Covid-19 : L'ouverture des frontières à partir du mois de juin    Makboul critique la tentative des Etats Unis d'empêcher la tenue de la réunion du CS    73 ans après la Nakba: le drame palestinien se perpétue et multiplie les victimes    L'avocat américain Jared Genser se joint à l'équipe de défense de la militante sahraouie Soltana Khaya    Quart de finale de Ligue des Champions: le CR Belouizdad bat l'Espérance de Tunis (2-0)    Serie A : L'Inter Milan chute face à la Juventus    Béjaia: distribution de plus de 3.000 logements au nouveau pôle d'Ighil-Ouzarif    Législatives du 12 juin: TAJ en lice avec un programme "réaliste"    Plus de 50 citoyens placés en garde à vue à travers le pays    La ville assiégée par la police    Commerce: respect total du dispositif de permanence au 2ème jour de l'Aïd El Fitr    Réunion du conseil des ministres: possibilité de réouverture des frontières terrestres et aériennes au menu    Retour sur les principaux changements    Washington s'oppose à une réunion du Conseil de sécurité et ses résolutions    La bonne affaire des pêcheurs occasionnels    Charfi réfute toute «nature politique»    La Côte d'Ivoire et le Maroc au menu des «étalons» en juin    Nouveau report    Un bond de 58,83% durant le 1er trimestre    Le scepticisme des syndicats    Héliopolis de Djaffar Gacem en salles à partir du 20 mai    Le Chabab face à l'ogre tunisien de l'Espérance    "Nous sommes décidés à relever le défi à Sfax"    La finale de la C 1 délocalisée à Porto    L'Algérie enchaîne une nouvelle baisse    Le gendre du Président recherché    Découverte du corps sans vie d'un plongeur    Plusieurs infrastructures routières affectées    Des P/APC qui ne résident pas dans leur commune !    LES EXTRADITIONS "POLITIQUES" NE SERONT PAS POSSIBLES    Ouverture prochaine d'un mini-théâtre pour enfants à Aïn Témouchent    Boumerdès : 600 MDA pour rénover les stades de proximité    CR Belouizdad : Belaïd Hechaïchi n'est plus    Boumerdès : Le site du Rocher noir délaissé    ANSS : La nécessité de sauvegarder le patrimoine de la Casbah    Célébration de la journée de la mémoire : Un programme commun pour toutes les universités d'Oran    Oran : La fête de l'Aïd retrouve des couleurs    Macron réunit un sommet virtuel    Vœux pour ces dames    Les Algériens accueillent l'Aïd dans la joie    Les Algériens balayent Rachad    Le gouvernement s'engage auprès des start-up    Le président échange ses voeux avec 5 chefs d'Etat    Les petits pas de l'axe Alger-Paris    Les vœux de Tebboune aux Palestiniens    Boussad Boudiaf emporté par la Covid-19    Adieu consoeur    Un témoignage nous interpelle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'inquiétude monte
Situation épidémiologique
Publié dans Le Soir d'Algérie le 27 - 10 - 2020

L'inquiétude du corps médical, perceptible depuis quelques jours déjà, a fini par gagner le gouvernement. La situation épidémiologique connaît une rapide évolution avec une tendance à la hausse des cas de Covid-19 confirmés. Le retour à la normale voulu par les pouvoirs publics ne s'accompagne nullement du respect des gestes barrières, au contraire, c'est une totale banalisation qui s'installe.
Nawal Imés - Alger (Le Soir) - La courbe des contaminations au Covid-19 remonte depuis une dizaine de jours déjà. Le bilan quotidien établi par le ministère de la Santé fait ressortir une constante augmentation du nombre de personnes testées positives au Covid-19. Un décompte qui, aux dires de l'ensemble des spécialistes, ne donne qu'une infime idée de la circulation du virus puisque seules les personnes testées au PCR sont comptabilisées. Toutes les autres qui ont recours au scanner ou qui sont asymptomatiques ne figurent pas dans le décompte.
Ce qui inquiète le corps médical depuis quelques jours déjà, c'est l'augmentation du nombre de personnes qui sollicitent les services dédiés à la prise en charge des personnes atteintes du Covid-19 et qui nécessitent une admission en raison de leur état de santé qui se dégrade.
Les services de réanimation sont à nouveau sous pression à tel point que dans les grands CHU, des chefs de services sont contraints de refuser des demandes d'admission de leurs propres confrères, faute de place. Une situation qui a forcé les pouvoirs publics à sortir de leur mutisme mais surtout à modifier leur discours. Le ton rassurant des dernières semaines laisse en effet place à de l'inquiétude exprimée jusqu'au plus haut sommet de l'exécutif. Le ministre de la Santé avait, il y a une semaine, rappelé la nécessité de respecter les mesures barrières, avant que son homologue de l'Intérieur ne fasse de même, laissant planer le risque d'un retour à des mesures contraignantes déjà prises au début de la pandémie. Le directeur de l'Institut Pasteur avait joint sa voix à celles des deux ministres avant que le Premier ministre ne réagisse également, tirant la sonnette d'alarme et sonnant la mobilisation générale.
Abdelaziz Djerad notait dimanche que «la situation dans notre pays, et après une maîtrise de la situation sanitaire et l'enregistrement de résultats forts encourageants, montre aujourd'hui des signes perceptibles de relâchement, lesquels suscitent la crainte d'une résurgence de cas de clusters et doivent inciter, non seulement à la prudence, mais surtout à une plus forte mobilisation et un engagement de tous pour freiner la propagation du coronavirus», ajoutant qu'«en cette période particulière, marquée par une reprise contrôlée et progressive de l'activité économique et une rentrée scolaire et universitaire et la reprise de la prière du vendredi dans nos mosquées, tous les efforts doivent être déployés pour maintenir un degré de vigilance maximum et préserver tous les réflexes de prévention et de protection qui ont permis, jusque-là, de nous prémunir d'une situation qui complique toute prise en charge sanitaire». Et c'est justement au niveau du respect des mesures barrières que le problème se pose.
En faisant le pari d'une sortie progressive du confinement et d'une reprise graduelle de l'activité économique, le gouvernement comptait sur une plus grande discipline des citoyens. Force est de constater que ni au niveau des commerces ni dans l'espace public, les consignes ne sont respectées. Presque tous les secteurs ont élaboré des protocoles sanitaires qui ne trouvent pas de chemin vers l'application. L'indiscipline est partout. Les fêtes de mariage pourtant officiellement interdites sont célébrées au vu et au su de tous, les rassemblements familiaux sont hors contrôle sans compter les meetings pour la campagne en faveur du référendum qui se tiennent dans des salles fermées où presque personne ne porte le masque.
Aux dires des spécialistes, le mois de novembre constituera un véritable tournant en raison de la jonction entre le coronavirus et la grippe saisonnière...
N. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.