Chaînes humaines devant les bureaux de poste et les GAB: Force publique et huissiers face à la grève    Des citoyens protestent à Tizi-Ouzou    A l'instar des précédents ramadhans: Tension sur le lait en sachet    Fin de mission ou redéploiement ?    L'ASELCT, une association SDF !    MC Oran: Une copie à revoir pour Madoui    ES Sétif: Une Entente en demi-teinte    MARMELADE DES TEMPS NOUVEAUX    Fruits et légumes: Les prix de la pomme de terre et la tomate continuent leur flambée    Adrar: 90 étudiants victimes d'une intoxication alimentaire    Dossier de la mémoire: «La pandémie est venue retarder les pourparlers»    El Tarf: Un riche programme culturel et artistique    Quand la vie se résume à un poème    Tebboune préside la réunion périodique    Renouvellement du bâtonnat de Boumerdès    «Nous souhaitons aller vers de nouveaux services»    Mbappé préféré à Haaland    Brèves Omnisports    Tirage au sort mercredi    L'Abef allège le recours au Credoc    13 Tonnes de pain jetées à la poubelle    «Les législatives sont un objectif stratégique»    Le rêve inachevé    Les mesures de Rezig invisibles    Le chiffre «insolite» de la vaccination    Les spécialistes s'y opposent    163 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Le Conseil de sécurité de l'ONU soutient le mécanisme    À quoi joue la Turquie?    Plusieurs responsables américains interdits d'entrer en Russie    Le premier martyr du Mouvement national    «El Aqaïd» de Abdelhamid Benbadis    Témoignage inédit et émouvant sur Matoub Lounès    FAF : La Commission de passation de consignes entrera en action dimanche    Algérie Poste : La direction annonce des mesures    Moins nombreux, mais toujours déterminés    Tebboune s'en prend aux partisans de "la duperie"    Le gouvernement allège la procédure    119 organisations saisissent le Conseil de sécurité de l'ONU    L'observatoire Euro-Med des droits de l'Homme épingle Rabat    La libération des détenus d'opinion réclamée    Le derby de la Soummam en haut de l'affiche    Qaâdat et sonorités chaâbi au pays du froid    Epilogue d'une vive controverse autour de la nouvelle mosquée de Strasbourg    Raul Castro va quitter le pouvoir à Cuba : Une page d'histoire qui se tourne ?    Malika Chitour Daoudi. Romancière : «Mon roman parle d'âmes qui se lient et d'empathie...»    De la circonscription administrative, en particulier, à l'administration territoriale, en général, ou l'urgence d'une doctrine d'emploi (Suite et fin)    Le processus électoral est inéluctable    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Apologie d'Aristophane»
Le coup de bill'art du soir
Publié dans Le Soir d'Algérie le 21 - 02 - 2021

Tout a été dit (et écrit) sur la pièce de théâtre Les Nuées d'Aristophane, notamment qu'elle est dirigée contre Socrate, son enseignement et son «athéisme». La pièce, d'ailleurs, se termine par l'incendie du Pensoir, l'école de Socrate. Les Nuées fut jouée à Athènes pour la première fois en 423 avant J.-C.
Socrate y est présenté comme le grand maître des nouveaux savoirs de la sophistique, artificieux et trompeurs. La pièce présente aussi le philosophe comme un personnage distant et hautain, qui rejette la religion grecque traditionnelle pour vénérer ses propres divinités, et qui dirige une école particulière, dans laquelle il enseigne des idées contraires à la morale traditionnelle.
La pièce, selon des historiens, a peut-être contribué à alimenter l'hostilité populaire contre Socrate et même conduit à son procès et à sa terrible exécution en 399 av J.-C., après avoir été accusé de rejeter les dieux d'Athènes et de corrompre la jeunesse.
Publié en 2015 sur le blog de l'éditeur Oxford University Press (OUP blog), l'article «Did comedy kill Socrates?» («La comédie a-t-elle tué Socrate?») de Stephen Halliwell, professeur de grec à l'Université St Andrews (Ecosse), montre que ce n'est pas si simple. Pour l'auteur, un premier problème se pose déjà : Platon a écrit l'Apologie de Socrate 25 ans après la seule et unique représentation des Nuées. En 423 av. J.-C., Platon n'était âgé que de quatre ans environ. Il est donc impossible qu'il ait pu percevoir la façon dont la pièce avait été reçue à cette époque.
En outre et durant ces vingt-cinq années d'intervalle, une grande partie des personnes qui avaient assisté à la représentation des Nuées devaient être décédées, surtout avec les morts considérables causées par la guerre du Péloponnèse. Aussi, pour Stephen Halliwell, les jurés qui avaient condamné Socrate en 399 (avant J.-C.) avaient très peu de chances, voire aucune de connaître la comédie d'Aristophane. Aussi, le philosophe avait été certainement condamné pour d'autres raisons.
Plus de 2000 ans après, Les Nuées continuent à faire couler beaucoup d'encre !
K. B .
[email protected]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.