Le nouveau système informatique pour la conformité des produits importés n'affecte pas les mesures de contrôle actuelles    Sahara occidental : une parlementaire européenne n'exclut pas "une guerre sanglante" face à la passivité de l'UE    Lavrov appelle à la reprise des négociations entre le Maroc et le Front Polisario    FC Barcelone: La sortie surréaliste du Barça sur l'avenir de Messi !    Handicapés: lancement de la plate-forme numérique "La solidarité nationale à l'écoute"    Le capitaine Benzema ne réussit pas au Real Madrid    Construction automobile: le traitement des dossiers se déroule selon le cahier des charges    Polisario: L'élargissement du mandat de la Minurso, un impératif compte tenu les derniers développements    Réassurance: la CCR augmente son capital à 25 milliards DA    Un an de prison ferme et 100 000 dinars requis par le procureur    Défilé d'anciens ministres au tribunal de Sidi-M'hamed    Quand la vérité est absente, les menteurs dansent !    À l'aune de l'économie de la connaissance    Dans l'attente des 6 000 logements AADL    Le cas de Koukpo et Ngombo réglé    L'EN fin prête    Retour du Président, ingérences et détenus d'opinion    Du nouveau pour la petite enfance    Que faire ?    Même la précarité choisit ses victimes !    Lynda Lemay revient avec 11 nouveaux albums de onze titres    Notre-Dame de Paris accueille un concert de Noël    Un décembre en cinéma    Une simple formalité pour les Mouloudéens    Programme    Damerdji "favorable" à un retour limité du public    Poursuite des attaques contre l'armée marocaine    L'Egypte épinglée sur la multiplication des exécutions    Des peines de prison pour les leaders prodémocratie    "Pour une conférence nationale inclusive"    L'EHU 1er-Novembre prend en charge 70% des malades    Le procès d'Adjlia reporté au 9 décembre    Les distributeurs rejettent les accusations des pharmaciens    Alliance Assurances lance en exclusivité le premier produit dédié aux startup    Une vie de combat    Quand Yasmina sauve Mohamed !    HENRI TEISSIER, l'archevêque au grand cœur    Une absence et des interrogations    J'irai me plaindre à mon député !    Diego...    Le Parlement européen ou l'agenda du chaos !    Violation du protocole sanitaire et non-respect du confinement: 12.237 infractions enregistrées du 5 novembre au 1er décembre    Ras El Aïn: Relogement de 1.000 familles le 1er trimestre 2021    L'onde et l'escargot    Retour sur la présence de Henri Teissier à Tlemcen: Le président de « Dar Es-Salam » de Birouana n'est plus    Le procès en appel des frères Kouninef renvoyé au 16 décembre    Le professeur Benbouzid met les points sur les "i"    L'Europe doit tenir tête à la Hongrie et à la Pologne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Petit vampire de Joann Sfar, de la BD au grand écran
Film
Publié dans Le Soir d'Algérie le 25 - 10 - 2020

Stakhanoviste du crayon, désespéré que l'Europe ne produise pas plus de films «spectaculaires», Joann Sfar donne toute son ampleur à l'une de ses séries phares, Petit Vampire, exorcisant les peurs des enfants. Les fidèles de la bande dessinée (sept albums, auxquels s'ajoutent trois nouveaux liés au film qui sort mercredi dans les salles en France, un roman jeunesse, un jeu de société !) ne seront pas dépaysés : ils retrouveront le petit vampire, sa famille et ses amis, les monstres aussi destroy qu'attachants, dans cette aventure sur grand écran.
Les spectateurs s'attachent au destin de ce petit garçon pas comme les autres, devenu un vampire pour l'éternité, avec sa mère, par la grâce d'un capitaine mi-sauveur, mi-geôlier.
Ce que «Petit vampire» aimerait plus que tout, c'est aller à l'école pour y trouver un ami, un vrai, un enfant comme les autres. Mais sa quête va le conduire vers un grand danger qui pourrait tout détruire, lui et sa famille. Pour les salles obscures, le dessinateur niçois a vu grand : les décors de la Côte-d'Azur sont somptueux et peuplés de gigantesques bateaux pirates volants, avec une narration mêlant merveilleux, imaginaire enfantin et vie quotidienne qui peut rappeler le maître de l'animation, Miyazaki.
Une référence revendiquée par l'auteur, qui a déjà adapté pour le cinéma son Chat du Rabbin et a, cette fois, demandé à ses animateurs 2D de s'inspirer également des vieux Disney.
Car l'ambition de Sfar dépasse Petit Vampire. Atterré par la situation de l'industrie du cinéma, celui qui est également l'auteur du biopic Gainsbourg (Vie Héroïque) a lancé cette semaine un appel à «produire en Europe des œuvres spectaculaires, ambitieuses et visuelles», pour sauver le cinéma de la disparition des blockbusters américains.
«Nous avons aussi nos légendes et nos rêves», a-t-il affirmé dans un message sur les réseaux sociaux, aux côtés d'un croquis de Petit Vampire, avant d'appeler les cinéastes européens «à s'adresser au monde entier». Lui-même s'y attelle déjà : il a fait naître Petit Vampire au sein d'une nouvelle structure, le studio «Magical Society», qui développe une dizaine de projets, liés au fantastique ou au surnaturel. L'ambition ? «Faire en France ce que peuvent faire un Tim Burton ou un Guillermo Del Toro dans d'autres territoires», résume Sfar.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.