L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    Le parcours du combattant des candidats indépendants    Des dossiers lourds en voie de finalisation    C'est l'escalade !    Bachar Al Assad pour un 4e mandat    Boukadoum en visite de travail en Libye    Le Barça s'offre son 31e sacre    L'AG élective «bis» de la FABB le 24 avril    Les Canaris en mode nocturne    Manchester City maintient le suspense pour De Bruyne    «Le sondage doit devenir un réflexe»    Retard dans le versement des salaires «La dignité de l'enseignant est une ligne rouge»    Poulet kedjenou    Sindbad le marin, une femme exceptionnelle !    Le Musée des beaux-arts d'Alger restaure des œuvres de Rodin    Nouvelles attaques de l'APLS contres les forces d'occupation marocaines    3 décès et 156 nouveaux cas    La Juventus récolte déjà les fruits du projet de Super Ligue    À Chypre, l'héritage des Templiers est une réalité    L'Algérie a besoin d'un baril à plus de 169 dollars    Garde à vue prolongée pour les manifestants arrêtés vendredi    KAMEL CHIKHI CONDAMNE À 2 ANS DE PRISON FERME    Les exigences de la CNCC    6 ans de prison pour deux anciens DG    Naima Ababsa: une digne représentante de la chanson algérienne dans la diversité de ses genres    Arbitrage : nettoyez les écuries d'Augias !    Coupe de la ligue professionnelle : Les matchs avancés d'une demi-heure    Bouira : Envolée des prix des fruits et légumes    Ghazaouet: Les eaux pluviales provoquent des éboulements    Es-Sénia: Démolition de quatre constructions illicites    El-Bayadh: Le barrage de Brezina atteint son plus bas niveau    Quoi attendre du Conseil d'administration ?    Christopher Ross: La décision de Trump sur le Sahara Occidental «irréfléchie» et «dangereuse»    Profession: Auto-serveur    Mascara: «Saliha», hommage au médecin maquisarde    Conclave des opérateurs de l'Ouest    L'heure du bilan n'a pas encore sonné    Le Niger s'enfonce dans la tragédie    Des cités sans eau    Le sempiternel casse-tête du transport    Le deuxième remplissage aura lieu en juillet et août    Les autorités annoncent de nouvelles mesures sanitaires    Un "rendez-vous marquant" pour Ammar Belhimer    «Rachad doit être classé organisation terroriste»    Intolérable gaspillage!    Le buste d'Audin fait polémique    «J'ai enseigné tamazight, clandestinement»    Les enfants des zones d'ombre invités    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le roman Survivre pour Ibiza de Djamila Abdelli-Labiod présenté en Espagne
Dans les colonnes d'un journal des Baléares
Publié dans Le Soir d'Algérie le 02 - 03 - 2021

Sous le titre «La migración de jóvenes argelinos a Ibiza centra la segunda novela de la escritora Djamila Abdelli-Labiod», le journal espagnol Noudiari.es a consacré un long article au roman Survivre pour Ibiza de l'écrivaine algérienne Djamila Abdelli-Labiod, paru dernièrement chez Aframed Editions.
La journaliste espagnole Laura Ferrer Arambarri fait un résumé du roman et des raisons qui poussent Mourad (et des milliers d'autres Algériens) à tenter l'aventure de l'émigration clandestine vers l'Europe dont l'île espagnole Ibiza, si proche des côtes algériennes, est en quelque sorte «la porte du paradis».
«L'écrivaine algérienne dépeint la réalité des jeunes de son pays qui embarquent sur des bateaux pour rejoindre Ibiza. Pour la couverture, elle a choisi une image sans complaisance : le travail de très jeunes garçons dans les décharges algériennes», écrit la journaliste espagnole qui avait contacté Djamila Abdelli-Labiod pour de plus amples informations.
«Le personnage principal de mon roman s'appelle Mourad, ce qui veut dire ‘‘ambition'' en arabe, raconte Abdelli-Labiod à Noudiari, de Béjaïa, la ville où elle réside en Algérie. Cette ambition dont parle son nom s'active lorsqu'il rencontre une réalité très éloignée de sa vie de tous les jours. Ainsi, comme d'autres jeunes Algériens, c'est à travers la télévision et les réseaux sociaux qu'il accède à des images d'un monde d'abondance qui n'est pas à sa portée. Ou peut-être oui, si vous osez franchir le pas. Mourad voit un reportage sur Ibiza à la télévision, avec des images de clubs et d'endroits comme Bora Bora et des filles (...) depuis lors, Ibiza est devenue son rêve. Mourad s'accroche à ça !» écrit, notamment, Laura Ferrer Arambarri qui reprend les propos de l'auteure du roman La Réglisse de mon enfance.
«Djamila Abdelli-Labiod raconte que c'est le rêve de nombreux garçons qui voient Ibiza ou d'autres endroits d'Europe à travers les écrans et commencent à penser à l'émigration clandestine : ‘‘Allez à Ibiza, trouvez un travail et vivez bien''», écrit encore la journaliste espagnole.
En réponse aux questions du journal espagnol dont le siège se trouve sur l'île d'Ibiza (Baléares), l'Algérienne donne son avis sur les raisons évidentes ou plus profondes, directes ou indirectes, qui poussent de jeunes Algériens notamment à l'émigration clandestine vers l'eldorado européen qui souvent, d'ailleurs, n'en est pas un. Ce n'est pas toujours une question de travail et d'argent. Parfois c'est une question de choix de «modèle de société» moralement moins ou pas du tout répressif.
«L'histoire du roman est pleine de rebondissements, avec plusieurs intrigues et c'est aussi une immersion dans la vie des jeunes Algériens, décrit l'auteure, qui relie la révolution personnelle que vit Mourad dans le roman au récent Hirak algérien. La lassitude et le malheur du personnage se reflètent dans cette révolution dans le pays pour les mêmes raisons. Car la réalité de Mourad n'est rien de plus que le reflet de la dure réalité de l'Algérie embourbée dans une crise multidimensionnelle chronique», résume encore Laura Ferrer Arambarri
«Le fait qu'un journal espagnol s'intéresse à mon roman prouve juste à quel point la thématique du roman est d'actualité, et cela renforce cette satisfaction que j'ai à vouloir donner à mes écrits une fonction d'utilité. J'allie le plaisir à ce besoin de me sentir, bien qu'à une échelle réduite, modestement, à participer à ma manière, en apportant ma petite pierre dans l'''édification'' (je ne trouve pas le mot judicieux) du pays. Le thème de la jeunesse est le principal, puis par l'entremise de récits, une immersion dans la vie des petites gens avec humour. Les tribulations de Mourad en disent beaucoup sur les préoccupations de la jeunesse», nous a confié Djamila Abdelli-Labiod.
«j'ai dû me rendre dans un bidonville pour capter l'atmosphère qui y règne, je me suis rendue dans un véritable asile psychiatrique. J'ai été dans un commissariat de police pour collecter des informations pour mon roman et, à ma grande surprise, c'était une femme commissaire de police qui m'a reçue avec beaucoup de gentillesse et qui m' a éclairée», nous expliqua encore l'auteure.
Survivre pour Ibiza est, ainsi, presqu'un reportage «réaliste» sur le quotidien de la jeunesse algérienne, ses problèmes, ses préoccupations et ses rêves réels ou éveillés.
Kader B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.