Blida: 3 blessés lors de l'opération d'extinction des incendies de forêt à Chréa    Coronavirus: 1305 nouveaux cas, 602 guérisons et 16 décès    RSF avoue avoir placé l'Algérie par "erreur" sur la liste des utilisateurs de Pegasus    Décès du metteur en scène Hassan Assous    Soudani s'engage avec Damac FC    JO - Judo : Fethi Nourine suspendu par la fédération internationale de judo    Arrivée d'experts chinois pour inspecter les équipements de Saidal    La FAF procédera à une désignation des quatre équipes pour les coupes africaines    La crise sanitaire alimente le différend au sommet de l'état tunisien    L'ANCIEN MINISTRE DE L'INDUSTRIE MAHMOUD KHOUDRI N'EST PLUS    L'ambassade d'Algérie à Paris dépose plainte    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Plein gaz pour Medgaz    LES FOURNISSEURS FRANÇAIS S'INTERROGENT    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    L'IMAM VOLONTAIRE DE LA MOSQUEE DE M'KIRA ASSASSINE    Journées portes ouvertes à l'université Yahia-Farès    ALGER RIPOSTE    Abdelhakim Meziani, l'insatiable passionné    Ahmed Yahya énonce les critères de participation    Prêtez votre téléphone sans stresser    Larbi Houari emporté par le Covid-19    Le Makhzen viole les fondements des relations algéro-marocaines !    Qui dirige le Maroc ?    La campagne de vaccination gagne en cadence    375 personnes hospitalisées au niveau de la wilaya de Béjaïa    Pâtes gratinées à la viande hachée    Les Relizanaises en conquérantes à Berkane    Stage de dix jours à Alger    Adieu Hakim, on t'aimait bien    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    61% des candidats au baccalauréat admis à l'université : Les filières littéraires à la traîne    A Kaddour M'hamsadji    Prix du Président de la langue et de la littérature amazighes : Appel à participation    L'absentéisme, tout le monde connaît, mais sinon, le présentéisme, qu'est-ce que c'est ?    Une et indivisible    L'Algérie et le nouvel ordre mondial énergétique    Catastrophe écologique au Yémen    Washington et Baghdad discutent sur la présence militaire américaine    La FAF appelle à une large vaccination    Le président entame des consultations    Fini la politique de l'autruche    Du banal au pas normal?    Les «ripoux», les magistrats et les «privilèges»!    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    «Moussawiri» de l'Algérien Ahmed Tounsi    «Donner de l'espoir grâce à la musique est la meilleure chose que j'ai faite...»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Parlement et son président dans la tourmente
Tunisie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 29 - 03 - 2021

De Tunis, Mohamed Kettou
À l'activisme d'Abir Moussi, chef du parti PDL, s'ajoutent de virulentes attaques contre le président d'Ennahdha, Rached Ghannouchi, accusé d'avoir amassé une fortune d'origine inconnue, alors que le Parlement est paralysé.
Cela devient un rituel. Aucune séance de l'Assemblée des représentants du peuple (ARP) n'échappe au blocage initié par la présidente du parti d'opposition PDL, Abir Moussi. Moussi qui fait du parti islamiste Ennahdha de Rached Ghannouchi son ennemi juré, multiplie les démonstrations tonitruantes, en faisant du Parlement une arène de combat, parfois physique. Au point que certains parmi ses admirateurs n'hésitent plus à la critiquer de peur qu'elle perde tout le crédit qu'elle a accumulé depuis son entrée au Parlement.
En faisant de la mouvance islamique sa principale cible, en omettant, au passage, de présenter un programme qui la ferait monter plus aux sondages, Abir Moussi risque gros. Rien ne dit que les prochaines législatives programmées pour 2024 la consacreraient en fonction de la situation qu'elle vit aujourd'hui. Certes, elle est au firmament pour les législatives, mais loin, voire très loin de Kaïs Saïed pour la présidentielle qui demeure son principal objectif.
Face à cette inertie qui frappe l'Assemblée, certaines voix, même parmi les députés, appellent à la dissolution du Parlement qu'ils considèrent caduc, surtout après l'ajournement de deux séances plénières faute de quorum. Ce qui contribue au blocage du travail du gouvernement qui voit l'adoption de ses projets de loi renvoyée aux calendes grecques. Par ailleurs, Rached Ghannouchi n'est pas au bout de ses peines. Outre la motion de censure signée par 104 députés pour le faire déchoir du perchoir de l'Assemblée, et outre l'opposition qui se manifeste au sein de son propre parti, il vient d'être accusé d'avoir ramassé une fortune colossale d'origine inconnue. C'est le journal Al Anwar qui vient de lancer cette information largement relayée par les médias et, surtout, les réseaux sociaux. La réaction du parti islamiste a été fulgurante, en ce sens que s'adressant directement au journal, il affirme que « certaines personnes et institutions ont, intentionnellement, diffusé des rumeurs et des mensonges sans avoir mené une enquête ». N'empêche qu'un tel article met Ghannouchi dans de « beaux draps », au moment où il s'évertue à éviter une descente aux enfers.
Unique lueur d'espoir pour remettre le pays sur les rails : le dialogue national initié par la centrale syndicale aurait, bientôt lieu, maintenant que le syndicat a adhéré à l'idée du Président Kaïs Saïed d'y faire participer la jeunesse. Une jeunesse qui s'est sacrifiée dans l'espoir d'obtenir la liberté et la dignité qu'elle recherche encore depuis 2011
M. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.