Gaïd Salah reporté    Tayeb Louh inculpé dans l'affaire des bracelets électroniques    JM Oran-2022 : les aspects organisationnels abordés avec une délégation française    UNIVERSITE ‘'IBN BADIS'' MOSTAGANEM : Journées portes ouvertes pour les nouveaux bacheliers    LDC : Le programme de ce mardi    Accidents de la circulation: 17 morts et 1 263 blessés en une semaine au niveau national    Nouveau round des négociations entre Londres et Bruxelles    Tensions autour de résultats non proclamés    La mouvance islamiste dans l'œil du cyclone en France    Le rapport 2019-2020 soumis au gouvernement fin novembre prochain    L'année sans Sila...    Une fresque poétique sur une Algérie de tolérance et de diversité    Un guide pratique sur les traditions anciennes    Les Canaris en stage à Palm-Beach    Le plan stratégique national dévoilé    Luis Arce, le dauphin d'Evo Morales, remporte la présidentielle    Début d'une réunion de la commission militaire conjointe à Genève    Guterres estime «possible» le dialogue avec certains groupes extrémistes    «L'équilibre entre l'offre et la demande est nécessaire»    Les partisans du «non» se plaignent de l'interdiction de leurs activités    Réserves de change, la dégringolade    Doublé de Bendebka face à Al-Nassr    Le Raja Casablanca s'incline devant le Zamalek    «Un crime colonial» peu présent dans le cinéma algérien    «La littérature algérienne en exil», thème d'une conférence tenue à Alger    Banksy revendique une œuvre murale à Nottingham    Culture-PLF 2021: proposition de clôture de 3 comptes spéciaux pour le secteur    Gestion de l'après Covid-19: appel à un nouveau modèle de soutien à la Culture    Présomptions condamnables ?    Un destroyer américain fait escale au port d'Alger    USM Bel-Abbès: Reprise sur place en attendant les stages    JSM Béjaïa: Le bon sens a prévalu    Marché de Aïn El Turck: Retour en force des étals de vente de viande de l'abattage clandestin    Des opérations en faveur des populations des zones d'ombre    Plusieurs quartiers ciblés par une opération de nettoiement: Plus de 4 tonnes de déchets transférées au CET de Hassi Bounif    L'ex-commissaire: Kaddour Benkhira n'est plus    "La révision constitutionnelle consacre et préserve les constantes de l'identité nationale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quid des arts et de la culture ?
Amendement de la constitution
Publié dans Le Soir d'Algérie le 26 - 09 - 2020

Que dit la nouvelle Constitution sur les arts, la culture, la création et le patrimoine ? En plus des articles déjà consacrés, l'amendement qui fera l'objet d'un référendum le 1er novembre contient de nouvelles dispositions liées au domaine.
Les Algériens sont appelés à voter sur le projet d'amendement de la Constitution dont le texte disponible sur internet est porteur de quelques nouveautés que certains considèrent comme formelles tandis que d'autres les voient comme une dérive autoritaire.
En ce qui concerne les aspects liés à la culture et à la création artistique et académique, la nouvelle Constitution complète l'article 38 garantissant la liberté de création intellectuelle, artistique et scientifique et protégeant les droits d'auteur par un paragraphe soutenant «les libertés académiques et de recherche scientifique dans le cadre de la loi» alors que l'article 38 bis décrète inaliénable le droit du citoyen à la culture et affirme l'engagement de l'Etat «à protéger et préserver le patrimoine culturel matériel et immatériel».
Cependant, l'article 41 modifié concernant la restriction de ces libertés est beaucoup plus explicite et paradoxalement tout aussi vague que son précédent puisqu'il pénalise toute idée, opinion ou image «portant atteinte aux constantes nationales, aux intérêts supérieurs de la nation ainsi qu'à ses valeurs religieuses et culturelles».
Pour ce qui est de l'identité culturelle et linguistique du pays, la nouvelle Constitution maintient l'article consacrant tamazight langue nationale et officielle mais à un degré inférieur que l'arabe qui «demeure langue officielle de l'Etat». Et alors que celle-ci a droit à son «Haut conseil», le tamazight se contentera d'une «académie» directement dépendante de la présidence de la République.
Pour rappel, de nombreuses atteintes aux libertés de création, d'opinion et de culte ont été perpétrées ces dernières années sous couvert d'articles de loi, laquelle contredit souvent les garanties offertes par la Constitution. La censure «traditionnelle» qui s'opère chaque fois au Salon international du livre d'Alger en est un exemple parmi d'autres. En effet, à chaque lancement du Sila, on nous annonce un certain nombre d'ouvrages interdits ou saisis, sans pour autant en préciser les titres et les motivations détaillées.
Par ailleurs, certains écrivains et éditeurs ont carrément subi des descentes de police pendant le déroulement du Salon. Les arguments évoqués étaient alors liés au «non-respect de la foi religieuse» et autres lignes rouges consacrées par la Constitution. Aussi, en 2017, les cafés littéraires de Kabylie ont connu une vague de censure et de répression inégalée qui s'abattait par le biais des chefs de daïra ou des walis, lesquels refusaient de délivrer l'autorisation aux organisateurs de ces rencontres. Ceci a conduit à la «marche du livre» d'Aokas en juillet 2017 où des centaines de personnes ont manifesté, un livre à la main, pour protester contre cette censure systématique et contester le système des autorisations.
Sarah H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.