Résolution du PE : l'Union parlementaire africaine condamne l'ingérence dans les affaires intérieures de l'Algérie    El-Guerguerat : les parlementaires suisses réaffirment leur soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Ait Ali Braham examine les opportunités d'investissement avec POWERCHINA    Henri Teissier était profondément attaché à l'Algérie et avait une grande estime pour son peuple    Deux terroristes abattus mardi à Jijel    Le gouvernement sahraoui réagit aux déclarations "contradictoires" d'El Othmani    Le président Tebboune de retour au pays prochainement    TIZI-OUZOU : L'ENIEM annonce un arrêt technique de l'activité    HACIANE (MOSTAGANEM) : Le wali inspecte la zone industrielle de Bordjia    PROCES DE KARIM TABOU : Le verdict sera rendu le 7 décembre    CONSEIL NATIONAL DES DROITS DE L'HOMME (CNDH) : Lazhari critique la résolution du parlement européen    JOURNEE MONDIALE DE LUTTE CONTRE LE SIDA : Benbouzid affirme la volonté de l'Algérie d'éradiquer l'épidémie    PROGRAMME ‘'LPA'' 2018-2019 A MOSTAGANEM : Le wali préside une réunion de coordination    28 INTERVENTIONS ENREGISTREES : Alerte à l'asphyxie au gaz à Mostaganem    Opep+ : poursuite des consultations pour un consensus adapté au marché pétrolier    Covid-19 : une prime pour indemniser le personnel du secteur de l'éducation touché    LDC : Le programme de ce mardi    L'Université Oran 2 au temps de la Covid-19 : cap sur le mode d'enseignement à distance    La FAF et Belmadi réagissent avec fermeté aux propos racistes contre Bentaleb    Joe Biden invité à un sommet de l'Otan après sa prise de fonction    Le cerveau de l'attaque de Ghazni tué par l'armée    "Ce conflit résulte d'un dérèglement des rapports politiques entre l'état fédéral et les régions"    Cinq ans de prison pour Sellal et Ouyahia    Pas de reprise du trafic le 15 décembre    Karouf repart !    L'Algérie débutera face à la Tunisie le 15 décembre    Le CRB assure l'essentiel    West Ham : Le souhait de Moyes pour Benrahma    Le casse-tête de l'association des supporters    Mahdi Khelfouni n'est plus    La vente des billets à partir de demain    Flambée des prix de l'aliment de bétail    Le fisc peine à taxer les fortunes    Le procès en appel de "Mme Maya" reporté au 7 décembre    Le procès de 14 hirakistes ajourné au 21 décembre    «Les premières opérations de vaccination pourraient débuter en janvier»    21 décès et 978 nouveaux cas    En Afrique, le paludisme tue bien plus que la Covid-19    Le documentaire Objectif Hirak primé en Inde    À Kinshasa, le combat des amoureux du livre et de la lecture    Le positivisme, le négativisme, et mille et une choses encore    Lancement du mois virtuel des arts plastiques    Causes et conséquences des luttes historiques depuis l'indépendance    Une écriture antillaise    Fermé pendant 15 jours : Le marché d'El Hamiz à nouveau ouvert    L'Algérie condamne vigoureusement l'attaque terroriste au nord-est du Nigéria    Les Gilets Jaunes, le Hirak et l'enjeu de la démocratie    DROITURE ET BONNE FOI    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maroc: les militants du Hirak condamnés à de lourdes peines de prison, des ONG indignées
Publié dans Algérie Presse Service le 27 - 06 - 2018

Les militants du mouvement de contestation sociale "Hirak Rif" dans le nord du Maroc ont été condamnés, mardi, à des peines allant jusqu'à 20 ans de prison à l'issue d'un procès de neuf mois dont l'équité est contestée, suscitant l'indignation de plusieurs ONG.
