Bouira : Deux manifestants placés sous mandat de dépôt    L'Agence nationale du sang célèbre la Journée mondiale du donneur de sang    Hand/ Championnat Excellence (messieurs) : le GS Pétroliers déclare forfait pour les play-offs    Logements AADL: des instructions pour l'examen de la 2ème vague de recours des souscripteurs de l'AADL 2013    Enseignement professionnel: création d'un centre de formation dans les énergies renouvelables à Cherchell    Coronavirus: 354 nouveaux cas, 242 guérisons et 8 décès    11.000 policiers mobilisés pour garantir la couverture sécuritaire des épreuves du BEM    Dossier sahraoui: le Maroc enchaine les camouflets    Coupe Billie Jean King: "On s'attend à un niveau assez élevé"    Espagne : Luis Enrique envoie un message à Eriksen    La 26e journée se jouera vendredi et samedi    L'Algérien Fethi Nourine (-73 kg) qualifié aux JO de Tokyo    El-Hamri cale au mauvais moment    Vive polémique entre Macron et Johnson    28 millions de dollars pour un vol dans l'espace avec Jeff Bezos    Des mesures spéciales au niveau des plages ?    Le record mondial de l'association Errakim de Médéa    L'Unicef et l'OIT promettent d'éliminer le travail des enfants    Sonatrach et des sociétés danoises en quête de partenariats    Choc et impact !    La saturation risque de compromettre les programmes de logements    Un déficit de 45% de la production céréalière    3 soldats tués et 4 autres blessés    CES LOIS QUI FONT LE LIT DU FEMINICIDE    Cité Kouhil Lakhdar à Constantine : Un nouvel effondrement inquiète les habitants    3400 affaires élucidées et 3799 suspects arrêtés en mai dernier    AEP à Alger : Instructions fermes pour un approvisionnement régulier    Vaccination contre la Covid à Annaba : 41% de la population ciblée touchés    La Journée nationale de l'artiste célébrée    Le ministère de la Communication retire l'accréditation à France 24    Ministère des Finances: L'économie se remet progressivement de la crise Covid-19    Tiaret - Foncier industriel : 24 hectares inexploités récupérés    DNA - Ligue 2: Les probabilités à deux journées de la fin    En attendant la proclamation des résultats: Un taux de participation de 30,20% aux législatives    Tribulations d'un raboteur d'urnes !    L'Egypte rejette les mesures unilatérales de l'Ethiopie    Moyenne du taux de participation de 30,20 %    Le FLN «rafle la mise»    La longue nuit du dépouillement    Le discours politique sans impact    «C'est un jour heureux pour l'Algérie»    Le choc post-traumatique de la barbarie israélienne    «Je deviens Ifru Nomade!»    Un livre sur les victimes des traumatismes    Premier festival sur les plantes médicinales en Algérie    Un colloque virtuel sur l'économie informelle et les inégalités de genre    Le livre sur la question kabyle disponible en Algérie    Me Abdelkrim Khaldi tire sa révérence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aïn Hammurabi de Abdellatif Ould Abdellah : évocation innovante de la mémoire de sang perdue
Littérature
Publié dans Le Soir d'Algérie le 16 - 05 - 2021

L'écrivain Abdellatif Ould Abdellah dépeint, dans son roman Aïn Hammurabi, retenu sur la short list du Prix international du roman arabe (Arab Booker Prize 2021), des images effarantes et douloureuses de la mémoire collective algérienne lors de la décennie noire.
La trame de ce roman de 327 pages, paru à Mim Editions, tourne autour d'évènements réels, qui ont eu lieu durant la décennie noire et d'autres imaginaires, dans le genre polar fiction. Dans une caserne où il s'est réfugié après une longue poursuite par les villageois pour destruction du mausolée de Sid-El-Majdoub, Wahid Hamras relate son histoire aux enquêteurs avant de se voir accusé de trafic avec une équipe de fouilles archéologiques étrangère, voire du meurtre de trois personnes de son patelin. L'auteur met sous les projecteurs l'emprise de la sorcellerie et de la superstition dans la société et les manœuvres de l'Occident pour s'accaparer le patrimoine de ses anciennes colonies, en tentant de prouver, à travers son roman, que parmi les saints patrons fortement ancrés dans la croyance populaire, beaucoup n'ont jamais existé. Le portrait psychologique du principal personnage du récit s'éclaircit, au fil de l'interrogatoire, laissant apparaître une personnalité instable souffrant de profonds chocs liés à des déceptions et trahisons avec, en toile de fond, des évènements entremêlés dans la réalité et l'imaginaire.
Né en 1988, Abdellatif Ould Abdellah est diplômé en architecture et a à son actif deux autres romans, Out of Control (Kharij saytara), paru en 2016 et Tabarrouj, en 2018.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.