Arrivée du président sahraoui à Alger pour prendre part aux festivités du 60e anniversaire de l'indépendance    Jalon de la liberté à Sidi Fredj : une stèle commémorative symbolisant la levée des couleurs nationales en 1962    Réconciliation    L'Algérie veut passer à l'étape industrielle    Le défilé qui braque les regards    Les invités de marque de l'Algérie    Mise en garde contre l'escalade du Makhzen    Début de la campagne du prochain référendum constitutionnel    L'Algérie sur une courbe ascendante    Le dribble historique    Hammadi décroche deux médailles    Défilé géant en ville    Au rythme des festivités    «Un évènement majeur de l'histoire de notre pays»    Une histoire millénaire dans la résistance    Strophes de guerre    La petite histoire de l'Union des écrivains algériens    Le Président Tebboune inaugure en compagnie de son homologue tunisien la stèle commémorative "Jalon de la liberté"    JM/Handball - messieurs : l'Espagne bat la Serbie 42-38 et file en finale    Le TRO propose des visites virtuelles en 3 D et lance un service de réservation en ligne    APN: adoption du projet de loi sur la réserve militaire    Le Premier ministre préside la cérémonie de lancement du portail consacré au sommet arabe    UNE INDEPENDANCE CONFISQUEE PAR L'ARMEE DE BOUMEDIENE    JM/Haltérophilie: médaille d'or pour Walid Bidani à l'arraché    La remise des grades par le Président Tebboune, une honorable tradition qui vient orner les us de notre patrie et de l'institution militaire    Le PSG vise un nouvel attaquant transalpin    ETUSA: un programme de transport gratuit au profit des SMA au défilé militaire    JM: programme des athlètes algériens    Agriculture: convention Gvapro-Anade pour soutenir les projets de production    Transport: programme spécial pour l'Aïd el Adha    Transport: métro, tramway et téléphérique gratuits à travers le pays le 5 juillet    Man United : Ronaldo absent de la reprise de l'entrainement    Plate-forme "Glorious Algeria": vitrine du 60e anniversaire de l'indépendance par excellence    Saison estivale: 21 décès par noyade durant la période allant du 16 juin au 3 juillet    Migrants africains tués par la police marocaine : le président colombien parle d'une "barbarie"    Affichage des listes dans les communes dans les tout prochains jours: Plus de 15.000 logements prêts à la distribution    Géostratégie en gestation    Les préparatifs suivent leur cours: Un Sommet arabe fatidique    Le PDG de Sonatrach: Vers de nouveaux accords pour la révision des prix du gaz    Sonelgaz: Plus de 50.000 foyers raccordés au gaz et à l'électricité depuis 2020    Rejet des eaux non traitées dans les zones humides: Des contrôles réguliers dans les zones industrielles    Aïd El-Adha: Le ministère de la Santé met en garde    Plus de 5 millions de diplômés depuis l'indépendance: Les nouveaux challenges de l'Université    La Libye et l'espoir suspendu    La loi sur l'exercice du droit syndical retoquée    La longue marche...    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



A FONDS PERDUS
La secte wahhabite (2)
Publié dans Le Soir d'Algérie le 31 - 08 - 2010


[email protected]
Le troisi�me et actuel royaume date de 1932. Il r�sulte de l�action d�une machine de guerre constitu�e d�hommes en armes �intr�pides, stupides et f�roces� sous le commandement d�Abdelaziz Ibn Saoud, nous dit encore Hamadi Redissi(*).
