Une légende du Milan AC encense Bennacer    Burkina Faso - Malo : "Je ne vois pas pourquoi je devrais trembler face à l'Algérie"    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    La Libye organise son premier forum sur la sécurisation des élections    "Notre monde est loin d'être parfait"    Cour de Blida : le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    Détention provisoire prolongée pour Fethi Ghares    Zerouati en colère contre le bureau fédéral    Nadjib Amari rejoint officiellement le CR Belouizdad    Les syndicats de l'Education sceptiques    Un sujet d'une brûlante actualité    Deux ouvrages sur le 17 Octobre 1961 réédités en France    Tribunal de Sidi M'hamed : report au 15 novembre du procès de l'ancien ministre Mohamed Hattab    Salon national des arts plastiques Tikjda de Bouira : Un carrefour de rencontres intergénérationnelles    L'éthiopienne Gidey pulvérise le record du monde    L'Algérien Yacine Chalel 24e sur l'Omnium    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Le Royaume-Uni bat en brèche les thèses marocaines    Les deux vaccins recommandés par les spécialistes    Volaille et légumes en terrine    Cours de soutien : un phénomène qui prend de l'ampleur    Le Maroc menace le journal français l'Humanité    L'ALC demande que la présidence du Conseil souverain soit confiée à des civils    Intempéries dans la capitale : Une femme emportée par les crues, et une autre portée disparue    AG de l'UNAF : Amara élu vice-président    Projet de loi de finances 2022 : Le prix référentiel du baril fixé à 45 dollars    Barça : Koeman chahuté par les supporters après le Clasico (Vidéo)    Suppression des modalités de retard de paiement des cotisations: La CNAS lance une campagne de sensibilisation    Chlef: Les assurances du directeur de l'ANADE    Tebboune préside l'ouverture de l'année judiciaire: Accorder au pouvoir judiciairela place qui lui sied    Pain et imaginaire populaire    L'escalade du ciel et les contradictions    Du pain en temps de paix...    Il sera présenté les 16 et 17 novembre à l'institut Cervantès d'Oran: Un annuaire sur l'évolution de l'espagnol en Algérie durant les 30 dernières années    115 Listes de candidatures déposées    Le FLN a 67 ans    La faillite des agendas d'outre-mer    «Startupeurs, nous sommes avec vous»    Chasse aux dealers    Ce que risque le maire    Et si l'Algérie s'y mettait?    Plus d'une quinzaine de conférences et workshops y seront organisés.    Le jour où la Chine retrouva l'ONU    L'ambassadeur Sofiane Mimouni reçu par Antonio Guterres    "Nous ne parlons du salaire que par rapport au pouvoir d'achat"    La riposte de la rue...    Concert de musique chaâbie avec Hakim Bouzourene    Concours de la langue coréenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mohammed VI : quel revirement !
MAROC-ALGERIE
Publié dans Le Soir d'Algérie le 02 - 08 - 2021

Dans un contexte de tension extrême entre les deux pays, le roi du Maroc a prononcé un discours qui se veut apaisant en direction de l'Algérie, à qui il a consacré la moitié de son discours, soit 8 minutes sur les 16 qu'a duré son allocution.
Abla Chérif - Alger (Le Soir) - Mohammed VI s'est exprimé ce samedi à l'occasion de la fête du Trône et son allocution traditionnelle s'est transformée en un véritable plaidoyer en faveur d'une accalmie dans les relations entre Alger et Rabat. Le roi, qui n'est pas apparu au plus haut de sa forme, a surtout consacré la plus grande partie de son discours à des appels à un retour à la normale en des termes empreints de messages de différents niveaux.
Le premier de ces messages est directement lié aux derniers événements qui ont exacerbé les tensions entre les deux pays et là on observe une grosse différence entre les faits très graves qui se sont produits et les propos tenus sur le sujet. « Vous n'aurez jamais à craindre de la malveillance de la part du Maroc (...) la sécurité, la stabilité de l'Algérie, et la quiétude de son peuple sont organiquement liées à la sécurité et à la stabilité du Maroc », a-t-il déclaré. Ces mots qui se veulent rassurants sont inévitablement considérés comme étant la réponse attendue par Alger après la grosse provocation de Omar Hillal au sujet de la Kabylie.
Lors d'une réunion des non-alignés (en juillet dernier), le représentant permanent du Maroc à New York avait plaidé, dans une note officielle de son pays, « l'autodétermination de la Kabylie », ce qui a provoqué une forte réaction d'Alger qui a exigé de Rabat d'éclaircir sa position officielle sur le sujet. Dans un communiqué publié par le ministère des Affaires étrangères, Alger a exigé des explications qui ne sont jamais venues, ce qui a valu le rappel de l'ambassadeur d'Algérie au Maroc et un nouveau communiqué du MAE annonçant que l'Algérie se réservait le droit d'aller plus loin dans ses actions. Compte tenu de la gravité de la situation, Mohammed VI a tenu à répondre en personne à la demande algérienne en des termes qui désavouent également Omar Hillal, l'homme fort dans l'échiquier posé par le roi à l'échelle internationale, puisque son discours marque un net retrait par rapport aux propos de Hillal qui, lui, évoquait ouvertement « l'indépendance de la Kabylie ».
Le second message contient un appel à l'ouverture des frontières terrestres fermées en 1994 par l'Algérie en riposte à la décision de Rabat d'imposer un visa d'entrée à son territoire aux Algériens accusés d'être responsables des attentats terroristes de Marrakech.
«À sa plus proche convenance, déclare à ce sujet Mohammed VI, j'invite le Président algérien à œuvrer à l'unisson au développement des rapports fraternels tissés par nos deux peuples durant des années de lutte commune .» Mohammed VI insiste sur le sujet, il appelle à la « sagesse de l'Algérie » qui campe sur sa position. La sollicitation marocaine n'est pas une nouveauté, elle a même pris l'allure de supplication, de harcèlement permanent pour un changement de position d'Alger qui ne s'est pas laissé influencer en dépit de la suppression du visa en 2004 et du rétablissement des lignes aériennes entre les deux pays.
La question qui se pose bien évidemment depuis la prononciation de ce discours est le pourquoi de la volte-face marocaine, le pourquoi du changement radical du ton en provenance de Rabat qui a accéléré provocations et jeux dangereux tout au long de ces derniers mois. Ce que l'on peut dire aujourd'hui est que tous les spécialistes du dossier Algérie-Maroc s'accordent sur un constat : « Le Maroc a pour habitude de faire marche arrière, de se rétracter, peut-être tactiquement, lorsque l'Algérie perd patience et fait preuve de grande fermeté, l'histoire de ces deux pays est ponctuée d'événements de ce genre qui ne servent en fait qu'à apaiser une tension qui s'est trop exacerbée.»
Les spécialistes font une seconde lecture du discours prononcé à l'occasion de la fête du Trône. « L'allocution est traditionnellement très attendue par les Marocains, et elle l'était encore plus cette année puisque le roi, que l'on dit malade, était très peu visible, pratiquement inexistant au point où tous se demandaient qui gère encore ce pays englué dans des problèmes sérieux.
Le roi est finalement apparu mais lorsqu'il s'est exprimé, c'était, encore une fois, pour détourner l'attention de la situation interne, pour dire, une fois de plus, que l'Algérie est le problème essentiel, tout le paradoxe marocain est là », conclut-on.
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.