L'Algérie affronte le Niger le 8 octobre à Blida    Décès de Abdelaziz Bouteflika : drapeau en berne pendant trois jours    Un total de 7 morts et 341 blessés durant les dernières 24 heures    PSG : Vers le forfait de Mbappé face à Lyon    Air Algérie veut faire sa mue    Le RCD dit non    Makri annonce la participation de son parti aux élections locales    PEINE DE 16 ANS DE RECLUSION CONFIRMEE POUR WASSINI BOUAZZA    Saidal produira le "CoronaVac" dès le 29 septembre    Disparition d'un enfant de 4 ans à Béchar    Z comme z'bel !    Retour des supporters dans les gradins sur présentation du pass sanitaire    Le wali s'implique dans la recherche de nouvelles sources de financement    Mellal fait appel de l'ordre d'expulsion de la justice    Barça : L'agent de Koeman accuse Laporta : "C'est l'hypocrisie du sport"    Le charme secret de la décadence    Kaïs Saïed ordonne la réouverture des frontières avec la Libye    Le gouvernement explique sa démarche    886 000 livres scolaires disponibles    Le HCA partie prenante    Djezzy organise la compétition «eSports World Convention»    80 logements LPA de Belgaid: Livraison du projet dans les délais exigée    Vice-président du Conseil présidentiel libyen: Nécessité de consulter et coordonner avec l'Algérie    Zombie et génie en même temps    Allaoua Achouri n'est plus    L'axe Alger-New Delhi redémarre    Les putschistes face à l'échéance exigée par la Cédéao    Les Russes commencent à voter aux élections législatives    «Commençons d'abord par la sous-traitance»    Entre blocages et retards    Que cessent ces pratiques hors la loi!    L'école primaire Azoug à l'honneur    Echec aux opposants virtuels    Les explications du chef de l'Exécutif    La FAO conforte Aïmene Benabderrahmane    La justice, jamais «les justices»    Ils ont profané nos massifs montagneux    La «mention spéciale» décernée au jeune Nazim Benaidja    L'ex-rébellion appelle à mettre en oeuvre l'accord d'Alger    Dépénaliser l'acte de gestion ou désincriminer le droit de la vie des affaires ?    Ibrahim Chenihi signe pour deux ans    "Tandem Media Awards", une première édition dédiée au journalisme culturel    Un univers artistique entre l'universalisme et les traditions    Halte à la maltraitance ! Pour que cesse la violence !    Préparer la rentrée    BRÈVES...    Bureaucratie à l'excès !    Les petits charretiers d'un FLN d'arrière-garde    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Algérie porte plainte contre RSF
APRÈS LES ALLEGATIONS DE L'ONG AFFIRMANT QUE NOTRE PAYS UTILISE LE LOGICIEL PEGASUS
Publié dans Le Soir d'Algérie le 24 - 07 - 2021

Alger a dénoncé hier un jeu malsain, grave, mené par Reporters sans frontières (RSF) qui prétend que l'Algérie serait en possession du logiciel d'espionnage Pegasus.
Abla Chérif - Alger (Le Soir) - L'ambassadeur d'Algérie en France s'est chargé de déposer plainte pour diffamation « auprès des autorités judiciaires françaises » peut-on lire dans un communiqué publié hier par la chancellerie qui précise en outre que l'action a été entreprise au nom du gouvernement algérien.
Sur son site web officiel, RSF publiait le 19 juillet dernier un communiqué dans lequel l'Algérie est citée comme étant l'un des pays en possession du logiciel Pegasus et qu'elle l'utiliserait pour espionner d'autres pays. Ces « informations » ont été naturellement démenties par les autorités qui considèrent qu'outre « leur caractère diffamatoire et mensonger, ces allégations inadmissibles relèvent de la manipulation de RSF connue pour son acharnement contre l'Algérie».
L'Algérie affirme également «qu'elle ne dispose nullement de ce logiciel et n'a jamais eu à l'utiliser, ni à traiter ou collaborer d'une quelconque manière que ce soit avec les parties détenant cette technologie à des fins d'espionnage visant à porter atteinte à l'honneur et à la réputation de pays respectueux de la légalité internationale».
Cette affaire intervient au moment où l'Algérie apprend, à l'instar d'autres pays du monde, que de hauts responsables étaient espionnés par le Maroc à travers le fameux logiciel Pegasus. L'attitude de Reporters sans frontières semble considérée comme étant un élément supplémentaire dans l'écheveau. Le pourquoi des allégations de RSF ne se pose pas pour autant aujourd'hui car l'organisation est précédée par une réputation qui n'est plus à démontrer. Son hostilité envers l'Algérien et son triste rôle durant la décennie noire sont présents dans les esprits. Davantage assimilée à une officine, elle est également connue pour sa partialité et sa proportion à inverser les situations là où priment ses intérêts. La nouveauté vient par contre de l'Algérie qui a réagi à vif à ces graves «informations», une attitude qui tranche avec celles observées autrefois, dans ces longues périodes où le pays affirmait privilégier la politique du mépris et de l'indifférence.
L'affaire Pegasus n'est pas simple. Déstabilisé par une situation à laquelle il ne semblait pas s'attendre, Rabat a tenté de démentir autant qu'il le pouvait les informations qui ont éclaté au grand jour. Avec un aplomb rare, le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, est intervenu dans une interview sur Jeune Afrique pour affirmer que son pays était victime d'une large campagne de dénigrement et cible d'organisations qui font dans la manipulation. Pris au piège, le Maroc n'hésitera pas à tout tenter et emmêler les ficelles pour s'en sortir.
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.