Fête de l'indépendance: le MAE rend hommage à ses diplomates et cadres décédés en fonction    JM: programme des athlètes algériens    Transport: programme spécial pour l'Aïd el Adha    Agriculture: convention Gvapro-Anade pour soutenir les projets de production    Saïd Chanegriha promu au grade de général d'armée (Vidéo)    JM/Handball - dames (match de classement) : l'Algérie s'incline face à la Macédoine du Nord (31-23) et termine 8e    Man United : Ronaldo absent de la reprise de l'entrainement    Transport: métro, tramway et téléphérique gratuits à travers le pays le 5 juillet    Mali: les sanctions de la Cédéao levées, le nouveau calendrier électoral dévoilé    Plate-forme "Glorious Algeria": vitrine du 60e anniversaire de l'indépendance par excellence    60e anniversaire de l'indépendance : une série de mesures adoptées pour permettre aux citoyens d'assister au défilé militaire    ANP: Saïd Chanegriha promu au grade de Général d'armée par le Président Tebboune    Saison estivale: 21 décès par noyade durant la période allant du 16 juin au 3 juillet    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain dans les secteurs de Mahbes et Hawza    Migrants africains tués par la police marocaine : le président colombien parle d'une "barbarie"    JM (8e journée) : tableau des médailles    Football - La CAN 2023 reporté à janvier-février 2024    Les préparatifs suivent leur cours: Un Sommet arabe fatidique    Le PDG de Sonatrach: Vers de nouveaux accords pour la révision des prix du gaz    Sonelgaz: Plus de 50.000 foyers raccordés au gaz et à l'électricité depuis 2020    Aïd El-Adha: Le ministère de la Santé met en garde    Plus de 5 millions de diplômés depuis l'indépendance: Les nouveaux challenges de l'Université    Affichage des listes dans les communes dans les tout prochains jours: Plus de 15.000 logements prêts à la distribution    Rejet des eaux non traitées dans les zones humides: Des contrôles réguliers dans les zones industrielles    Géostratégie en gestation    La Libye et l'espoir suspendu    60 ans et beaucoup à faire    L'armée russe a pris Lyssytchansk    Les Palestiniens ont remis la balle aux Américains    Tebboune à coeur ouvert    La loi sur l'exercice du droit syndical retoquée    La longue marche...    «Vous avez une bataille à mener»    En dents de scie    «Nous revenons par la grande porte»    Contacts établis avec Ziyech    10e place pour Reguigui en course en ligne    «L'Algérie est le berceau de l'humanité»    Guterres encense la diplomatie algérienne    N'en déplaise aux révisionnistes!    M. Benabderrahmane supervise le lancement officiel de la plate-forme numérique "L'Algérie de la Gloire"    Liberté syndicale et exercice du droit syndical: enrichissement du projet de loi    Emission d'un nouveau timbre-poste à l'occasion de la Fête de l'Indépendance    Revue El Djeich: Le Président Tebboune appelle le peuple algérien à resserrer les rangs pour remporter la bataille du renouveau    Béjaïa en fête    Les déchets ménagers inquiètent    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Eléments pour la «numérisation» du pays (1re partie)
Publié dans Le Soir d'Algérie le 27 - 06 - 2021


Par le Pr Baddari Kamel(*)
Les technologies à l'ère du numérique sont une véritable innovation qui transforment les manières de travailler, de communiquer, de produire, de vendre, de consommer... Elles ont refaçonné les modèles économiques traditionnels et bouleversé les habitudes qu'on voudrait désormais efficaces, efficientes et performantes. Pour se fixer les idées, ces technologies sont représentées entre autres par les big-data, la connectivité et l'usage intensif d'internet, l'intelligence artificielle, la cybersécurité, les plateformes numériques en ligne, le réseau 4G, 5G... Les pays «numérisés» sont ceux qui mettent en œuvre ces solutions numériques pour répondre aux besoins quotidiens de leurs citoyens, administrations et entreprises.
