Un jeudi apocalyptique à M'sila    Real Madrid: Zidane vers la sortie ?    Ligue des champions: Mahrez dans l'équipe type de la semaine    Congé de maternité: Une campagne d'information sur les demandes en ligne    EN: deux à trois matchs amicaux au menu des Verts en juin    AADL2 : Près de 4.600 souscripteurs ont retiré les ordres de versement de la 1ère tranche    Coopération : lancement officiel du projet de création d'un Conseil d'affaires algéro-mozambicain    Ligue des champions (1/4 de finale - aller) : CRB-EST décalé au samedi 15 mai    La position française par rapport à ce qui se passe au Tchad est anti-démocratique    Coronavirus: 201 nouveaux cas, 138 guérisons et 8 décès    Espagne: la justice dément avoir convoqué le président sahraoui Brahim Ghali    La recherche de solutions aux différentes revendications doit se faire dans le cadre d'une approche progressive    Le général Medjahed débat avec Anouar Haddam    Algérie-Libye : une position ferme et réaliste (1re partie)    Le Parlement adopte l'amendement de la loi sur la Cour constitutionnelle    Nous sommes fiers de l'acquis démocratique polonais    Six mois de prison avec sursis pour Bendiar Maamar    «Le FLN est en décadence»    Les prix se consolident    L'ouverture de bureaux de change n'est pas envisageable    Sonatrach évoque une reprise de ses activités en Libye    Messaoudi (JSS) maintient le cap    Les finances et la fin de saison au menu    «Ce n'est pas évident de mettre toujours un onze compétitif»    Renflouage du barrage de Taksebt depuis l'oued Sebaou    Cap sur le 6e congrès    2 personnes trouvent la mort sur la RN 47    Tajine de poulet sucré-salé    Les pompiers exigent la réintégration de leurs collègues    Relâchement généralisé et persistant    Algérie-France : la question de la mémoire doit être traitée dans le cadre d'un dialogue d'Etat à Etat    Bac artistique : la musique et la danse seront-elles enfin licites ?    Les artistes rendent hommage à Sid Ahmed Agoumi    "Certains de nos comédiens ont du mal à incarner leur personnage"    Inexistant au centre-ouest du pays : Le projet de CHU relancé à Chlef    Le parcours du combattant    La néo-théorie du «bon cercle» !    Eric Zemmour, visé par des accusations d'agressions sexuelles    L'armée hausse le ton    Les démarches de sa prise en charge engagées    Les candidats retiennent leur souffle    Les mises en garde de l'Armée    Les agents agréés de l'Otan aux abois    L'UA condamne les attaques terroristes au Burkina-Faso, Mali et Niger    Un policier tué dans une attaque jihadiste sur des puits de pétrole    Huit auteurs du meurtre des trois expatriés ont été abattus    Appel à l'exploitation économique du patrimoine culturel    Le roman de Salim Bachi parait aujourd'hui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nouvelle manifestation à Alger
Hirak
Publié dans Le Soir d'Algérie le 10 - 04 - 2021

Le mouvement populaire persévère toujours et surmonte les obstacles. Hier encore, des milliers de personnes ont manifesté, hier, à Alger pour exiger le changement du système.
Karim Aimeur - Alger (Le Soir) - Nouveau vendredi, nouvelle démonstration de force du mouvement populaire dans la capitale. Après une semaine tendue marquée par l'incarcération de près de 30 personnes et les mises en garde du Haut Conseil de sécurité, les rues d'Alger ont été submergées dans l'après-midi par des milliers de manifestants, exigeant la libération des détenus et l'annulation des poursuites judiciaires à leur encontre. Pour la première fois depuis la reprise du mouvement le 22 février dernier, à l'occasion du deuxième anniversaire du Hirak, les slogans clivants visant les services de renseignement, les traitant de « terroristes », ont pratiquement disparu.
Les quelques personnes qui tentaient de les entonner ont eu tout le mal pour les imposer, étant donné que les foules ne voulaient pas les suivre. Même les pancartes portant ces slogans n'ont pas été déployées, contrairement aux précédents vendredis. Les manifestants ont dénoncé les dernières arrestations ainsi que la campagne de dénigrement de certains détenus, rappelant, à travers un slogan, la campagne menée contre Lakhdar Bouregaâ en 2019.
À la rue Didouche-Mourad, des pancartes sur lesquelles les mots d'ordre appelant à une transition démocratique, à l'indépendance de la justice, à l'arrêt des arrestations, à l'arrêt de la torture et au respect de la volonté populaire, ont été déployées massivement. À l'arrivée du président du RCD, Mohcine Belabbas, entouré des militants de son parti, le slogan « Algérie libre et démocratique » a été lancé à tue-tête. D'autres acteurs politiques et associatifs ont formé un carré, appelant à l'unité du Hirak et à la transition. On distingue dans ce carré d'anciens responsables du FFS, l'avocat Mostefa Bouchachi, l'activiste Samir Benlarbi, le président de l'association RAJ, le vice-président de la Laddh, Saïd Salbi, et le sociologue Nacer Djabi. «Non à la division du Hirak », lit-on sur une affiche au moment où, sur une autre, l'on demande à cesser de traiter de traître toute personne qui ne partage pas les idées ou les slogans de certains courants, notamment les islamistes. Le mouvement reste unitaire et les manifestants continuent d'insister sur l'unité à travers le slogan « Les Algériens khawa khawa », mais une guerre de slogans et de pancartes est observée ces derniers temps.
Les slogans clivants, comme celui qui est apparu avec la reprise du Hirak le 22 février dernier en guise de dénonciation des sévices subis par certains activistes dans les locaux des services de sécurité et qui cible les services de renseignement en les traitant de « terroristes », ont été utilisés par des milieux islamistes pour blanchir le FIS de ses crimes commis dans les années 90. Mais hier, ce slogan a disparu.
Des hirakistes ont mis en garde contre le danger de tels slogans, expliquant qu'ils sont compromettants pour l'avenir du mouvement qui continue, plus de deux ans après son déclenchement contre le cinquième mandat de Bouteflika, à mobiliser des milliers de citoyens dans plusieurs wilayas du pays, réclamant un changement radical du système politique.
Les manifestants ont réitéré également le rejet des élections législatives du 12 juin prochain, estimant que le problème n'est pas dans les élections mais dans la légitimité des institutions de la République.
Les manifestants ont, en outre, rejeté toute tutelle étrangère sur le peuple algérien, rejetant la visite du Premier ministre français programmée pour ce dimanche avant d'être annulée.
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.