153 000 candidats en course    Le procès Hamel reporté au 24 novembre    Atmane Mazouz auditionné dans le fond    Des condamnations et des relaxes    Fethi Ghares, l'homme de gauche adroit    Un marché hebdomadaire pour les femmes à Boudjima    La Creg réunit les associations des consommateurs de l'Est    Alger ferme    L'Unep plaide pour la création d'une agence des participations de l'Etat    Le Soudan suspendu de toutes les activités    Christopher Ross épingle le Maroc    Lamamra fustige l'approche sécuritaire des Européens    JSK-ESS à l'affiche, le tenant du titre à l'épreuve du CSC    Ultimes révisions avant la finale Algérie-Burkina Faso    La foire des mots !    Stambouli touchera une indemnité de 20 000 euros    Des centaines de personnes sauvées par l'ANP    Le corps de l'avocat Zitouni Mehdi retrouvé    Les syndicats de l'éducation réclament du concret    Le roman Lettre d'un inconnu de Youssef Bendekhis primé    Une opportunité pour les jeunes réalisateurs algériens    Afghanistan : Le ministre fils du mollah Omar se montre pour la première fois    Des femmes luttent seules, en silence et sans moyens    Plus de 374 kg de viande blanche impropre à la consommation saisis    De la surfacturation à la sous-facturation !    Pour la plantation de 50.000 arbustes avant la fin de l'année: Lancement hier de la grande campagne de reboisement    Aïn El Kerma: Exhumation des restes de trois corps de martyrs    Reportage - Tiaret Sur les pas d'Ibn Khaldoun    Un ultimatum fixé à Solskjaer    Inauguration imminente    Le MDN organise un colloque historique    L'artisanat des idées    Quand les Algériens s'en mêlent    Gifles au Roi    Prolongation du couvre-feu jusqu'à fin 2021    La Baraka du baril    5 décès et 79 nouveaux cas en 24 heures    Enfin des logements pour les sinistrés    Cette patate qui menace la République    Tebboune procède à 4 nouvelles nominations    Tebboune présente ses condoléances    Suite et pas fin    «Préservons notre mémoire!»    «La vie d'après» en route    Un facteur de développement durable    "COMME UN MIROIR BRISE"    La distribution d'essence peine à redémarrer    Le rêve d'Ali Zamoum et de Kateb Yacine revisité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tour d'horizon : cyberguerre, Hirak, RSF, Tunisie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 29 - 07 - 2021

Pegasus ? Ce n'est rien en comparaison de l'US Cyber Command, un « machin » basé à Fort Mead (Maryland, Etats-Unis) qui mène une véritable guerre électronique sans faire de bruit. Et qui a, entre autres, pour mission d'intercepter les communications électroniques dans le monde, d'empêcher l'intrusion et le piratage dans les systèmes informatique et de cyberdefence américains, de collecter les informations et les documents confidentiels dans les systèmes des pays jugés hostiles aux intérêts US... et d'espionner... Pegasus, ce logiciel espion est un petit avatar, parmi d'autres, de ce que les Etats-Unis ont conçu à une échelle beaucoup plus grande pour surveiller leurs ennemis potentiels et même leurs alliés, comme l'a révélé le lanceur d'alerte Edward Snowden, lui-même ancien de la NSA, cet organisme qui coiffe tous les services de sécurité US dont la CIA. Grâce à ces joujoux électroniques, qui donnent un sacré coup de vieux à toutes ces thèses qui voient la NSA derrière chaque hirakiste, il suffit pour les services marocains d'écouter ce qui se dit sur ces 50 000 « smartphones-khebardjias » dont 6 000 rien qu'en Algérie. Le Maroc ? J'ai beaucoup de respect pour son histoire et son peuple. Je préfère donc parler du Makhzen, cet Etat profond, qui a agi comme un enfant à qui on a mis entre ses petites mains un jouet destiné aux adultes. Et du coup, tel Hulk al-adjib qui a bercé nos enfants dans les années 80-90, le Makhzen a été gagné par une tentation à l'hégémonie. Il s'est vu grand. Sûr de l'appui de Washington, d'Israël, des Emiratis et des pétrmonarchies arabes du Golfe, et se sachant impuni quoi qu'il fasse, le Makhzen est allé jusqu'à admonester l'Espagne et même l'Allemagne comme des républiques bananières et à mettre sur écoute le Président Macron et 14 de ses ministres qui, pour l'heure, se taisent ! Pas même la moindre protestation officielle. Hirak. À Tizi-Ouzou et Béjaïa, pandémie oblige, la protestation citoyenne a baissé le rideau de son propre chef, à l'appel de ses vrais acteurs, pas à l'appel de Zitout et ses amis qui, eux, ont d'autres projets. Deux jours après, de leur prison où ils ne devraient pas être, Hamou Boumedine et ses co-détenus, qui n'ont rien à voir avec le MAK, ont dénoncé la sédition de la Kabylie à laquelle le Makhzen a appelé. Ils l'ont fait par patriotisme, rappelant l'exemple du regretté colonel Mohand Ouel Hadj qui, en 1963, avait cessé son combat armé contre le régime de Ben Bella pour combattre l'armée marocaine qui avait tenté d'annexer Tindouf. RSF (Reporters sans frontières), la faute. En tentant d'impliquer l'Algérie, l'ONG de défense des journalistes a sans doute voulu allumer un contrefeu destiné à détourner les regards critiques se focalisant sur le seul Makhzen. Raté. RSF, qui s'est décrédibilisé dans cette affaire, s'est certes excusé. Mais le mal a été fait d'autant que l'ONG française a mis ceux qui croient en elle en Algérie dans une posture inconfortable. Tunisie. En décidant de geler le Parlement pendant un mois et de limoger le gouvernement, le Président Kaïs Saïed a pris un risque certain. D'autant qu'il a pris cette mesure avec l'aval, semble-t-il, d'une armée dont on sait peu de choses et dont on mesure mal le poids politique. Reste que, quelle que soit la qualité des relations entre l'Algérie et la Tunisie, cela n'a pas empêché l'armée tunisienne de prendre part aux exercices militaires dits African Lyon sous commandment US qui se sont déroulés, en avril dernier, aux confins du Sahara Occidental et à proximité des frontières algériennes. Et quand on connaît la vraie finalité de ces exercices, le fait que l'armée tunisienne y ait pris part interroge...
H. Z. N. B. : la chronique reprendra le 26 août.
Bon été à toutes et à tous et prenez soin de vous.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.