LE GENERAL ALI OUELHADJ YAHIA, NOUVEAU COMMANDANT DE LA GENDARMERIE    10 ans de prison requis à l'encontre de l'ancien wali Moussa Ghellaï    Un chanteur condamné à un an de prison avec sursis    Cette diplomatie dézédienne qui dérange furieusement son altesse Pegasus 6 !    Baâdji passe à l'acte, ses détracteurs n'en démordent pas    L'avant-projet de loi définissant les modalités d'élection des membres du CSM remis à Tabi    Des mesures pour stabiliser le marché    LES PRECISIONS DES DOUANES ALGERIENNES    Cherche oxygène désespérément    Le coup de grâce du Covid-19    L'aval de Mohammed VI    La révolution électrique en marche    Opération spéciale été    Triki : "Objectif : offrir une médaille à l'Algérie"    ELLE AURA LIEU LE 10 AOÛT AU STADE DU 5-JUILLET    Les festivités reportées au mois de décembre prochain    Amar Bourouba, le défenseur qui n'a pas eu peur de Pelé    Vaccination du personnel éducatif avant la rentrée sociale    La protection pénale de la richesse forestière en débat    Les cliniques privées non impliquées à Sétif    «Nous ne sommes pas à l'abri d'une 4e vague»    C'est plus pire !    Le CADC lance son programme virtuel    Le programme du mois d'août    MC Oran : La Real Sociedad s'intéresse à Belloumi    Le président prie Feghouli de trouver un club    Washington décide de reconsidérer la vente de drones et d'autres armes au Maroc    Sétif : Le professeur Abdelmadjid Kessaï s'est éteint    El Tarf - Covid-19 : des opérations de contrôle et de sensibilisation    Ambassade des Etats-Unis à Alger: Une «bourse de développement du leadership»    Les fruits amers des accusations interposées    Tebboune préside aujourd'hui une réunion du Haut Conseil de Sécurité    Son prix explose dans les marchés: Lorsque le citron joue à la grosse légume    L'été de tous les cauchemars    Les mégaprojets miniers revisités par 5 ministres    Un blessé et d'importants dégâts matériels    La date bientôt fixée    Trois dossiers brûlants au menu    L'Algérie produira de l'oxygène chinois    Des malades de plus en plus jeunes    Le gouvernement espagnol doit intervenir pour mettre fin aux violences marocaines    Yahi attend la réponse de Sayoud    Franck Dumas nouvel entraîneur    La pandémie a été «la goutte d'eau qui a fait déborder le vase»    La chute d'une grue fait un blessé    34 millions de dollars de recettes pour Disney    34 Nouveaux sites inscrits    Un projet novateur et révolutionnaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mounia Meddour membre du jury d'«Un certain regard» du Festival de Cannes
CINEMA
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 06 - 2021

Mounia Meddour est membre du jury de la section «Un certain regard» du Festival de Cannes.
Les organisateurs ont annoncé dernièrement que la réalisatrice algérienne fera partie du jury de la sélection «Un certain regard» de la 74e édition du Festival de Cannes qui se déroulera du 6 au 17 juillet 2021.
Les autres membres du jury de la section «Un certain regard» de Cannes sont la réalisatrice britannique Andrea Arnold, présidente du jury, l'actrice française Elsa Zylberstein, le réalisateur, producteur et scénariste argentin Daniel Burman ainsi que l'écrivain, réalisateur, producteur et acteur américain Michael Covino.
Née en 1978 à Moscou, en Russie, Mounia Meddour est la fille de Azzedine Meddour, le réalisateur de La Montagne de Baya, un des premiers films algériens en tamazight. Après des études supérieures en école de journalisme, elle se forme au cinéma et à l'audiovisuel en France où elle obtient un diplôme au Centre européen de formation à la production de films (CEFPF), en réalisation de fiction en 2002 puis en réalisation documentaire en 2004. Elle participe à l'université d'été de la Fémis la même année.
Après avoir réalisé plusieurs documentaires Particules élémentaires (2007), La cuisine en héritage (2009) et Cinéma algérien : un nouveau souffle, Mounia Meddour réalise son premier court-métrage de fiction, Edwige, en 2011, une œuvre qui reçoit une mention spéciale aux Journées cinématographiques d'Alger. En 2019, elle fait sensation avec son premier long-métrage Papicha, primé un peu partout à travers le monde, mais qui n'a pas encore été projeté en Algérie, pour des raisons «obscures».
Ce long-métrage dont l'action se déroule durant «la décennie noire » (terrorisme) a remporté le prix Valois du scénario au Festival du film francophone d'Angoulême en 2019 et le César 2020 du meilleur premier film. Pour le même long-métrage, Mounia Meddour a reçu, en 2020, le Prix Alice Guy, le seul prix dans le monde à récompenser la réalisatrice de l'année et qui a été lancé en janvier 2018 par Véronique Le Bris, journaliste et fondatrice de cine-woman.fr
Kader B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.