153 000 candidats en course    Le procès Hamel reporté au 24 novembre    Atmane Mazouz auditionné dans le fond    Des condamnations et des relaxes    Fethi Ghares, l'homme de gauche adroit    Un marché hebdomadaire pour les femmes à Boudjima    La Creg réunit les associations des consommateurs de l'Est    Alger ferme    L'Unep plaide pour la création d'une agence des participations de l'Etat    Le Soudan suspendu de toutes les activités    Christopher Ross épingle le Maroc    Lamamra fustige l'approche sécuritaire des Européens    JSK-ESS à l'affiche, le tenant du titre à l'épreuve du CSC    Ultimes révisions avant la finale Algérie-Burkina Faso    La foire des mots !    Stambouli touchera une indemnité de 20 000 euros    Des centaines de personnes sauvées par l'ANP    Le corps de l'avocat Zitouni Mehdi retrouvé    Les syndicats de l'éducation réclament du concret    Le roman Lettre d'un inconnu de Youssef Bendekhis primé    Une opportunité pour les jeunes réalisateurs algériens    Afghanistan : Le ministre fils du mollah Omar se montre pour la première fois    Des femmes luttent seules, en silence et sans moyens    Plus de 374 kg de viande blanche impropre à la consommation saisis    De la surfacturation à la sous-facturation !    Pour la plantation de 50.000 arbustes avant la fin de l'année: Lancement hier de la grande campagne de reboisement    Aïn El Kerma: Exhumation des restes de trois corps de martyrs    Reportage - Tiaret Sur les pas d'Ibn Khaldoun    Un ultimatum fixé à Solskjaer    Inauguration imminente    Le MDN organise un colloque historique    L'artisanat des idées    Quand les Algériens s'en mêlent    Gifles au Roi    Prolongation du couvre-feu jusqu'à fin 2021    La Baraka du baril    5 décès et 79 nouveaux cas en 24 heures    Enfin des logements pour les sinistrés    Cette patate qui menace la République    Tebboune procède à 4 nouvelles nominations    Tebboune présente ses condoléances    Suite et pas fin    «Préservons notre mémoire!»    «La vie d'après» en route    Un facteur de développement durable    "COMME UN MIROIR BRISE"    La distribution d'essence peine à redémarrer    Le rêve d'Ali Zamoum et de Kateb Yacine revisité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une «réincarnation» algéroise des Fleurs du mal baudelairiennes
Exposition «La boue et Baudelaire» de Malika Rahmani à la Bloom art Factory
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 07 - 2021

C'est comme un miracle : des poèmes de Charles Baudelaire, un poète français du XIXe siècle, se retrouvent à Alger, «réincarnés» dans des sculptures de Malika Rahmani, une artiste algérienne du XXIe siècle.
Charles Baudelaire, dans l'appendice au recueil Les Fleurs du mal, avait écrit : «Tu m'as donné ta boue et j'en ai fait de l'or.» Mais Le poète français n'est pas comme cet alchimiste dont parle, par exemple, Paolo Coelho et qui transforme le vulgaire plomb en précieux or. Baudelaire, lui, fait du langage poétique sa pierre philosophale. Ainsi, il le rend apte à «transformer» la matière. Il considère, aussi, que c'est au poète d'apporter à la vie grandeur et beauté.
Symboliquement, «l'alchimie» consiste à essayer de rendre au monde matériel sa perfection perdue en y faisant resplendir la beauté et la spiritualité, qui sont d'ailleurs des notions toutes relatives.
L'exposition de l'artiste sculpteure autodidacte Malika Rahmani, intitulée, justement, «La boue et Baudelaire», offre une interprétation personnelle et intimiste des corps féminins peuplant Les fleurs du mal. D'une blancheur immaculée, ces corps féminins, anonymes, représentent les différentes figurines féminines du monde intemporel de Baudelaire. Allant de la vierge à la mère jusqu'à la madone, toutes les formes et courbes sont présentes afin d'illustrer les différents poèmes dont ils s'inspirent comme : Allégorie, L'idéal, Une martyre, Femmes damnées ou La géante.
«Martyrisé, ayant souffert, donné la vie, chaque corps est marqué par son histoire et c'est ce qui fait son originalité et le rend unique», explique Malika Rahmani. La couleur blanche et laiteuse de ces corps est choisie parce qu'elle permet «de voir les formes, la lumière et les ombres» et permet aussi «qu'on fasse abstraction du reste». Les sculptures féminines et les poèmes qui les ont inspirées cohabitent dans cette exposition, car, pour l'artiste, «les deux se complètent».
Malika Rahmani souhaite, à travers cette exposition, montrer la diversité des corps féminins et montrer qu'ils sont beaux même s'ils ne répondent pas aux canons de beauté en vogue. Selon elle, «Baudelaire voit de la beauté dans ce que l'on pourrait considérer comme des défauts, il n'a pas une vision formatée par la société de la beauté des corps féminins».
Pour l'artiste algérienne, «à chaque étape de notre vie, nous faisons une lecture différente de ce recueil de poèmes». Ses sculptures sont «une modélisation des mots du poète». Elle précise, toutefois, que le résultat final est une «représentation tangible des poèmes, modelée par l'instinct, sur le moment». Son souhait étant d'«immortaliser la vision fluctuante avec le temps des poèmes délirants de Baudelaire». Aussi, elle tente de figer son ressenti et son émotion en tant que femme et lectrice des vers du poète français.
Les œuvres d'art (des statues) de Malika Rahmani sont visibles jusqu'au 24 juillet 2021 à la galerie Bloom Art Factory, située au quartier d'El-Biar.
Charles Baudelaire a vu le jour le 9 avril 1821 à Paris. Sa vie d'écrivain a été jalonnée d'attaques sur son œuvre et sur sa personne. De plus, il avait des problèmes d'argent. La première édition du recueil Les Fleurs du mal fut mise en vente le 21 juin 1857.
Deux mois plus tard, le 20 août, Baudelaire fut condamné à payer une amende de 300 francs et à supprimer six poèmes de son livre. D'ailleurs, ce n'est qu'en 1949 que Baudelaire fut réhabilité par la cour de cassation. Mais le mal était déjà fait. Mort le 31 août 1867, Baudelaire n'était plus de ce monde, depuis très longtemps.
Kader B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.