Tribunal Sidi M'hamed: Saïd Djabelkhir condamné à 3 ans de prison ferme pour offense à l'Islam    La Moudjahida Annie Steiner sera inhumé aujourd'hui à El Alia    Que faire pour réguler le marché ?    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Le Conseil de sécurité face à ses responsabilités    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    La JSK y est presque, l'ESS rate le coche    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    «Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    7 décès et 182 nouveaux cas    Les 22 manifestants maintenus en détention    Grandiose marche nocturne à Akbou    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Promenade des Sablettes : Campagne de sensibilisation à la sécurité routière    Plus de 600 affaires traitées depuis janvier    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    15 quintaux de kif marocain saisis    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    Brèves    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le centenaire renaît-il de ses cendres ?
MC Alger
Publié dans Le Soir d'Algérie le 03 - 01 - 2021

Le Mouloudia d'Alger a lancé l'an 2021, comme il a bouclé celui de 2020. Par un succès convaincant, malgré les embûches et l'adversité proposée. Du CS Sfaxien qu'on disait citadelle imprenable, bête noire d'une époque, à un CS Constantine qui résiste à la rivalité historique, les Vert et Rouge s'en sont sortis vainqueurs.
Et même grandis, eux que beaucoup parmi les observateurs ne donnaient pas crédit à performer en produisant du jeu. Depuis le retour à la compétition, à Porto Novo au Bénin, les Mouloudéens montent en flèche. Et leur cote augmente au fil des matchs. En un peu plus d'un mois, l'équipe de Nabil Neghiz est invincible, marque des buts (17 dont 8 en LDC), se défend bien (4 dont deux face aux Béninois des Buffles) et, cerise sur le gâteau, offre une belle palette de variantes technico-tactiques accomplies avec rigueur et de la grinta, cette grande nouveauté chez les joueurs du Doyen, par un groupe élargi où tout le monde a eu sa chance. En effet, en 8 sorties officielles Nabil Neghiz a utilisé deux sur les trois gardiens dont l'équipe dispose (Boutaga et Salhi), tous ses défenseurs (Hachoud, Allati, Lamara, Brahimi, Sadou et Merouani), tous ses milieux (Rebiaï, Harrag, Bourdim, Djabou, El-Mouaden, Addadi et Isla) et tous ses attaquants (Frioui, Belkhir, Abdelhafid, Bensaha et Benaldjia). De même qu'un jeune (Aymen Rahmani), incorporé en fin de match contre le CS Constantine. Neghiz n'a jamais reconduit le même onze deux matchs de suite préférant faire tourner son effectif sans que les résultats, et mieux la qualité du jeu, ne s'en ressentent. A la base de cette consistance et cette constance, un travail physique très affûté où les charges sont bien étudiées. C'est vrai que nombre de joueurs ont connu des bobos pendant la préparation d'abord et depuis la reprise de la compétition (Djabou, Bourdim, Hachoud, Lamara, Abdelhafid et Rebiaï) mais après huit mois d'inactivité, peu de sportifs ont résisté à la «tendance». Certains ont même connu des rechutes et des blessures autrement plus graves entraînant une indisponibilité plus longue.
Des secousses mais pas de séisme
Et cette embellie n'est pas le seul attrait du club de la capitale qui, souvent, vit mal ses débuts de saison à cause de mini-crises qui affectent le staff dirigeant et impactent l'ensemble de l'entité mouloudéenne. Et l'équipe dirigeante conduite depuis janvier dernier par Abdelnacer Almas n'a pas été, reconnaissons-le, épargnée par les secousses qui fragilisent l'édifice. Les luttes de leadership n'étant pas un secret pour la grande famille du Doyen, l'été 2020 n'a pas manqué de «faits» qui pouvaient entraîner la chute du conseil d'administration de la SSPA et, passant, de l'équipe. Les restrictions budgétaires décrétées par la Sonatrach y étaient pour quelque chose dans la réalisation du «projet» d'intersaison concocté par Neghiz et son staff. Plusieurs recrues ciblées (Ibara, Benayada et autre Draoui et Bakir) ont préféré d'autres cieux faute d'offres convenables de la part d'Almas et de ses émissaires. Cela a entraîné des dissensions au sein du staff dirigeant, les membres de la cellule de recrutement Lazizi et Brahim-Chaouch ont démissionné, suivis par nombre de faux départs de quelques membres du CA (Bachta et Aouf notamment). Pendant ce temps, les laudateurs guettaient leur «proie» afin de retrouver des privilèges au sein de la... Sonatrach. Et cette fois, contrairement aux années précédentes, la «victime» fut le projet de fusion entre le GSP et le CSA/MCA. Le centenaire du club en 2021 faisait languir bien des opportunistes. Et l'impact semblait inévitable, implacable sur les composantes humaines du Mouloudia. C'est pourquoi l'œuvre des Vert et Rouge depuis fin novembre dernier est à saluer. A préserver surtout des manœuvres déstabilisatrices qui interviennent lorsqu'un «projet» marche. Et le 100e anniversaire du MCA était l'occasion de réhabiliter le club avec son peuple et ses traditions.
M. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.