Real Madrid: Benzema savoure sa bonne forme    Un membre du PNC appréhendé par les services de sécurité de l'aéroport de Paris Orly    Niger - Algérie décalé au 12 octobre    Le grand gaspillage    Les islamistes marocains doutent de la régularité du scrutin    Incursion de près de 50 colons israéliens dans la mosquée d'El-Aqsa    Libération de 10 élèves enlevés en juillet dernier    Le procès en appel reporté au 10 octobre prochain    Un hommage a minima    Le MJS fixe un ultimatum au 30 septembre    L'aventure africaine débutera au Maroc    Trois morts et trois blessés sur la route    Mise en échec d'une tentative d'émigration clandestine    La saignée continue    Ouramdane Ahitous, le dernier forgeron d'Ihitoussen    La stèle du colonel Ali Mellah inaugurée à M'kira    Tayeb Thaâlibi inhumé au cimetière de Garidi à Alger    Reprise aujourd'hui avec Aït Djoudi    Delort et Boudaoui buteurs    Paris accuse, Washington et Canberra justifient    11 500 quintaux de lentilles et pois chiches pour lutter contre la spéculation    L'ANIE ignore les réserves des partis    Prise en charge psychologique des élèves    Vers une augmentation des tarifs    Prime de scolarité pour 61 000 élèves    Noureddine Bedoui inculpé    «L'économie nationale est dans une situation de précarité»    Trois joueurs de l'effectif de la saison écoulée retenus    Deux nouveautés chez Barzakh    Les dates officiellement fixées    Dos au mur    Des revendications en suspens: Les paramédicaux n'écartent pas le recours à la grève    Bouteflika et compassion religieuse    Mémoire indissociable    Benabderrahmane chez les sénateurs    Le remède miracle    Dites-le droit!    Le FFS est un rempart pour la patrie    «Une figure majeure de l'Algérie contemporaine»    L'épineux problème de Béjaïa    La campagne des locales sera virtuelle    L'hommage de Ramtane Lamamra    Nouvelles manifestations contre le pass sanitaire    Lamamra participe à la 76e session    Une forte baisse enregistrée    «Se battre pour défendre le film qu'on aime!»    Un concours de l'UE ouvert aux journalistes et aux artistes    Un écrivain pluriel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Nous sommes là !
Publié dans Le Soir d'Algérie le 05 - 08 - 2021

Cette chronique a été publiée le 21 septembre 2017... Aujourd'hui que les ennemis de cette oligarchie sont légion, il est bon de rappeler nos prises de position au moment où peu de personnes pouvaient clamer ces vérités à la face des fossoyeurs de l'économie nationale !
Les avis divergent sur la planche à billets. Le problème qui se pose n'est pas de savoir comment nous allons nous en sortir, car chacun a sa solution, mais de savoir comment et pourquoi nous en sommes là. Si nous n'analysons pas les causes réelles de cette plongée dans l'abîme, nous ne comprendrons pas pourquoi nous en sommes là. Et si nous ne comprenons pas pourquoi nous sommes arrivés à cette situation, nous ne risquons pas de trouver les bonnes solutions, avec le danger de répéter les mêmes erreurs. Hommes politiques et experts s'échinent à nous démontrer que les orientations idéologiques du «passé» qui pèsent lourdement sur le présent, selon eux, seraient la cause de ce surplace. Comme si le socialisme, rejeté, assassiné, jeté aux oubliettes depuis les années 1980, était la cause de nos errements économiques. Au contraire, tout prouve que c'est l'abandon de cette option fondamentale de la Révolution (relire Ben M'hidi) qui a généré cet état de déliquescence générale où l'intérêt privé et l'individualisme ont pris le dessus sur les valeurs communes héritées du combat héroïque des Braves.
Ce ne sont pas que des mots car c'est le libéralisme, puis l'ultralibéralisme qui ont paralysé l'économie, la tuant à petit feu au profit de l'importation et des affaires louches. Pour étayer leur argumentation, ces tenants de l'ordre néolibéral confondent volontairement les transferts sociaux, l'accès au logement et les diverses aides de l'Etat-miracle avec le socialisme qui est loin d'être la marque de notre économie depuis le passage des «experts» des années 1980.
Dans nos pays où la démocratie est encore au stade du balbutiement, où les «begarras» se transforment en «constructeurs» automobiles et où toute une faune d'affairistes et d'importateurs se sucrent sur le dos du Trésor public, le risque est grand quand on sort d'un certain dirigisme qui, malgré sa lourdeur bureaucratique et ses probables dérives morales, demeure le garant des équilibres économiques et le moteur de l'investissement productif. Il n'y a pas de solutions miracles : c'est l'investissement productif qui crée la richesse et réduit le chômage. Cet investissement public dans l'industrie étant écarté au nom du miracle privé, l'Etat promulgua des tas de lois pour attirer les sociétés étrangères. Mais personne ne voulait venir dans un pays si triste que ses propres enfants le fuyaient. Les quelques usines étrangères implantées çà et là ne produisaient que de la limonade et quelques produits superflus mais hautement lucratifs !
