Le Dinar poursuit sa dégringolade    Une pénurie de 300 médicaments en Algérie    L'Algérie remet les pendules à l'heure    La France face à ses contradictions    L'Intersyndicale monte au créneau    Le nombre reste au-dessus de la barre des 1.000 cas    Schalke : Bentaleb indiscipliné à cause de ses origines selon un ex international allemand    L'armée sahraouie poursuit ses attaques contre des positions de l'armée marocaine    Le PA rejette la résolution du PE sur la situation des droits de l'Homme en Algérie    Covid-19: Djerad préside un conseil interministériel consacré à l'évaluation de la situation épidémiologique    Cavani fait gagner Manchester United face à Southampton    Sahara occidental : l'ONEC réitère son soutien à la lutte du peuple sahraoui    AADL 2 : plus de 63.000 souscripteurs dans 33 wilayas ont fait le choix du site    Elevage : un nouveau dispositif d'approvisionnement d'aliments de bétail    Plus de peur que de mal pour Aribi    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur d'Italie en Algérie    Electricité: l'ouverture du réseau national aux producteurs indépendants du solaire recommandée    L'APN prend part à un workshop régional sur le rôle des Parlements arabes dans la protection des droits des personnes âgées    Jeux olympiques et paralympiques: versement de subventions financières à neuf athlètes    Zelfani limogé    Le Mouloudia aurait pu faire mieux    Campagne de lancement de la culture de colza    TRIBUNAL DE TIPASA : Report du procès d'Abdelkader Zoukh au 8 décembre    Le procès en appel d'Ould Abbas et Said Barkat reporté    ORAN : Opération de réhabilitation de la voie publique    Ligue 1 : la JS Saoura et l'ES Sétif affichent déjà leurs ambitions    Non, je préfère me taire...    Le Chabab à la conquête de l'Afrique    Maradona, l'homme de la métamorphose    Un protocole sanitaire pour une reprise universitaire sécurisée    Grippe, Covid-19... Bientôt un vaccin à base de plantes ?    La scène artistique bataille pour survivre au confinement    YouTube, le CNC et Arte s'allient pour promouvoir la culture en ligne    La demande d'appel de Johnny Depp rejetée    Covid-19 et pouvoirs de police : quelles limites ?    21 décès et 1 044 nouveaux cas    Large mobilisation en France    Montée de tensions entre Téhéran et Tel-Aviv    L'Opep+ examine les différentes options    Malek, un jeune chanteur en "vogue"    Visa For Music, l'art de la résilience    Intégration de la musique de l'Ahaggar dans l'organologie universelle    LSDA de Sidi Abdellah lourdement impactée : «Un calendrier de paiement est proposé aux abonnés»    Tiaret : 2322 logements attribués    L'APW-Jeunes de Béjaïa : Une expérience unique à l'échelle nationale    LE DECOMPTE DES MORTS    Arènes d'Oran: La rénovation des tribunes en phase d'achèvement    L'impuissance de la communauté internationale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Un crime colonial» peu présent dans le cinéma algérien
Massacres du 17 octobre 1961 à Paris
Publié dans Le Soir d'Algérie le 20 - 10 - 2020

Intervenant par visioconférence, le critique de cinéma Ahmed Bedjaoui a rappelé les quelques films qui ont traité des massacres du 17 Octobre 1961, dont Octobre à Paris, premier film traitant des massacres du 17 Octobre 1961, réalisé en 1962 par Jacques Panijel et qui a été censuré en France avant sa diffusion onze ans plus tard.
Les massacres du 17 Octobre 1961, un crime colonial commis contre des Algériens qui manifestaient pacifiquement à Paris, est «peu présent» dans le cinéma algérien, ont estimé, samedi, à Alger, des participants à une rencontre sur l'événement.
Organisée à la villa Dar Abdeltif, en commémoration de la Journée nationale de l'émigration, marquant le 59e anniversaire des manifestations du 17 Octobre 1961, la rencontre a été une occasion pour passer en revue la place de ces douloureux événements dans le cinéma algérien.
Le producteur Yacine Laloui considère que les films, tous genres confondus, traitant de certains événements historiques, notamment les massacres du 17 Octobre 1961 à Paris, sont «peu nombreux» pour cause de difficultés liées à la diffusion des films traitant de la mémoire en France ainsi que le manque de financement.
M. Laloui souligne que la «politique dirigiste menée par les pouvoirs publics» a «restreint» la liberté de création et favorisé l'émergence d'un «cinéma événementiel» et des «films à la demande» financés par des fonds publics.
Autre film traitant de ces événements, Le silence du fleuve, un documentaire de Mehdi Lallaoui, sorti en 1991, est un des films, basé sur des témoignages et de documents d'époque, qui revient sur la violente répression des manifestants algériens à Paris contre un couvre-feu discriminatoire des autorités françaises.
Les enfants d'Octobre (2000) de Ali Akika, Hors-la-loi (2010) de Rachid Bouchareb, entre autres, se sont, par ailleurs, intéressés à la question de la mémoire en traitant, par l'image, les massacres du 17 Octobre 1961 et ceux du 8 Mai 1945, rappelle Ahmed Bedjaoui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.