L'Algérie déploie des efforts pour tirer les bénéfices que peuvent lui procurer ces technologies, à en juger par la création d'un ministère à cet effet. Dans le cadre de cette contribution, on tentera d'apporter des éléments de réponse à une question centrale, au cœur des préoccupations des pouvoirs publics : quels sont les éléments de numérisation des secteurs d'activités du pays ? Il s'agit d'un projet de longue haleine qui doit être pris avec passion, car la numérisation n'est pas un site web ou une plateforme esseulée et non intégrée. C'est un paradigme nouveau, formant un écosystème dynamique où les différentes parties inter-réagissent, entraînant par là même la confiance qui s'établit entre les citoyens et l'administration.
Une réforme systémique est bien nécessaire
La réforme systémique est indispensable pour concrétiser la numérisation. Elle aboutit à la mise en place d'un système qui permet au gouvernement de s'organiser autour des besoins du pays en proposant aux citoyens et aux entreprises publiques et privées des services numériques faciles à utiliser, sécurisés et pertinents. Elle devra, en premier lieu, porter sur une étude approfondie de l'organisation administrative, telle qu'elle se présente, en se posant plusieurs questions : la structure des supports d'information (documents) est-elle compatible avec les nouvelles exigences du numérique ? Ces supports proposés sont-ils clairs et non redondants ? Le codage de l'information est-il suffisamment riche et discriminant pour le repérage sans ambiguïté des informations ? La fiabilité du circuit de circulation de l'information d'une structure à une autre est-elle garantie et englobant tous les services ? Il faudra s'intéresser, en deuxième lieu, à l'identité numérique et sa relation avec l'identification des citoyens. Il est également impératif, en troisième lieu, de se préoccuper de la disponibilité de solides infrastructures et d'accès à internet à tous les citoyens. Il faudra, en quatrième lieu, s'assurer de l'existence de compétences institutionnelles, à l'échange sécurisé de données et d'informations entre les différentes administrations, opérateurs publics et privés. Il est aussi indispensable de définir, en cinquième lieu, les aspects conceptuels des nouvelles applications interopérables autour des TIC (Technologie de l'information et de la communication) pour élever le niveau d'interaction entre le gouvernement et les citoyens.
A chaque question posée et à chaque point soulevé, il y aura une solution technique et économique à la fois efficace et efficiente. Une solution trouvée dans la perspective de fournir un service plus performant qu'un service physique traditionnel.
La carte d'identité électronique est indispensable au fonctionnement des systèmes de numérisation. Elle devra assurer sans ambiguïté l'identification dans le monde virtuel d'une personne physique ou morale. Elle a deux fonctions : apporter la preuve numérique de son identité, sécuriser et vérifier les transactions numériques que les personnes seront amenées à effectuer.
Cette réforme systémique qui implique la reconfiguration des services dans tous les secteurs du pays, ainsi que la mise en place d'une politique de transformation digitale clairement définie aboutira à la mise en place de services en ligne complètement dématérialisés.
Le rôle de l'Etat dans la «la numérisation» du pays
L'Algérie nouvelle peut, au même titre que sa transition politique, réaliser sa transition numérique.
