Le processus de paix au Sahara occidental n'a pas atteint ses objectifs à cause des alliés du Maroc    Covid-19 : aménagement de l'horaire de confinement partiel à domicile dans 9 wilayas    "La majorité" des contrôleurs de commerce sont sur le terrain en dépit de la grève    Législatives du 12 juin : Les délais pour le dépôt des dossiers de candidatures prorogés    Décès de la militante Annie Steiner : Zitouni présente ses condoléances à sa famille    Coronavirus: 189 nouveaux cas, 135 guérisons et 9 décès    Tribunal Sidi M'hamed: Saïd Djabelkhir condamné à 3 ans de prison ferme pour offense à l'Islam    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Que faire pour réguler le marché ?    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    La JSK y est presque, l'ESS rate le coche    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    «Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    Grandiose marche nocturne à Akbou    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    15 quintaux de kif marocain saisis    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    Brèves    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Le pays ne peut supporter d'autres échecs"
LE FFS APPELLE LE POUVOIR À ENGAGER LE CHANGEMENT
Publié dans Liberté le 24 - 02 - 2021

Le Front de forces socialistes (FFS) a averti, hier, dans un communiqué de l'instance présidentielle, contre toute "dérive" du pouvoir face aux manifestations populaires, à travers tout le pays, au moment où le contexte de crise socioéconomique risque d'alimenter davantage la révolte des Algériens.
"Les revendications légitimes des Algériens pour un Etat souverain, fondé sur la légitimité populaire et ancré sur la justice sociale, le respect des droits de l'Homme, les pluralismes politique et linguistique, et l'émancipation économique", si elles continuent d'être "ignorées", prévient le parti de l'opposition, risquent d'alimenter encore davantage la fronde sociale "avec plus de détermination et d'intransigeance".
Tout en rappelant l'exemplarité de la mobilisation citoyenne de millions d'Algériens, le document dénonce "le caractère autoritaire du régime" et le "mépris" qu'il affiche face à ce soulèvement pacifique et inédit.
"Cette ignorance, qui frise le mépris de la volonté populaire, se manifeste par le renforcement du dispositif répressif, l'instrumentalisation de certains médias et le rejet systématique de toutes les initiatives politiques de sortie de crise qui proposent des solutions concrètes et consensuelles pour désamorcer ce contexte particulièrement explosif", lit-on dans le communiqué de l'instance présidentielle.
Brossant un tableau peu reluisant de la situation du pays, le FFS s'inquiète de l'"immobilisme du régime", incapable, selon lui, de répondre aux préoccupations des Algériens.
"Au moment où la situation socioéconomique et le mode de vie de pans entiers de la société algérienne se dégradent dangereusement et deviennent insupportables pour le plus grand nombre, le régime se cantonne dans un immobilisme destructeur qui pousse à la révolte, alors qu'une telle situation exige des actions fortes, notamment sur le plan politique."
Le FFS, rappelle-t-on, qui a pris part aux consultations initiées par le chef de l'Etat, le 14 février dernier, a appelé à des mesures d'apaisement et à des gestes à même de rassurer les Algériens, notamment en ce qui concerne la libération des détenus d'opinion.
Dans son communiqué d'hier, le plus vieux parti de l'opposition semble un cran plus critique et virulent vis-à-vis du pouvoir. "Le FFS considère que le contexte politique national actuel ne peut plus supporter d'autres dérives autoritaires et d'autres échecs.
Notre pays et notre peuple méritent de prétendre légitimement à un destin politique et socioéconomique stable et prospère", écrit l'instance présidentielle du parti qui appelle, par ailleurs, le pouvoir en place à s'engager sur la voie du changement.
"Le FFS somme les tenants du pouvoir à s'engager sérieusement, pour l'intérêt suprême de la nation, dans un élan patriotique de changement pacifique de l'ordre établi. Cet engagement devra être illustré par une volonté politique de créer un climat de détente et de confiance en faveur de ce changement", indique le communiqué.

K. BENAMAR


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.