Man City : De Bruyne, Guardiola n'est pas rassuré...    FAF : La Commission de passation de consignes entrera en action dimanche    Milan AC : Trois nouvelles pistes en attaque    Vers l'adaptation du système LMD au marché de travail    Algérie Poste : La direction annonce des mesures    Le gouvernement allège la procédure    350 millions de dinars mobilisés    «Pour un baril à 100 dollars, il faudra d'autres chocs»    Sonatrach réplique aux accusations de Petroceltic    Recensement des dossiers en suspens    119 organisations saisissent le Conseil de sécurité de l'ONU    L'observatoire Euro-Med des droits de l'Homme épingle Rabat    Présidentielle et législatives en février 2022    La libération des détenus d'opinion réclamée    Moins nombreux, mais toujours déterminés    SOUS LA PLUIE, LE HIRAK    Le derby de la Soummam en haut de l'affiche    (12e journée)    Le MJS promet de prendre en charge la reconversion    Rejet des recours introduits    Tebboune s'en prend aux partisans de "la duperie"    Plus de 9 600 tonnes de pomme de terre déstockées    Sit-in des citoyens devant la résidence du wali    «Le sondage doit devenir un réflexe»    Saisie de viande blanche avariée    Qaâdat et sonorités chaâbi au pays du froid    Raul Castro va quitter le pouvoir à Cuba : Une page d'histoire qui se tourne ?    Epilogue d'une vive controverse autour de la nouvelle mosquée de Strasbourg    Bouira : Le protocole sanitaire oublié    ABUS DE POUVOIR    Malika Chitour Daoudi. Romancière : «Mon roman parle d'âmes qui se lient et d'empathie...»    Du 18 avril au 18 mai célébration du mois du patrimoine    Opéra d'Alger : Des Ateliers de danses traditionnelles et de musique arabo-andalouse    Retard dans le versement des salaires: Grève et protestation des enseignants    Aïn Defla: Carambolage entre 34 véhicules, huit blessés    De la circonscription administrative, en particulier, à l'administration territoriale, en général, ou l'urgence d'une doctrine d'emploi (Suite et fin)    Manifs et manips    Elle s'appele Elizabeth Moore Aubin    Au moins huit morts dans une fusillade à Indianapolis    Place au carré se dessine    Le Hirak perd son inspiration    Garder son numéro en changeant d'opérateur    L'entente cordiale    Le processus électoral est inéluctable    Une situation explosive au Sahel    Quand la jeunesse répond présent    Initiation des enfants aux arts    Des films algériens en compétition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quelles marques automobiles pour le marché algérien?
En l'absence des européennes et des japonaises
Publié dans Le Soir d'Algérie le 10 - 01 - 2021

À un moment où l'automobile mondiale entre de plain-pied dans l'ère de l'électrique, de l'hybride de nouvelle génération, du véhicule solaire, des carburants propres, de la conduite autonome, des technologies les plus innovantes, chez nous, les préoccupations sont d'une autre nature, d'une autre dimension, d'un autre temps.
Le citoyen est contraint de guetter les balbutiements des uns et les bribes d'informations livrées à doses homéopathiques par les autres, autour d'une seule question, à quand la disponibilité de ce moyen de locomotion, indispensable et loin d'être « un luxe » au regard du délabrement avancé des transports en commun ?
Et de nouveau, l'actualité automobile nationale est ravivée par de nouvelles sorties médiatiques du ministre de l'Industrie. On retiendra une information, celle relative à la publication attendue des premières attributions de récépissés aux demandeurs d'agrément pour l'activité automobile, et ce, dès ce dimanche.
