Ali Ghediri condamné à quatre ans de prison    Abdelkader Bensalah inhumé au cimetière d'El-Alia    AADL: Près de 22.000 souscripteurs n'ont pas téléchargé les ordres de versement    Rencontre Gouvernement-Walis: A la recherche d'un appui local solide    La facture s'alourdit pour le royaume: Le Maroc joue et perd    Managers de joueurs en Algérie: Un métier pour desservir le football    Feux de forêts: 8 blessés transférés à l'étranger    Selon les spécialistes: Les vaccinations contre la grippe saisonnière et le Corona ne s'opposent pas    Trois individus arrêtés pour vols    La pointure du monde    La sculpture est-elle « maudite»?    Une autoroute qui a emporté d'indélicats cadres...    Les violences des supporters s'accumulent    Brèves Omnisports    Nouvelle enveloppe pour l'achèvement des travaux    Les raisons du processus inflationniste    À quand le vrai bonheur?    La carte de la transition    Le président Saïed prend «des mesures exceptionnelles»    Une vingtaine de pays de l'UE proposent de reconduire Tedros    Les films hollywoodiens à l'affiche    La meilleure résidence d'accompagnement à l'écriture!    Du chant chaâbi à Dar Abdellatif    Deux passeurs arrêtés    Les milliards pleuvent...    La presse en deuil    Le FFS contre-attaque    40 Nouveaux forages fonctionnels dans 20 jours    Trois morts sur les routes    La crème de nuit !    Solidarité made in Ooredoo L'opérateur qatari a offert    La pluralité syndicale et le mammouth UGTA    Vers une hausse des salaires    Pétrole : le juste prix ?    Une inauguration, puis rien !    Le séparatisme est un crime en démocraties modèles !    Formation en écriture cinématographique    Réouverture des cinémathèques aujourd'hui    Avoir le minaret aux trousses    Le FFS reporte son 6e congrès national à une date ultérieure    "Je paie ma candidature à la présidentielle"    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    La France déchirée?    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les appels au départ de Löw se multiplient
Au lendemain de la déroute des allemands face à l'Espagne
Publié dans Le Soir d'Algérie le 19 - 11 - 2020

«Löw doit présenter sa démission». Comme le quotidien populaire Bild, les médias allemands ne retiennent plus leurs coups mercredi, au lendemain du 6-0 historique encaissé par la Mannschaft mardi en Espagne. La question du maintien de Joachim Löw, sélectionneur depuis 2006 et vainqueur du Mondial-2014, est inséparable d'une autre, qui resurgit plus fort que jamais après l'effondrement collectif de Séville: faut-il rappeler les trois champions du monde 2014 Thomas Müller, Jérôme Boateng et Mats Hummels, jeunes trentenaires qu'il a écartés définitivement un an après l'élimination au premier tour du Mondial-2018 en Russie? Mardi soir, il fallait être presque centenaire pour se rappeler de la précédente défaite de l'Allemagne par six buts d'écart: en 1931, l'Autriche était venue gagner 6-0 à Berlin en amical. En compétition officielle, jamais les quadruples champions du monde n'avaient subi une telle humiliation. Plus encore que le score, c'est la prestation contre la Roja qui ébranle l'Allemagne. La façon dont l'équipe a baissé les bras en seconde période, laissant les Espagnols jouer seuls, a furieusement rappelé ces périodes de fin de règne en club, lorsque les joueurs «lâchent» leur entraîneur.
« La +performance+ de l'équipe nationale à Séville était à la fois un refus de travail et un appel à l'aide », estime ainsi l'Express, quotidien de la région de Cologne.
«Fermer les yeux»
Logiquement, tous les médias se demandent, désormais, si Joachim Löw sera encore sur le banc en mars, pour le prochain rassemblement international. Beaucoup ont déjà répondu : « Si les responsables de la Fédération allemande de football (DFB) ne veulent pas continuer à fermer les yeux sur la réalité, ils ne peuvent arriver qu'à une seule conclusion: le 189e match international de l'ère Joachim Löw (60 ans) doit aussi être son dernier », assène l'Express. Mais pour la DFB, actuellement affaiblie par des conflits internes, il ne sera pas facile d'évincer un coach solidement ancré au centre de réseaux qu'il a lui-même mis en place depuis des années. Oliver Bierhoff, le directeur de la DFB, est son supérieur hiérarchique direct. Mais il est aussi lié à son bilan. A chaud à Séville, il a immédiatement pris la défense de Löw: «La confiance est là, complètement, absolument», a-t-il réagi sur la chaîne publique ARD. Plusieurs éditorialistes reprochent à Bierhoff et à la DFB leur aveuglement : «S'il devait réellement rester au pouvoir, Löw devrait affronter non seulement ses adversaires sur le terrain, mais aussi une armée bruyante de critiques qui annoncent ses derniers jours à chaque occasion», met en garde la Süddeutsche Zeitung.
«Poing sur la table»
«On lui reprochera de ne pas avoir convoqué Hummels, Boateng et Müller, et s'il les rappelait, on le lui reprocherait aussi», poursuit le journal : «Ses joueurs le sentiront, leur confiance s'érodera. Ce sont les phénomènes logiques que Bierhoff et les responsables de la DFB doivent désormais lire et comprendre. Ils ont encore le temps d'agir avant le début de l'Euro». Sur le plateau d'ARD, Bastian Schweinsteiger, l'ancienne idole des supporters de la Mannschaft, était effondré : «Une équipe d'Allemagne n'a pas le droit de jouer comme ça. Il y a certaines valeurs qu'une équipe d'Allemagne a le devoir d'incarner. Et je n'ai pas vu cela sur le terrain », a-t-il dit.
À chaud, il a déploré l'absence de leader pour sonner la révolte (même Kroos ou Gündogan paraissaient résignés), et plaidé pour le retour des trois anciens, qui brillent actuellement avec le Bayern (Müller, Boateng) et Dortmund (Hummels). «C'est exactement dans ce type de match que l'on a vu qu'il (manquait) des joueurs capables de communiquer, de frapper du poing sur la table», a-t-il lâché.
Löw, droit dans ses bottes, n'avait pas changé d'avis à la fin du match. Interrogé sur le rappel de ses grognards bannis, il a répondu d'une phrase qui a laissé nombre de commentateurs bouche bée : «Je ne vois actuellement aucune raison de le faire».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.