Le leader du mouvement, Nasser Zefzafi, ainsi que trois autres meneurs, Nabil Ahmjiq, Ouassim Boustati et Samir Ighid, ont écopé de la peine la plus lourde pour "complot visant à porter atteinte à la sécurité de l'Etat", un chef d'accusation passible selon les textes de la peine de mort, ont rapporté les médias.
Au total, 53 personnes comparaissaient lors de ce procès. La peine la moins lourde se limite à un an de prison, couvrant la détention préventive, et 5.000 dirhams (environ 450 euros) d'amende, selon le verdict prononcé par la chambre criminelle de la Cour d'appel de Casablanca en l'absence des accusés.
Trois d'entre eux, Mohamed Haki, Zakaria Adehchour et Mahmoud Bouhenoud ont été condamnés à 15 ans de prison, sept à 10 ans de prison, également pour "complot visant à porter atteinte à la sécurité de l'Etat".
Dix accusés ont en outre été condamnés à 5 ans de prison et 2000 dh (180 euros) d'amende, huit à 3 ans et 1000 dh amende (90 euros), 19 à deux ans et 5000 dh (450 euros) et 2 à un an de prison assortie de la même amende. Les peines de 5 ans de prison et moins correspondent à des chefs d'accusation comme "participation à une manifestation non autorisée" ou "insulte envers les forces de l'ordre".
Nasser Zefzafi, 39 ans, avait été arrêté pour avoir interrompu le prêche d'un imam ouvertement hostile au mouvement Hirak dans une mosquée d'Al-Hoceïma, l'épicentre de la protestation qui a secoué la région historiquement frondeuse en 2017 et marginalisée du Rif.
Les manifestations dans la région du Rif et dans d'autres villes marocaines ont été déclenchées par la mort d'un vendeur de poisson, broyé dans une benne à ordure en octobre 2016. Environ 450 personnes, selon des associations, ont été arrêtées pendant les manifestations pacifiques parfois marquées par des heurts entre forces de l'ordre et protestataires.
L'"approche sécuritaire" des autorités a été critiquée par des associations de défense des droits de l'Homme, qui ont dénoncé la "répression" du mouvement et des actes de "torture" contre les manifestants après leur arrestation.
Violation des droits de l'Homme, un procès non-équitable
A l'issue de cette décision de justice, quelques militants ont scandé des slogans de solidarité, comme "vive le Rif" ou "Nous sommes Zefzafi", en solidarité avec les détenus, et les proches des accusés, présents dans la salle d'audience, ont poussé des cris de détresse quand les peines les plus lourdes ont été prononcées.
"Ce sont des peines très lourdes. L'Etat a échoué dans ce test de respect des droits de l'homme et des libertés essentielles, tout comme l'indépendance de la justice", a déclaré l'un des avocats de la défense, Souad Brahma, à l'issue de l'audience.
"Est-ce vraiment un procès équitable ? Tous les droits des détenus ont-ils été préservés?", s'était indigné l'avocat de la défense Mohamed Aghnaj, exprimant son inquiétude sur le fait que la défense n'a pas bénéficié des mêmes garanties que l'accusation.
Les avocats de la défense ont refusé de plaider par solidarité avec les prévenus, qui ont boycotté les dernières audiences pour dénoncer la "partialité de la justice".
De son côté, l'Association marocaine des droits humains (AMDH) a dénoncé mardi les allégations de torture dont les détenus du Hirak du Rif ont fait part au cours de leur procès, de même que l'usage de la force face aux manifestants de Jerada, entre autres.
Dans la nuit de mardi à mercredi, des rassemblements ont eu lieu à Al-Hoceïma (nord), épicentre du "Hirak" (la mouvance), et dans la ville voisine d'Imzouren, autre haut lieu de la protestation, ont rapporté des médias locaux.
Sur les réseaux sociaux, des milliers d'internautes ont remplacé leur photo de profil par un fond noir, avec des commentaires sur la "honte" qu'ils disent ressentir devant cette "injustice", en comparant les peines avec celles plus "clémentes" prononcées contre les "criminels".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.