Enfin, la remise des récépissés
Ce sont, ainsi, 40 prétendants dont les dossiers seraient en conformité avec les exigences des cahiers des charges liés à cette activité, qui passeront l'examen de passage auprès des comités techniques installés à cet effet. Un retard de plusieurs semaines par rapport aux obligations réglementaires qui limitaient à un mois d'attente après le dépôt du dossier et l'établissement d'un récépissé. Or le recours exclusif à la plateforme numérique pour les dépôts a permis un contournement de cette clause et retardé la délivrance des récépissés. Il est à souligner que la composante des demandeurs est en totalité nationale, puisque les étrangers en sont exclus. Dans l'attente de ce dévoilement, tant attendu, il est d'ores et déjà prévu l'absence des principales marques qui ont toujours alimenté le marché algérien en véhicules de tous genres. Il s'agit de Toyota, Mitsubishi, Suzuki, Daihatsu, Hyundai VP, Peugeot, Citroën, Opel, Renault, Dacia, Volkswagen, Seat, Skoda... Autant dire les labels affectionnés depuis des lustres par les clients algériens. Rappelons, au passage, que Suzuki avait décidé de reprendre son partenariat avec son représentant historique Elsecom, mais qu'il se doit, au préalable, de solder sa collaboration avec le groupe Tahkout.
Quels seront, donc, ces futurs concessionnaires automobiles et de quelles marques sera constituée l'offre pour 2021 ?
Nissan, KIA et JAC dans les starting-blocks
Seule certitude, la présence parmi les candidats de Nissan avec son représentant, le groupe Hasnaoui, KIA à travers son nouveau partenaire, Aurès Passengers Cars (APC) pour le véhicule particulier et Hyundai camions avec Aurès Commercial Vehicle (ACV) ainsi que JAC pour l'utilitaire. Pour le reste, l'on s'attend à une offensive de marques chinoises qui auront à suppléer l'absence des Européens et des Japonais. Une situation inédite qui risque de tourner définitivement la page de la professionnalisation du secteur, notoirement constatée avant l'OPA de Bouchouareb. Un retour à la case départ avec une expertise dans le service après-vente bien en deçà des standards internationaux. Encore une fois, c'est le citoyen, à qui Ferhat Aït Ali dénie le droit de regard sur ses priorités, qui en pâtira.
L'on assistera sans doute et sous réserve d'une hypothétique reprise des importations à une configuration du marché à dominance chinoise. Et même si la qualité et les prix des produits de l'Empire du Milieu ont sensiblement évolué, l'on peut craindre que les nouveaux opérateurs ne soient séduits par des gammes inférieures, pour préserver la rentabilité commerciale. Il est à rappeler que durant les années précédentes, plus de 35 marques chinoises ont fait un passage éphémère sur le marché algérien. Des concessions se constituaient le temps d'écouler des stocks, mettre les clefs sous le paillasson et s'en aller vers une nouvelle aventure en abandonnant sur le carreau des milliers de clients sans assistance technique ni disponibilité de pièces de rechange.
Menace sur des parts de marché
En théorie, le cahier des charges relatif aux concessionnaires accorde un intérêt particulier à ce volet de la distribution et aux droits des clients, mais souvent, les différentes politiques péchaient par un manque de suivi et de contrôle durant leur mise en application. Quelle sera la réaction des marques absentes face à un marché qui fait sa énième mutation ? Quelle sera leur stratégie pour reconquérir des parts de marché laborieusement conquises des années durant ? Avec la consécration de la règle 51/49 pour l'activité de revente en l'état, c'est un dilemme cornélien qui s'impose aux filiales et aux sociétés étrangères qui activaient précédemment. Opter pour une joint-venture avec un partenaire local, ou se résigner à se délester de l'activité distribution ? Au volet fabrication, le ministre revient sur ces deux constructeurs, déjà évoqués il y a plusieurs mois, l'un européen et l'autre asiatique, qui seraient intéressés par un investissement dans le cadre « de gros projets d'industrie mécanique qui généreront des écosystèmes dans lesquels évolueront plusieurs de leurs équipementiers et sous-traitants ». En attendant, d'autres opérateurs nationaux et étrangers ont déjà postulé pour cette activité avec des projets d'envergure.
C'est dire qu'en tout état de cause, le suspense reste de mise autour d'un dossier qui ne laisse guère indifférent.
B. Bellil


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.