Explosion de gaz à El-Bayadh : 1 à 3 ans de prison ferme à l'encontre de 12 accusés    Lourdes peines pour Oulmi et Ouyahia    Prison ferme, relaxes et condamnations avec sursis    "Les alertes de l'ONS auraient dû interpeller Sonatrach"    "La dévaluation du dinar est inévitable"    "LE RECUL DU MULTILATERALISME A FAVORISE LA MULTIPLICATION DES CRISES" Aujourd'hui, dans    Donald Trump a un compte bancaire en Chine    Nouvelles législatives en décembre    Football / Classement Fifa : l'Algérie gagne cinq places, désormais 30e    Banouh libéré de la JSK à moindre coût    Le stage de l'EN interrompu à cause de la Covid-19    Vers une dérogation pour le club amateur    Chanegriha : le peuple algérien fera entendre sa voix souveraine le 1er novembre    Une rentrée presque normale à Alger    Atelier scientifique sur les glissements de terrain    LES VERITES AMÈRES D'UNE ENSEIGNANTE    Benfodil, Bensayeh et Zimu, lauréats    Des actrices unissent leurs voix contre les féminicides    Lire délivre    Amendement constitutionnel : renforcer la liberté de la presse et d'expression    La liberté dans le respect de l'autre    Macron et l'arabe    Une rentrée adaptée au contexte sanitaire    Le grand bond en arrière, Tuchel contesté    L'AC Milan et Tottenham de retour    Le port de Skikda renforcé    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    Prix Marcel Duchamp à l'artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga    Le RAJA interdit de quitter le Maroc pour cause de Covid-19 : Menace sur la demi-finale retour de la LDC    Equipe Nationale : U20 Bensmaïn satisfait du stage    Le projet d'amendement constitutionnel contribuera au renouvellement de la classe politique et au changement escompté    Djerad plaide pour une réelle ouverture dans le domaine de l'industrie    Musulmans de France, tous coupables ?    El Tarf: L'attribution des aides au logement rural fait des mécontents    Centre anti-cancer Emir Abdelkader: Plus de 5.000 hospitalisations en huit mois    Bouira: Le ministre met en garde les commerçants spéculateurs    Qui veut juger Aboubakr Benbouzid ?    Le projet révision de la Constitution, le CNDH et les Principes de Paris    La déclaration de patrimoine enfin constitutionnalisée ?    Partenariat université-industrie pharmaceutique: Vers la création d'un «Hub biotechnologie»    L'ambassadeur de France à la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Oranie: Les intérêts réciproques réaffirmés    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    Plaidoyer pour alléger la pression fiscale    La CNEP-Banque prête à commercialiser ses produits    Libye: l'ONU relève des signes d'apaisement quant à un règlement définitif de la crise    Une journée d'étude sur le droit à l'expression des peuples en lutte pour l'indépendance à Tindouf    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Guerre ouverte entre l'Arménie et l'Azerbaidjan
Karabakh
Publié dans Le Soir d'Algérie le 29 - 09 - 2020

Au moins 40 personnes sont mortes en 24 heures dans les combats opposant les séparatistes du Nagorny Karabakh, soutenus par l'Arménie, avec l'Azerbaïdjan, selon des bilans annoncés hier lundi, des affrontements laissant craindre une guerre ouverte entre Bakou et Erevan.
Toutes les puissances régionales et mondiales — Russie, Etats-Unis, France, Iran, UE —, exceptée la Turquie, alliée de Bakou, ont appelé à une cessation immédiate des hostilités, les plus graves depuis 2016.
Le ministère de la Défense du Karabakh a reconnu la mort de 32 militaires depuis dimanche matin et le début des affrontements dans la région séparatiste azerbaïdjanaise du Nagorny Karabakh, peuplée majoritairement d'Arméniens.
Ce territoire échappe au contrôle de Bakou depuis une guerre au début des années 1990 qui avait fait 30 000 morts. Six civils azerbaïdjanais, un de plus que dimanche, et deux civils arméniens du Nagorny Karabakh ont également succombé. L'Azerbaïdjan n'a pas annoncé de pertes militaires.