Et c'est ainsi que durant l'été 2008, le Président Bouteflika surprit tout le monde en clamant, du haut de la tribune du Palais des Nations, ce verdict assommant : «Nous avons échoué !» Il critiquait l'investissement de certaines multinationales qui ont choisi la solution de facilité et s'en prenait aux limonadiers étrangers qui mettent du «sucre dans l'eau» (c'est son expression) pour se... sucrer. Quant à l'investissement national, on peut dire aussi qu'il empruntait les mêmes voies de la facilité.
Parallèlement, le génial Temmar liquidait ce qui restait du patrimoine public rescapé des précédentes privatisations des années 1990 et des flammes des terroristes. La privatisation a été une véritable catastrophe. Des usines achetées par des groupes étrangers furent aussitôt fermées afin de permettre aux produits de ces sociétés, fabriquées dans leurs pays d'origine, d'inonder le marché national. Nous citerons, juste pour l'exemple, les produits dérivés du phosphate, la levure et le gaz industriel mais les exemples sont légion ! Le scandale d'El-Hadjar est encore présent dans les mémoires. Cédé pour des prunes, ce gigantesque complexe sidérurgique à la mode libérale n'arrivera jamais à atteindre la production des années glorieuses du secteur public. Et le comble est qu'on ajouta à M. Mittal, qui n'a rien amélioré à El-Hadjar, la mine de fer de l'Ouenza, nationalisée dans la ferveur révolutionnaire un certain 6 mai 1966 !
L'autre mal qui a plongé notre économie dans le noir est l'importation. Nous n'importons pas pour satisfaire les besoins de notre peuple. Nous importons pour permettre à une véritable faune d'affairistes de faire sortir les devises gagnées au prix de la sueur et des
larmes ! On importe tout et n'importe quoi : de la terre de plantation, comme si les deux millions et quelques de kilomètres carrés ne suffisaient pas pour planter tout ce que l'on voulait ! On importe des pierres, du pain et même des croissants et de la pâtisserie ! Et le bon peuple ne comprenait toujours pas pourquoi l'Etat ne faisait pas barrage à ces pratiques. On l'aura compris en retard et grâce à «Algérie Part», entre autres : ceux qui ont le pouvoir de le faire, à quelques exceptions près, ont des enfants qui importent, importent...
Et il n'y a pas que cela. Cette importation érigée en système économique a eu des effets pervers sur la petite et moyenne industrie algérienne qui ne pouvait résister à la concurrence déloyale du textile chinois et des friandises turques. Du jus d'Arabie Saoudite acheté par le pays des agrumes, là où a été créée la clémentine, il y a de quoi devenir dingue ! En outre, cette importation massive a créé tout un système en amont qui repose sur l'informel, la triche aux impôts, l'enrichissement rapide, la paresse, etc. Un véritable terreau de l'islamisme affairiste. Il devient de plus en plus difficile de dénicher un ouvrier manuel car tous les jeunes qui ne sont pas au lycée ou à l'université ont ouvert des boutiques, parfois au détriment du confort familial en volant une pièce à la maison des parents pour y vendre n'importe quoi.
Les programmes sociaux et l'édification des infrastructures ont certes remodelé le paysage et permis de résorber partiellement la crise du logement. Mais là aussi, les sociétés nationales et les entreprises privées algériennes ont été les grandes absentes de ces chantiers titanesques. On importe même des ouvriers ! J'ai le souvenir d'une déclaration d'un ministre de l'Habitat qui justifiait la présence des entreprises chinoises par le fait qu'il n'y avait pas de grande société algérienne capable de construire des milliers de logements. Qui a détruit la puissante DNC et qui a anéanti Sonatiba, deux sociétés qui comptaient des dizaines de milliers de travailleurs ?
Aujourd'hui qu'il n'y a plus d'argent, l'espoir ne viendra ni des bureaucrates ni de l'oligarchie. Il viendra des révolutionnaires. C'est une situation qui commande des mesures révolutionnaires. S'opposer aux vampires du FMI et de la Banque mondiale en imprimant du dinar en surplus en est une. Mais il y a de l'argent à gagner en faisant payer les riches, en réduisant les frais de l'Etat, en abandonnant les chantiers de prestige, en arrêtant de construire des trottoirs dans les douars et les ronds-points, en stoppant la folie des tramways partout, en puisant l'argent dans l'économie informelle qui échappe à tout contrôle bancaire ou fiscal ; bref, en arrêtant la gabegie et les mesures électoralistes pour s'acheminer essentiellement vers l'investissement productif !
Et en réduisant l'importation à l'essentiel ! La banane ? Les produits de luxe ? Nous sommes les survivants des «pénuries» de l'époque socialiste. Nous n'en sommes pas morts ! Nous sommes la génération qui a porté l'espérance de vie des Algériens de 48 ans à l'indépendance à 78 il y a quelques années ! Nous sommes la preuve vivante que l'on peut non seulement vivre avec l'essentiel, mais que l'on se porte mieux sans les méfaits du colonialisme et... les saloperies superflues importées !
M. F.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.