Yaoum El Ilm: Message du Président de la République    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Algérie Poste appelle les travailleurs grévistes à « rejoindre immédiatement » leurs postes    Coronavirus: 167 nouveaux cas, 119 guérisons et 3 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.974.651 morts dans le monde    Le NMLWS condamne la décision de l'ouverture d'un bureau de LREM à Dakhla occupée    FAF : le candidat unique, Charaf-Eddine Amara, fixe ses priorités    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    L'AIE relève ses prévisions de la demande    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    Flick va-t-il claquer la porte ?    Participation du Conseil de la nation à la réunion du Comité sur les questions relatives au Moyen-Orient de l'UIP    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    Imposant dispositif sécuritaire durant ce mois de Ramadhan    Ces partis à candidats «extra-muros»    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    Pochettino fair-play avec le Bayern    Une offre sur la table pour Agüero    Pérez ne lâchera pas Hazard    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    Al Menfi ferait «tous les efforts possibles» pour le départ des forces étrangères    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une lettre du Président sahraoui adoptée comme document officiel
Conseil de sécurité de l'Onu
Publié dans Le Soir d'Algérie le 06 - 03 - 2021

Le Président sahraoui, Brahim Ghali, a, dans une lettre adressée au secrétaire général de l'ONU et adoptée comme un document officiel du Conseil de sécurité, dénoncé la situation catastrophique des droits humains dans les territoires occupés du Sahara Occidental notamment depuis que le Maroc a rompu le cessez-le-feu.
« J'attire de toute urgence votre attention et celle des membres du Conseil de sécurité sur la situation catastrophique qui règne dans les territoires du Sahara Occidental sous occupation marocaine illégale, en particulier depuis l'acte d'agression perpétré le 13 novembre 2020 contre les territoires libérés du Sahara Occidental par l'Etat d'occupation », a écrit le Président Ghali, dans sa lettre adressée par le représentant permanent de l'Afrique du Sud auprès de l'ONU au président du Conseil de sécurité pour la distribuer comme document du Conseil. L'Etat d'occupation marocain, poursuit le Président sahraoui, « a ainsi torpillé le cessez-le-feu de 1991 et déclenché une nouvelle guerre qui pourrait avoir des conséquences extrêmement graves pour la paix, la sécurité et la stabilité dans l'ensemble de la région ».
Il dénonce le fait que c'est « l'inaction du secrétariat de l'ONU et du Conseil de sécurité et leur silence consternant face au nouvel acte d'agression du Maroc qui a encouragé l'Etat d'occupation à persister dans ses pratiques répressives et barbares qui visent à terroriser la population des territoires sahraouis occupés ».
ALLIANCE CEE POUR LE SAHARA OCCIDENTAL
Appel à l'annulation de la proclamation de Trump
L'Alliance «espère que la nouvelle administration américaine menée par le Président Joe Biden annulera la décision de Donald Trump et s'assurera que les Etats-Unis continueront à jouer un rôle constructif dans le cadre des efforts internationaux visant à parvenir à une solution pacifique et durable garantissant au peuple sahraoui son droit inaliénable à l'autodétermination et à l'indépendance».
Les membres de l'Alliance qui ont adressé, au Président sahraoui, une lettre de félicitations à l'occasion du 45e anniversaire de la création de la RASD (République arabe sahraouie démocratique), n'ont pas manqué de condamner la proclamation faite par Trump le 10 décembre dernier en échange de la normalisation des relations entre le régime marocain et l'entité sioniste.Par ailleurs, l'Alliance CEE a saisi l'occasion du 45e anniversaire de la RASD pour réaffirmer son engagement à poursuivre ses actions de solidarité avec le peuple sahraoui dans «le long processus de décolonisation».
Elle a également exprimé sa satisfaction quant au fait que la RASD ait réussi à mettre en place «une société moderne basée sur les valeurs de la justice, de la démocratie, du respect de la loi et de l'égalité des sexes».
D'un autre côté, l'Alliance assure avoir de l'admiration pour le combat que mène le peuple sahraoui pour son indépendance, exprimant son engagement en faveur du processus de paix sous les auspices des Nations-Unies, en vue d'organiser un référendum d'autodétermination au Sahara Occidental.
APS
Le processus onusien, le cadre pour résoudre le conflit
L'Allemagne « mise, comme dans le passé, sur le processus onusien pour la résolution du conflit au Sahara Occidental, en dépit des difficultés auxquelles se heurte ce processus », a indiqué le président de la Sous-Commission des Nations-Unies, des organisations non-gouvernementales (ONG) et de la mondialisation, Ulrich Lechte. Dans une entrevue accordée à la télévision allemande, le responsable au Parti libéral-démocrate au Parlement allemand a précisé que « le régime marocain souhaite que l'Union européenne et l'Allemagne reconnaissent la déclaration de Donald Trump sur le Sahara Occidental ». « Néanmoins, nous misons, comme dans le passé, sur le processus onusien, en dépit des difficultés auxquelles il se heurte, sans pour autant enregistrer aucun progrès depuis des décennies », a-t-il rappelé. Il a en outre affirmé que « la position de l'Allemagne est particulière », d'autant que le dernier envoyé spécial du SG de l'ONU au Sahara Occidental était l'ancien Président allemand, Horst Kohler qui « a démissionné pour des raisons de santé », ajoutant qu'il « y a une volonté depuis des décennies pour que le peuple sahraoui exerce son droit à l'autodétermination ».L'Allemagne « mise, comme dans le passé, sur le processus onusien pour la résolution du conflit au Sahara Occidental, en dépit des difficultés auxquelles se heurte ce processus », a indiqué le président de la Sous-Commission des Nations-Unies, des organisations non-gouvernementales (ONG) et de la mondialisation, Ulrich Lechte. Dans une entrevue accordée à la télévision allemande, le responsable au Parti libéral-démocrate au Parlement allemand a précisé que « le régime marocain souhaite que l'Union européenne et l'Allemagne reconnaissent la déclaration de Donald Trump sur le Sahara Occidental ». « Néanmoins, nous misons, comme dans le passé, sur le processus onusien, en dépit des difficultés auxquelles il se heurte, sans pour autant enregistrer aucun progrès depuis des décennies », a-t-il rappelé. Il a en outre affirmé que « la position de l'Allemagne est particulière », d'autant que le dernier envoyé spécial du SG de l'ONU au Sahara Occidental était l'ancien Président allemand, Horst Kohler qui « a démissionné pour des raisons de santé », ajoutant qu'il « y a une volonté depuis des décennies pour que le peuple sahraoui exerce son droit à l'autodétermination ».
R. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.