ENCORE UN PAS À FRANCHIR...    La Ligue arabe, l'ONU et l'UE réclament leur retrait    Une période d'incertitude s'ouvre au Tchad    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    "L'EN doit continuer à apporter de la joie aux Algériens"    C'EST DEJÀ LA FIN !    ECUEILS REGLEMENTAIRES ET COLÈRE DES SUPPORTERS    Six personnes arrêtées lors des manifestations    De fausses licences de moudjahidine pour importer des voitures    Lancement de "Lawhati" pour la vente d'œuvres d'art en ligne    CONSTANTINEREND HOMMAGE AU SOUVERAIN DU MALOUF    Le salon du livre amazigh est né    Le challenge de deux présidents    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    La sanglante guerre d'usure des Houthis    Une enquête choquante    Les inconnues d'un scrutin    346 Containers abandonnés    768 Logements sociaux électrifiés    Victoire du CRB devant le CABBA    Brèves    Les Africains connaissent leurs adversaires    182 nouveaux cas, 129 guérisons et 7 décès en 24h    Des milliers de travailleurs investissent la rue    Les raisons de la 2e vague de la hausse des prix    15 quintaux de kif marocain saisis    Le ministère du Commerce sensibilise    Déprime ramadhanesque    Les islamistes rêvent de victoire    L'Algérie ne tombera pas    Dernière ligne droite avant la campagne    «Les centres d'archives sont une vitrine»    Projection de Hassan Terro    Expo «Quelques choses d'Alger»    Coupe de la Confédération (Gr. B / 5e J): victoire de la JS Kabylie devant Coton Sport (2-1)    Gouvernement: examen d'un projet de création d'une autorité de régulation du marché du tabac    Décès d'Idris Deby : la communauté internationale appelle à préserver la paix    Perturbation dans l'approvisionnement en huile de table    Grandiose marche nocturne à Akbou    Le marché dans tous ses états    Bechar: installation du nouveau chef de la sûreté de wilaya    Les appels à la libération de Rabah Karèche se multiplient    «Le sondage doit devenir un réflexe»    la liste des membres sélectionnés approuvée    Hausse au premier trimestre 2021    Lutte contre la criminalité : Démantèlement de groupes criminels    A partir de la citadelle d'Alger : Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine    La fièvre des stèles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Zeghmati enfonce Tayeb Louh
Affaire des bracelets électroniques
Publié dans Le Soir d'Algérie le 13 - 02 - 2021

Belkacem Zeghmati a enfoncé gravement son prédécesseur, Tayeb Louh, en remettant à l'ordre du jour le scandale des bracelets électroniques. Le ministre de la Justice s'est exprimé sur le sujet ce jeudi, lors d'une séance plénière consacrée aux questions orales à l'Assemblée. Il a annoncé l'arrêt de l'utilisation du bracelet électronique (surveillance électronique), car le dossier fait actuellement l'objet d'une enquête judiciaire au tribunal de Sidi-M'hamed.
«L'opération d'acquisition de ces bracelets a coûté au Trésor public des fonds colossaux en devises (...) La mise en place de cette formule avait soulevé de grands espoirs, mais ils ont été anéantis», ajoute Zeghmati.
La teneur de ces propos est sans équivoque. Sans le citer nommément, il fustige son prédécesseur, Tayeb Louh, sous le coup d'une seconde inculpation (depuis octobre dernier), liée à l'affaire des bracelets électroniques. L'affaire remonte à 2018 lorsque l'ex-garde des Sceaux annonce l'introduction d'une nouvelle démarche visant à limiter les détentions provisoires dans le milieu carcéral, en optant pour une mesure alternative mondialement connue et ayant fait ses preuves à travers bien des Etats : les bracelets électroniques.
La nouvelle est annoncée tambour battant et présentée comme étant un grand pas vers la modernisation du secteur de la justice. Sur le terrain, le projet ne voit, cependant, jamais le jour. A cette époque déjà, de nombreuses rumeurs font toutefois état de l'achat d'un matériel qui s'est rapidement avéré défectueux. L'opinion n'en saura davantage qu'après l'incarcération de l'ex-ministre de la Justice. Placé sous mandat de dépôt le 23 juin 2019, il est d'abord inculpé sur la base d'une série de charges mettant en cause ses interventions répétées dans le fonctionnement de la justice.
Quelques mois plus tard, il se trouve inculpé dans la seconde affaire des bracelets électroniques. Les premiers détails livrent la teneur de l'affaire. Le lot composé de 1000 bracelets de surveillance électroniques, dont le prix est estimé à 1000 euros l'unité, s'est avéré non valable. Cette enquête a d'ailleurs également conduit à l'arrestation du directeur chargé de la modernisation au ministère de la Justice, et dont le rôle était de surveiller la conformité les achats entrepris dans le cadre de la modernisation de l'institution. Selon les premiers éléments, cet achat s'est effectué sans la prise des précautions nécessaires.
Des sources généralement bien informées affirment, par ailleurs, que plusieurs anciens hauts responsables au ministère de la Justice, voire même d'autres anciens ministres qui ont donné leur aval pour cet achat, se trouvent eux aussi concernés par l'enquête menée. Le dossier qui se trouvait précédemment au niveau de la Cour suprême a été transféré en août dernier au niveau du pôle spécialisé du tribunal de Sidi-M'hamed, après la suppression de la juridiction de privilège dont jouissaient les anciens ministres et hauts responsables. Ce qu'il faut également savoir est que le nom de Tayeb Louh ressurgit au moment où une bataille judiciaire se trouve engagée entre ses défenseurs et les instances judiciaires pour tenter d'obtenir une requalification des faits pour lesquels il est poursuivi dans la première affaire pour laquelle il a été inculpé (entrave au fonctionnement de la justice). Au cours de la seconde quinzaine du mois de novembre dernier, la chambre d'accusation saisie par la défense du concerné a validé les conclusions du juge d'instruction qui a criminalisé les faits qui lui sont reprochés. L'affaire a été renvoyée devant le tribunal criminel, mais son collectif de défense a décidé de se pourvoir en cassation. Il appartient désormais à la Cour suprême de trancher.
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.