Les propositions du mouvement El-Islah    Toujours pas de conclusions    La sardine et le charlatan    Un ministre au cœur de la polémique    La situation sanitaire s'aggrave    La RASD exprime sa gratitude à la Namibie    139 corps découverts dans les charniers de Tarhounah    Madoui prend le relais    La «seconde jeunesse» de Koudri    Incendie au niveau du siège    Masque anti-âge avec de la vaseline    Régime et hypertension artérielle    Gâteau au chocolat sans gluten    Flâneries, émerveillement et regrets !    Après 77 jours d'isolement à Florence, Michel-Ange et Raphaël enfin déconfinés    Vente d'un manuscrit unique sur la bataille d'Austerlitz annoté par Napoléon    Acquisition de la nationalité algérienne : la longue course d'obstacles    Le procès commencera la deuxième semaine de février    Les rebelles pointés du doigt par l'ONU    Plus de 250 morts et 100 000 déplacés au Darfour    Un an de prison ferme requis    Mohamed Baba-Nedjar transféré à l'hôpital    Visite d'inspection du ministre des Travaux publics : Mise en service de plusieurs infrastructures    Les joueurs de nouveau en grève    Mourad Karouf, nouvel entraîneur    Le MJS gèle les suspensions prononcées depuis juin 2020    Les souscripteurs AADL 1 crient leur ras-le-bol    Gel des importations des viandes rouges : Quel impact sur le marché local ?    Sensibilisation des éleveurs à l'insémination artificielle    L'incontournable rendez-vous des hirakistes    Ourida Lounis. Avocate : «Nous plaidons pour la réhabilitation des victimes»    Le FFS se prononce sur le climat politique : «Les élections ne sont pas une solution à la crise actuelle»    Hosni Kitouni. Chercheur en histoire et auteur : «Ce qui nous importe, c'est le jugement que nous portons nous-mêmes sur la colonisation»    Abdelmadjid Guemguem, alias Guem, est décédé    De la philosophie comme remède à l'Institut français d'Alger    Koussaïla Adjrad ou quand passion rime avec fascination    APC d'Oran : Des logements vides mais difficiles à distribuer    La pâleur d'une façade    Tournoi de l'UNAF - U17 : Algérie - Tunisie, aujourd'hui à 14 h 30: Les Verts à une marche de la CAN    Football - Ligue 1: Un état des lieux préoccupant    Bouira - Covid-19 : 12 transporteurs verbalisés    Quand un vol de bétail se termine par un drame    Banque mondiale: Vers une reprise partielle de l'économie algérienne    De nouvelles conditions imposées sur les véhicules    245 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    Abdelaziz Rahabi : «Le rapport Stora ne prend pas en compte la principale demande historique des Algériens»    Ils ont été condamnés à des peines de 2 à 6 mois : Tadjadit et ses codétenus quittent la prison    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Versailles : le street art fait son apparition dans cette ville historique
FRANCE
Publié dans Le Soir d'Algérie le 23 - 11 - 2020

Marie-Antoinette ou Louis XIV revisités en Lego, fresques monumentales, conteneurs à verre customisés : le street art fait sa révolution à Versailles, la ville royale au patrimoine mondialement connu. «L'idée était d'embellir la ville par tous les moyens», argue l'instigateur de cette politique culturelle, François de Mazières, maire de Versailles depuis douze ans et passionné d'art. L'ancien président de la Cité de l'architecture et du patrimoine plaide pour l'art urbain, «le plus démocratique qui soit (...) qui se donne gratuitement à voir à tout le monde».
L'élu espère notamment démontrer aux quelque 10 millions de visiteurs annuels du château de Versailles que la ville ne se résume pas à l'imposante bâtisse du XVIIe siècle. Ainsi, près de l'église où a été baptisé Louis XIV, des coulures noires esquissent des silhouettes sur les passages cloutés, clin d'œil de l'artiste Emmanuel Braudeau à Jackson Pollock.
Plus loin, des illustrations des Fables de la Fontaine égayent des armoires électriques, des trompe-l'œil de magasins d'époque habillent les murs nus du centre-ville, une dizaine d'immenses fresques peintes par des artistes internationaux annoncent l'unique quartier HLM de la ville.
Et au coin de certains immeubles ont fleuri d'ironiques châteaux, têtes couronnées, voire... guillotinées, œuvres à l'esthétique de jeu vidéo rétro du célèbre artiste Invader. D'abord «étonné» puis «réticent», François de Mazières salue finalement le travail facétieux du mosaïste, même s'il avertit : «La beauté de cette ville vient aussi du fait que depuis des siècles, il y a des règles qui s'appliquent.» Une réglementation drastique dont le maire fait lui-même les frais et qui rend toute intervention sur cet «univers protégé (...) dérogatoire». «De temps en temps, les Architectes de France me disent non», s'amuse-t-il.
«Trop coloré»
«Au départ, on m'a dit que mes œuvres étaient un peu trop colorées pour la rue du Vieux Versailles», renchérit Cyklop, qui a peint 25 poteaux représentant des personnages historiques revisités en Lego, de Louise Michel à Madame de Maintenon en passant par Louis XV. Mais le maire ayant adhéré à leur esthétique pop, les potelets se sont taillé une place de choix dans la ville, à la grande joie des habitants, qui les trouvent «sympas», «rigolos» et «funs pour une ville ancienne comme Versailles».
«À chaque fois qu'on fait quelque chose, on prend un risque», estime celui qui s'est déjà attiré les foudres de l'opposition, notamment en raison de la commande d'une œuvre de 200 000 euros, un banc long de 90 mètres au sein du jardin des étangs Gobert. Mais d'un point de vue budgétaire, le maire se défend de toute démesure.
Versailles est «une ville pauvre de gens riches», estime-t-il. Sur 2 600 hectares, 800 sont occupés par le château qui ne rapporte rien à la Ville, 450 par le ministère des Armées avec 2 500 logements de militaires et 350 à l'Office national des forêts.
La surface dédiée aux activités économiques «est historiquement faible» dans la ville royale. C'est pourquoi les trompe-l'œil sont réalisés par les étudiants des deux écoles d'art de Versailles, souvent dans le cadre de leur scolarité.
De même, le coût des fresques du quartier HLM est intégré au budget de rénovation thermique des immeubles. «L'idée est que le fait d'investir artistiquement n'ait pas davantage d'impact économique», explique Mimouna Khaldi de Quai 36, qui représente les artistes muralistes étant intervenus dans le quartier Bernard de Jussieu.
De la cité HLM au centre-ville historique, François de Mazières vante la diversité de quartiers de Versailles qui demeure «une ville incubatrice de la création artistique, y compris au XXIe siècle».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.