Ces partis à candidats «extra-muros»    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Participation du Conseil de la nation à la réunion du Comité sur les questions relatives au Moyen-Orient de l'UIP    Algérie Poste : La grève déclarée illégale, installation d'un comité pour la mise en place du syndicat    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    L'AIE relève ses prévisions de la demande    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Le gouvernement français «regrette»...    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Amara, un plébiscite et des promesses    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    4 décès et 176 nouveaux cas    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Tous les indicateurs sont en hausse    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    Plus de 1000 policiers mobilisés    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Installation du Comité de préparation de la conférence nationale élective du Syndicat d'Algérie Poste    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Ligue 1- Mise à jour: Un quatuor à la relance    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Guelma: Hommage au chahid Souidani Boudjemâa    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Quand Goudjil séparait le bon grain de l'ivraie    Le club se prépare à faire table rase    Pochettino fair-play avec le Bayern    Une offre sur la table pour Agüero    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mohamed Bazoum Président
Niger : Il l'emporte avec 55,75% des voix
Publié dans Le Soir d'Algérie le 25 - 02 - 2021

C'est la première fois dans l'histoire du Niger qu'un Président élu succédera à un autre Président élu. Le pays a déjà vécu quatre coups d'Etat.
Le candidat du Parti pour la démocratie et le socialisme (PNDS-Tarayya) a emporté la présidentielle au Niger avec 55,75% des voix face à son adversaire Mahamane Ousmane (44,25%), a annoncé ce mardi la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). Bazoum a obtenu 55,75% des voix contre 44,25% à Ousmane, un ancien Président dans les années 1990, selon les résultats provisoires annoncés par la CENI. Le taux de participation au second tour de dimanche a été de 62,91%. Bazoum a recueilli 2.501.459 voix contre 1.985.736 à Ousmane, sur un total de 7,4 millions d'électeurs appelés à voter. Mohamed Bazoum avait récolté 39,3% des suffrages au premier tour du 27 décembre 2020, contre presque 17% à Mahamane Ousmane. Les résultats publiés mardi par la Ceni portent sur 210 des 266 communes que compte le pays. Plus de 7,4 millions de Nigériens étaient, dimanche, 21 février, aux urnes pour choisir le successeur du Président sortant Mahamadou Issoufou. On s'attend à ce que le PNDS se taille la part du lion dans la future équipe gouvernementale. Selon des médias, celle-ci sera dirigée par un membre de l'une des deux ethnies majoritaires, les Haoussas et les Djermas. De sources locales, on avance que le nom du prochain Premier ministre devrait être annoncé le 4 avril prochain, jour de l'investiture du nouveau chef de l'Etat. La liste complète des ministres devrait, quant à elle, être connue le lendemain, 5 avril. Acteur clé de la vie politique au Niger depuis trente ans, Bazoum vient de la tribu arabe Ouled Slimane. Il a été l'un des fondateurs du PNDS. Aujourd'hui, il préside cette formation affiliée à l'Internationale socialiste. Tribun reconnu, il a fait ses premiers pas en politique au sein du Syndicat national des enseignants du Niger, puis de l'Union des syndicats des travailleurs du Niger (USTN), dont il devint le coordonnateur régional à Maradi (ville nigérienne), et qu'il représenta à la Conférence nationale de 1991 qui a permis de faire entrer le pays dans une ère de pluralisme. Cinq fois député de Tesker (au nord-est de Zinder), ministre des Affaires étrangères puis de l'Intérieur. Depuis 1993, date du premier scrutin présidentiel pluraliste dans ce pays, l'élection du chef de l'Etat au Niger s'est toujours jouée en deux tours. En effet, c'est la première fois dans l'histoire du Niger qu'un Président élu succédera à un autre Président élu. Le pays a déjà vécu quatre coups d'Etat réussis (1974, 1995, 1999 et 2010), et plusieurs tentatives qui ont échoué. Bazoum héritera de son prédécesseur, notamment le défi de juguler les attaques terroristes qui ont fait des centaines de morts depuis 2010, et fait fuir de leurs foyers environ 500 000 personnes, selon l'ONU.
R. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.