Ils sont recrut�s parmi les citadins (minoritaires), les B�douins (dominants) et les Fr�res (les id�ologues de la secte). La secte a pour signes forts de ralliement l�interdiction du tabac, de la soie, de l�or, du rire, du jeu, des instruments de musique, de la peinture, du th��tre, du cin�ma. H. Redissi l�assimile � une �arm�e de mercenaires� qui pratique la razzia, une coutume ancestrale, sous couvert de jihad. Elle compte � son actif la reprise de Riyad en 1902, date charni�re, de mise en marche d�un processus fondamental de r�habilitation progressive et croissante du wahhabisme comme �revivificateur de l�islam des origines� au sein de la communaut� des musulmans. Le wahhabisme commence � diffuser une nouvelle image de lui-m�me. Une telle image s�impose d�abord aux yeux des n�oconservateurs, avec pour t�te de file et de pont � �le passeur�, nous dit H. Redissi � Rachid Ridha, un exil� syrien au Caire. On lui doit cette sentence qui d�clare la guerre aux musulmans : �Les musulmans sont aujourd�hui plus ignorants que les Arabes de la jahiliyya�. Le wahhabisme s�impose �galement, aux yeux des lib�raux, comme �critique des despotes, des clercs et des marabouts�. Il r�ussit, enfin, � s�imposer, aux yeux des intellectuels arabes des ann�es 1920, comme partie int�grante du mouvement de lib�ration nationale, en raison de la fermet� de ses positions sur la question sioniste. Le wahhabisme le leur rendra bien en mentionnant le nationalisme au rang des pires p�ch�s dans ses manuels scolaires (encore en usage). En Alg�rie, le wahhabisme aura peu d�impact aupr�s des nationalistes. Il se frayera une timide et furtive incursion parmi les Ul�mas. La revue Shihab (Le M�t�ore), porte-parole du r�formisme alg�rien (1925-1939), qualifie Ibn Saoud de �roi de l�Islam� en 1935, tandis que deux animateurs de ce mouvement (Tayeb Okbi et Moubarak El Mili) affichent �de r�elles sympathies pour le wahhabisme �. L�auteur de l�ouvrage temp�re ce jugement sur Okbi qui �apr�s avoir pass� une partie de sa jeunesse � M�dine, s�installe en 1920 � Biskra pour diffuser une version mod�r�e du wahhabisme. Il adh�re, en 1925, � l��quipe de Ibn Badis, mais s�interdit express�ment de �professer les doctrines du pur wahhabisme��. Le dernier mot sur la relation entre le r�formisme alg�rien et le wahhabisme revient � son pr�sident Abdelhamid Ibn Badis qui �crit en mars 1935 : �Si les nadjdiens, les wahhabites se r�clament du cheikh Ibn Abd al- Wahhab parce qu�il fut le premier r�formateur de leur pays, nous ne nous r�clamons point de lui parce que nous n�avons pas �t� ses disciples ; nous n�avons pas pratiqu� son �uvre. Notre respect pour la v�rit� et pour nous-m�mes nous interdit de nier ce qui nous lie � quoi que ce soit, ou de nous r�clamer faussement de quelqu�un.� Lorsque l�Alg�rie renouera plus tard avec le wahhabisme, au d�but des ann�es 1990, c�est pour sombrer dans l�islamisme arm�, la violence et l�intol�rance. Force est de reconna�tre alors au wahhabisme une �tonnante capacit� de persuasion. La secte wahhabite h�t�rodoxe a �t� �r�habilit�e par la communaut� sunnite parce que l�h�r�sie est devenue la nouvelle orthodoxie islamique�. Une secte �belliqueuse qui a tu�, saccag�, profan� et pill� les lieux sacr�s�, d�croche le certificat de bonne conduite de ceux-l� m�mes qui l�ont combattue. H. Redissi impute ce renversement � la crise de la �tradition� (ou �ducation par l�argument d�autorit�) qui survient vers la fin du XIXe si�cle. Il y a crise de la tradition lorsque �le doute gagne les esprits sur le s�rieux des autorit�s, la validit� des pr�c�dents et l�efficience pratique des pr�ceptes �. Compar� � une tradition �st�r�otyp�e �, le fondamentalisme islamique qu�incarne le wahhabisme s�apparente alors � �une bonne h�r�sie�. Une expression qui n�est