PSG: la réaction de Di Maria et Paredes au décès de Maradona    Conseil de la nation: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre l'enlèvement    188e anniversaire de l'allégeance à l'Emir Abdelkader, l'unité nationale comme message éternel    Le Maroc, soutenu par la France, a sapé tous les efforts pour régler la question sahraouie    Pétrole : l'Opep entame une série de réunions techniques sur la situation du marché    Images d'ailleurs, regards d'ici    Saïd Bouhadja n'est plus    Milan à la relance, Tottenham et Naples pour faire le trou    «Nous avons un groupe homogène»    Aït Abdeslam «out» contre le CABBA et le MCO    Sonelgaz menace    Entre avancées et entraves    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance    Le verdict attendu pour le 1er décembre    Les Algériens ont une image mitigée de l'UE    Des résultats en nette régression    Amor Benamor s'approvisionne quotidiennement auprès de l'OAIC    L'Algérie sera présente    JS Kabylie : décès de l'ancien latéral Rezki Maghrici    Noureddine Tounsi incapable de comparaître devant le juge d'instruction    "Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    De nombreux établissements scolaires paralysés    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    "La sécurité, c'est mieux !"    Kaboré en tête des résultats partiels    Difficile unification du Parlement en Libye    Naissance de l'Association des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    Boukadoum entame une visite à Abuja    Nouvelles de Tlemcen    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    LA CORDE ET LE NŒUD COULANT    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Les angles de l'ingérence    Douze autres pays concernés: Les Emirats suspendent l'octroi des visas aux Algériens    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Programme de 300 logements sociaux de Aïn El Turck: Un chantier qui traîne depuis presque une décennie    Une médaille pour nos revers !    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Le gouvernement entretient le suspense    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





7,9 milliards de DA de créances à récupérer
Oran : Société algérienne de Distribution de l'Electricité et du Gaz
Publié dans Le Soir d'Algérie le 22 - 10 - 2020

Une fois de plus, la Société algérienne de distribution de l'électricité et du gaz se retrouve avec d'importantes créances, atteignant cette fois-ci un record avec près de 7,9 milliards de dinars de factures impayées.
La crise sanitaire due à la pandémie de coronavirus, considérée par la Sadeg comme étant exceptionnelle, l'a amené à procéder à la suspension des coupures pour factures impayées, et ce, dans un élan de solidarité. Ce qui a augmenté considérablement le niveau des créances détenues auprès de ses abonnés, aussi bien privés que publics. Des créances qui restent, dira la Sadeg par le biais d'un communiqué de presse, « en constante croissance et ont atteint à la fin du mois de septembre des niveaux record, avec plus de 7,9 milliards de dinars au niveau de la wilaya d'Oran, soit un taux d'évolution de 54% ». Une situation qui affecte la trésorerie de la Sadeg qui œuvre « à la pérennité des revenus sur toute la chaîne des intervenants dans ses métiers, et d'autre part freine la concrétisation des réseaux électriques et gaziers ainsi que des diverses prestations proposées à sa clientèle ». Afin d'éviter à ses clients l'accumulation de leurs factures, la Sadeg «compte sur le sens de responsabilité et de citoyenneté de son aimable clientèle et l'invite à s'acquitter de ses créances, à travers les différents modes et formules de paiement qui seront négociés et arrêtés en fonction du nombre de factures, du montant des créances et de leur niveau de solvabilité».
A. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.