ENCORE UN PAS À FRANCHIR...    La Ligue arabe, l'ONU et l'UE réclament leur retrait    Une période d'incertitude s'ouvre au Tchad    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    "L'EN doit continuer à apporter de la joie aux Algériens"    C'EST DEJÀ LA FIN !    ECUEILS REGLEMENTAIRES ET COLÈRE DES SUPPORTERS    Six personnes arrêtées lors des manifestations    De fausses licences de moudjahidine pour importer des voitures    Lancement de "Lawhati" pour la vente d'œuvres d'art en ligne    CONSTANTINEREND HOMMAGE AU SOUVERAIN DU MALOUF    Le salon du livre amazigh est né    Le challenge de deux présidents    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    La sanglante guerre d'usure des Houthis    Une enquête choquante    Les inconnues d'un scrutin    346 Containers abandonnés    768 Logements sociaux électrifiés    Victoire du CRB devant le CABBA    Brèves    Les Africains connaissent leurs adversaires    182 nouveaux cas, 129 guérisons et 7 décès en 24h    Des milliers de travailleurs investissent la rue    Les raisons de la 2e vague de la hausse des prix    15 quintaux de kif marocain saisis    Le ministère du Commerce sensibilise    Déprime ramadhanesque    Les islamistes rêvent de victoire    L'Algérie ne tombera pas    Dernière ligne droite avant la campagne    «Les centres d'archives sont une vitrine»    Projection de Hassan Terro    Expo «Quelques choses d'Alger»    Coupe de la Confédération (Gr. B / 5e J): victoire de la JS Kabylie devant Coton Sport (2-1)    Gouvernement: examen d'un projet de création d'une autorité de régulation du marché du tabac    Décès d'Idris Deby : la communauté internationale appelle à préserver la paix    Perturbation dans l'approvisionnement en huile de table    Grandiose marche nocturne à Akbou    Le marché dans tous ses états    Bechar: installation du nouveau chef de la sûreté de wilaya    Les appels à la libération de Rabah Karèche se multiplient    «Le sondage doit devenir un réflexe»    la liste des membres sélectionnés approuvée    Hausse au premier trimestre 2021    Lutte contre la criminalité : Démantèlement de groupes criminels    A partir de la citadelle d'Alger : Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine    La fièvre des stèles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La direction tente de circonscrire la crise
FFS : Face à la colère de sa base
Publié dans Le Soir d'Algérie le 24 - 02 - 2021

Au lendemain de la rencontre de ses dirigeants avec le chef de l'Etat, très critiquée par sa base, le FFS appelle ses militants à continuer leur engagement au sein du mouvement populaire, et dénonce le régime qui «se cantonne dans un immobilisme destructeur qui pousse à la révolte, alors qu'une telle situation exige des actions fortes, notamment sur le plan politique».
Karim Aimeur – Alger (Le Soir) – L'Instance présidentielle du FFS s'est réunie, hier mardi, au lendemain de la célébration du deuxième anniversaire du mouvement populaire à travers une forte mobilisation citoyenne dans plusieurs wilayas du pays. Contrairement aux manifestations du Hirak d'avant la crise sanitaire et durant lesquelles les dirigeants du parti étaient toujours sur le terrain, ce 22 février 2021, les responsables du FFS étaient invisibles dans les rues, et leur présence était très timide et même discrète. Après la rencontre de deux dirigeants du parti avec le chef de l'Etat, sans que beaucoup d'autres responsables soient au courant de cette rencontre (certains ont été informés de son déroulement la veille au soir), et la déclaration d'un conseiller du Premier secrétaire où il affirme que le Hirak est devenu «un instrument de régression», des doutes ont plané sur la nouvelle position du FFS par rapport au mouvement populaire. Et les militants ont multiplié les dénonciations de cet acte, en s'en démarquant. C'est dans ce contexte que la réunion de l'instance présidentielle du parti a eu lieu hier. Dans un communiqué sanctionnant cette réunion, le FFS dit encourager ses militants «à poursuivre le combat dans cette révolution populaire pour un changement démocratique dans le pays, car nous sommes conscients du rôle historique et déterminant qui nous incombe à tous, pour conduire ce processus salutaire visant à sauver notre pays d'un effondrement inéluctable de ses institutions». Dénonçant le régime qui «se cantonne dans un immobilisme destructeur qui pousse à la révolte», le FFS a réaffirmé son attachement à une sortie de crise basée sur un dialogue responsable. «Partant du principe qu'aucun dénouement de cette crise multiforme n'est envisageable et encore moins viable, dans un contexte exacerbé par la répression policière et judiciaire, le chaos économique et l'exclusion, le FFS a engagé une dynamique de concertations et d'échanges avec des partis politiques, des personnalités nationales et des organisations syndicales. Ces consultations visent à créer un climat de confiance favorable à des approches consensuelles et convergentes de sortie de crise», lit-on dans la même déclaration. Et de considérer que le contexte politique national actuel ne peut plus supporter d'autres «dérives autoritaires et d'autres échecs». Il se dit convaincu que la voie de la sagesse et de la raison doit prévaloir sur les scénarios catastrophes des extrémismes de tous bords, des apprentis sorciers et des pyromanes de tout acabit, sommant «les tenants du pouvoir à s'engager sérieusement dans un élan patriotique de changement pacifique de l'ordre établi». Pour le FFS, cet engagement devra être illustré par une volonté politique de créer un climat de détente et de confiance en faveur de ce changement. Dans le cas contraire, le parti estime que le Hirak «risque à tout moment de reprendre avec plus de détermination et d'intransigeance, si le pouvoir continue d'ignorer ses préoccupations».
«Cette ignorance, qui frise le mépris de la volonté populaire, se manifeste par le renforcement du dispositif répressif, l'instrumentalisation de certains médias, et le rejet systématique de toutes les initiatives politiques de sortie de crise, qui proposent des solutions concrètes et consensuelles pour désamorcer ce contexte particulièrement explosif», explique le plus vieux parti de l'opposition, appelant à «jeter les bases d'une deuxième République».
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.