pas sans nous rappeler la proposition de �r�gression f�conde� de notre sociologue L. Addi. Le fondamentalisme se pr�sente ainsi non comme une alternative salutaire � des r�gimes autoritaires et policiers, mais comme leur prolongement naturel, leur r�sultante. Le monde arabo-musulman m�rite naturellement mieux. Le wahhabisme est, � bien des �gards, une insulte aux musulmans. Son h�g�monisme a pour corpus essentiel les Lettres aux musulmans d�Ibn Abd al-Wahhab (cinquante et une lettres) qui renouent avec �l�Appel � conversion � (ou � �reconversion�) de musulmans accus�s d��tre �impies�. Ainsi, aux �gens du Maghreb�, Ibn Abd al-Wahhab intime l�ordre de carr�ment se convertir ! Aux citadins de Damas, il est reproch� leurs �innovations d�go�tantes�. Dans le sillage de l�anticommunisme des n�oconservateurs, � la faveur notamment de l�occupation de l�Afghanistan par les troupes sovi�tiques, les wahhabites s�imposeront, au milieu des ann�es 1980 du si�cle pass�, comme un d�membrement actif du complexe militaro-industriel de l�imp�rialisme am�ricain. Leur action introduit un nouveau lexique (salafisme, fondamentalisme, islamisme) et une nouvelle r�alit� g�opolitique : c�est l�Arabie saoudite qui est sous-trait�e pour fixer d�sormais � l�Islam son ordre du jour. Elle le fera directement ou, lorsque les contingences diplomatiques l�imposent, par groupes interpos�s. Le nouveau lexique accorde une signification particuli�re au salafisme. Cette expression renvoie � salafiyya qui, dans la lettre, signifie �l�association des salafs�, les �pieux devanciers� : les �devanciers� s��talent sur trois g�n�rations : celle des �compagnons � du Proph�te, celle des �suivants� et celle des �continuateurs �. Aux salafs (devanciers) succ�dent les khalafs (tardifs) dont le cycle s�ouvre au milieu de la seconde dynastie, celle des Abbassides (750-1254). Cet islamisme est par ailleurs associ� � usuliyya (fondamentalisme), l�objectif �tant de retourner aux usul (fondements) apur�s des r�sidus de la scolastique. Le Pacte de Nadjd pouvait faire encore illusion si un autre pacte ne s��tait pas invit� � la formation de l�entit� saoudienne contemporaine : le Pacte de Quincy. Le �Pacte du Quincy� � souvent associ� � un troc p�trole contre protection militaire � semble avoir mis � terre le �cartel de princes indolents� qui consentent � l�intervention de commandos fran�ais pour d�loger le groupe arm� qui a investi la Grande Mosqu�e de La Mecque le 20 novembre 1979, au stationnement de troupes am�ricaines �impies� en Terre sainte en 1990 et financent l�occupation de pays musulmans par des troupes �trang�res. En 1990, le mufti Ibn Al-Baz s�autorise m�me � rendre une fatwa qui d�clare licite le stationnement de ces troupes en Terre sainte et la participation des soldats de l�islam au combat arm� contre leurs fr�res musulmans irakiens agress�s sur leurs terres. Le texte de la fatwa est intitul� �Le jugement relatif au recours en assistance des infid�les pour combattre les infid�les�. Autrement dit : une dynastie roturi�re, assise sur des rentes p�troli�re (l��nergie) et de situation (le p�lerinage) pr�tend manipuler son �nouveau dieu� : (l�Am�rique) ! Au final, le wahhabisme comme id�ologie d�Etat th�ocratique est port� aujourd�hui par �un m�diocre clerg� traditionnel, d�bord� par les islamistes radicaux et pressur� par les lib�raux. Les uns lui reprochent son inconstance, les autres de figer la vie�. La coh�sion cl�ricale est maintenue par sa position �conomique dominante, des strat�gies matrimoniales tenant principalement � des ��changes de cousines crois�es � et, enfin, une hi�rarchisation des tribus ou des clans.
A. B.
(*) Hamadi Redissi, Le Pacte de Nadjd, Le Seuil, Paris, septembre 2007, 343 pages.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.