Le but étant d'arriver, à terme, à une administration décloisonée et ouverte davantage à la société. Le rôle de l'Etat n'est pas de réaliser mais de faire réaliser en y définissant les politiques et les stratégies. Il doit :
- Elaborer une planification stratégique prônant une approche holistique qui intègre tous les secteurs d'activités du pays ; - favoriser l'émergence et la formation de compétences institutionnelles nécessaires à la consolidation et à la mise en œuvre de la planification stratégique en suscitant l'implication des parties prenantes, l'intégration des atouts du pays, les investissements sur les TIC, la politique de la formation des compétences, la recherche de partenariats aussi bien avec le secteur étatique que privé, tant au niveau national qu'au niveau étranger ; -apporter son appui à la participation et au dialogue citoyens ; - élaborer un espace numérique fiable et sécurisé ; -mettre en place de nouveaux règlements pour protéger les droits des personnes et la refonte de la propriété intellectuelle en conséquence ; - la conscientisation des consommateurs, de leurs droits, des libertés et des obligations dans le commerce en ligne ; - œuvrer pour la politique «zéro papier» en éliminant les formulaires imprimés et les lettres postales. Tout devra être immatériel ; - susciter et, plus tard, généraliser la signature électronique des documents ; - favoriser la mise en place de plateformes institutionnelles (e-éducation, e-paiement, e-taxes, e-santé, e-intérieur, e-finance...) inter-indépendantes pour tous les services publics au moyen d'un portail unique ; - créer une plateforme pour les développeurs (de quoi ?) où ils pourraient trouver les outils d'interrogation des bases de données de l'Etat, et mettre au point de nouveaux services... - créer un environnement interactif afin que le gouvernement, les secteurs public et privé et la population travaillent ensemble de manière transparente ; - adopter un plan national de lutte contre la cybercriminalité... Comme on peut le constater, se lancer dans un projet de telle envergure suppose une véritable passion. C'est le travail sur le terrain qui compte si on veut que le pays profite pleinement de cette révolution du numérique.
Les technologies du numérique sont interdépendantes et constituent à cet effet un écosystème dynamique.
En Algérie, pays traditionnellement prudent dans ses actes, on ne devrait pas essayer de fonctionner comme un pays de pointe lors de la phase de conception et de mise en œuvre de ces technologies ; sinon, cela risque de nous bloquer. Les architectures à élaborer et les bonnes pratiques à mettre en œuvre doivent être réalistes et réfléchies en fonction de la disponibilité de nos propres ressources.
Le challenge serait donc d'accélérer ce processus de numérisation et de passer entièrement à un nouveau paradigme. Le ministère devra aussi susciter la création notamment de plateformes numériques en ligne interconnectées et hautement sécurisées, d'industries de production de contenus locaux et d'intelligence artificielle...
La mise en œuvre de ces fondamentaux pourra être confiée à des start-up selon un cahier des charges précis. Il faut aussi signaler que la création d'agences régionales, mieux à même d'apprécier et de prendre en charge les besoins des citoyens par région, est indispensable.
Ces agences mettront en œuvre les projets stratégiques de chaque région, piloteront les infrastructures nécessaires et offriront une gamme complète de capacités numériques de tous les secteurs vitaux de la région.
La digitalisation de la relation usager-administration
Un Etat ne devient prospère que par sa capacité à simplifier la vie de ses citoyens. Pour ce faire, il doit réaliser sa profonde transition numérique où l'élément humain est primordial. Il faut se fixer comme objectif d'atteindre en une période donnée un pourcentage élevé d'Algériens et d'entreprises qui utilisent les outils des TIC pour communiquer, pour faire des achats et des ventes, pour réaliser leurs demandes administratives, pour déclarer leurs impôts... Confiée aux différentes institutions de l'Etat, la digitalisation de la relation administration/citoyen permet aux administrations étatiques d'accomplir les grandes orientations, à savoir l'optimisation des processus administratifs, la simplification de la relation entre administrations et usagers, l'amélioration de la qualité du service public, la dématérialisation des démarches administratives de l'Etat, des entreprises et des collectivités nationales, la gestion électronique des documents et le ciblage des contrôles par l'intelligence artificielle...
B. K.
(*) Professeur des universités en physique et en mathématiques. Expert de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Expert en conduite de changement, université de M'sila.
Note : Dans la suite de cette contribution à paraître dans le même quotidien, nous aborderons les points suivants : les infrastructures et compétences institutionnelles, la digitalisation de la relation usager-administration, numérisation des entreprises, visibilité et internationalisation des TIC, difficultés, conclusion, lectures.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.