L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    COLÈRE DES DEMANDEURS DE LOGEMENTS À EL-TAREF    Une trentaine de malades évacués vers le CHU et les EPH    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    UNE INFLUENCEUSE DE TALENT ET DE COEUR    Messaoudi (JSS) creuse l'écart en tête    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Deux batailles qui restent à gagner    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Une réconcilation entre Ouattara et Gbagbo    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Une feuille de route pour la Tunisie    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    "LE SERMENT"    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les Pasdaran du net !
Publié dans Le Soir d'Algérie le 20 - 06 - 2021

Le comble, c'est de nous annoncer que des détenus vont passer les épreuves du baccalauréat en ...
... candidats libres !
Mahrez n'a pas le droit de vivre sa vie. Il faut qu'il vive la vie de ses supporters. Du moins d'une partie d'entre eux, les «débilos profondus». Djabalkheir n'a pas le droit à l'ijtihad, sinon, il sera monté de force sur l'échafaud ou au bûcher, c'est selon. Hamid Lounaouci n'a pas le droit d'accepter le poste de conseiller à la présidence. Il l'a fait. Donc, c'est un vendu, traître à ses racines selon cette caste dotée d'un pouvoir extraordinaire, celui de contrôler jusqu'à la pousse des racines sous terre. Djidji n'a pas le droit de classer le MAK dans la rubrique «terroriste» sinon, il est réduit à «l'Arabe qui veut détruire la Kabylie». Oubliant ou feignant d'oublier que des pays comme l'Espagne, des nations civilisées -où beaucoup de ces grognards sont bien contents d'aller passer des vacances - a classé depuis belle lurette «ETA» comme organisation terroriste. Ils décrètent qu'une enseignante qui vit seule est une putain qui mérite le viol. Et les exemples sont légion de cette tendance de plus en plus lourde qui veut dicter aux autres leur mode de vie, leurs choix, leurs décisions souveraines ou le fait juste de vouloir exprimer son avis en plongeant un bulletin dans une urne. «Vis ma vie et formate la tienne aux dimensions que je déciderai pour toi ! Sinon, gare à tes abattis !» Le chemin vers la démocratie est encore loin. Et à tous les niveaux, pouvoir et nouvel intégrisme compris. Ces intolérances, souvent en mode 2.0, ne nous sont pas tombées dessus pas hasard. L'école, l'école officielle et ses appendices des garages y ont travaillé. Sans relâche. Depuis des lustres. Qu'attendre aujourd'hui d'adultes à qui on a appris au primaire, au collège et au lycée comment procéder à la toilette mortuaire, ou à prier à l'ombre d'une Kaâba de pacotille dressée dans la cour d'un établissement scolaire ? Rien ! Sinon, de scruter sur des photos quelle boisson avale Mahrez, la tenue de sa compagne et leurs élans amoureux. En fait, nous n'en sommes qu'au début d'un processus. La suite des «réjouissances» promet. L'intrusion dans la vie privée et dans les choix personnels va aller crescendo. Les Pasdaran du net vont aussi s'introduire dans nos cuisines pour vérifier que dans nos frigos ne se trouvent que des aliments et des liquides halal. Planqués sous nos lits, dans nos chambres à coucher, ils veilleront à ce que nous ne nous accouplions que dans un but procréatif et selon les canons de la Charia, canons qu'ils fondent et moulent dans les ateliers de l'intolérance militante. Mazal khir el goudam, mazal ! Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.
H. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.