Le bilan pourrait être bien plus lourd, les deux camps affirmant avoir infligé des centaines de pertes à l'adversaire et diffusant des images de combats. Bakou affirme avoir tué 550 soldats ennemis, et Erevan plus de 200.
Le ministère de la Défense du Nagorny Karabakh a indiqué avoir regagné des positions perdues la veille, mais l'Azerbaïdjan a affirmé avoir fait des gains territoriaux, usant de «roquettes, de l'artillerie et l'aviation». Ce pays du Caucase a dépensé sans compter en armement ces dernières années grâce à sa manne pétrolière.
Le général azerbaïdjanais Maïs Barkhoudarov a proclamé que ses troupes sont «prêtes à se battre jusqu'à la dernière goutte de sang pour anéantir l'ennemi».
Après des semaines de rhétorique guerrière, l'Azerbaïdjan a dit avoir lancé dimanche une «contre-offensive» après une «agression» arménienne, usant de son artillerie, de blindés et de bombardements aériens sur la province sécessionniste. Ces combats, les plus meurtriers depuis 2016, ont provoqué l'inquiétude internationale, la Russie, la France et les Etats-Unis — les trois médiateurs du conflit au sein du Groupe de Minsk — appelant à un cessez-le-feu et à des négociations.
Le Premier ministre arménien Nikol Pachinian a accusé son ennemi historique d'avoir «déclaré la guerre au peuple arménien». Le Président azerbaïdjanais Ilham Aliev a, lui, promis de «vaincre».
Les combats ont alimenté une ferveur patriotique dans les rues arméniennes et azerbaïdjanaises.
«Les affrontements doivent continuer tant que nous n'aurons pas reconquis nos terres. Je suis prêt à aller au champ de bataille», lance Vidadi Alekperov, un garçon de café de 39 ans à Bakou.
«Nous allons nous battre jusqu'à la mort et régler le problème une fois pour toutes», proclame de son côté Artak Bagdassarian, un habitant de Erevan de 36 ans qui attend sa conscription militaire. La Turquie a signifié son soutien total à l'Azerbaïdjan. Erevan et les séparatistes ont accusé Ankara d'ingérence politique et militaire.
«La Turquie combat contre le Nagorny Karabakh, pas que l'Azerbaïdjan. Il y a des hélicoptères turcs, des F-16 et des troupes et mercenaires de différents pays», a affirmé le président de cette république autoproclamée, Araïk Haroutiounian, dimanche soir. «Aucune ingérence n'est acceptable» dans ce conflit dont l'escalade est «très préoccupante», a déclaré un porte-parole du chef de la diplomatie européenne Josep Borrell. Moscou entretient des relations cordiales avec les deux belligérants et représente le grand arbitre régional, et le Président russe Vladimir Poutine a appelé à une cessation immédiate des hostilités. Son porte-parole a répété ce message lundi. «Les combats doivent cesser sans tarder», a déclaré à la presse Dmitri Peskov.
La Russie reste plus proche de l'Arménie, les deux pays appartenant à la même alliance militaire dominée par Moscou.
Tous les efforts de médiation du Groupe de Minsk ont échoué à résoudre ce conflit et des flambées de violences interviennent régulièrement au Nagorny Karabakh, comme en 2016. Plus rare, en juillet 2020, Arméniens et Azerbaïdjanais se sont affrontés pendant plusieurs jours à leur frontière nord. Ces évènements témoignent de tensions grandissantes depuis des mois.
Les deux Etats ont aussi décrété la loi martiale et l'Arménie la mobilisation générale. L'Azerbaïdjan impose un couvre-feu dans une partie du pays, notamment sa capitale. Une guerre ouverte entre les deux pays laisse craindre une déstabilisation du Caucase du Sud, en particulier si la Turquie et la Russie, qui ont des intérêts divergents, interviennent dans le conflit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.