153 000 candidats en course    Le procès Hamel reporté au 24 novembre    Atmane Mazouz auditionné dans le fond    Des condamnations et des relaxes    Fethi Ghares, l'homme de gauche adroit    Un marché hebdomadaire pour les femmes à Boudjima    La Creg réunit les associations des consommateurs de l'Est    Alger ferme    L'Unep plaide pour la création d'une agence des participations de l'Etat    Le Soudan suspendu de toutes les activités    Christopher Ross épingle le Maroc    Lamamra fustige l'approche sécuritaire des Européens    JSK-ESS à l'affiche, le tenant du titre à l'épreuve du CSC    Ultimes révisions avant la finale Algérie-Burkina Faso    La foire des mots !    Stambouli touchera une indemnité de 20 000 euros    Des centaines de personnes sauvées par l'ANP    Le corps de l'avocat Zitouni Mehdi retrouvé    Les syndicats de l'éducation réclament du concret    Le roman Lettre d'un inconnu de Youssef Bendekhis primé    Une opportunité pour les jeunes réalisateurs algériens    Afghanistan : Le ministre fils du mollah Omar se montre pour la première fois    Des femmes luttent seules, en silence et sans moyens    Plus de 374 kg de viande blanche impropre à la consommation saisis    De la surfacturation à la sous-facturation !    Pour la plantation de 50.000 arbustes avant la fin de l'année: Lancement hier de la grande campagne de reboisement    Aïn El Kerma: Exhumation des restes de trois corps de martyrs    Reportage - Tiaret Sur les pas d'Ibn Khaldoun    Un ultimatum fixé à Solskjaer    Inauguration imminente    Le MDN organise un colloque historique    L'artisanat des idées    Quand les Algériens s'en mêlent    Gifles au Roi    Prolongation du couvre-feu jusqu'à fin 2021    La Baraka du baril    5 décès et 79 nouveaux cas en 24 heures    Enfin des logements pour les sinistrés    Cette patate qui menace la République    Tebboune procède à 4 nouvelles nominations    Tebboune présente ses condoléances    Suite et pas fin    «Préservons notre mémoire!»    «La vie d'après» en route    Un facteur de développement durable    "COMME UN MIROIR BRISE"    La distribution d'essence peine à redémarrer    Le rêve d'Ali Zamoum et de Kateb Yacine revisité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mort de poissons sur les berges du barrage de Tilesdit
BOUIRA
Publié dans Le Soir d'Algérie le 18 - 08 - 2021

Depuis trois jours, des vidéos et des images de poissons morts sur les berges du barrage Tilesdit, à 15 kilomètres au sud-est de Bouira, faisaient le tour de la Toile et chacun y allait de sa propre explication. Il est vrai que, à première vue, c'est tout logiquement que les commentateurs se penchent vers la thèse de la pollution du barrage.
Cependant, pour avoir plus de précisions sur ce sujet, nous nous sommes rapprochés hier de la Direction des ressources en eau de Bouira. Là, le directeur M. Abdelkrim Smail nous dira d'emblée que selon les premières conclusions, il s'agirait du problème de températures enregistrées ces derniers jours et particulièrement, à cet endroit précis, à savoir Taourirt Amar, une sorte de cuvette ; un lit d'oued où les eaux du barrage sont très superficielles, — à peine 1,5 m de profondeur — après la baisse du volume d'eau du barrage Tilesdit. De ce fait, les poissons qui y vivent, spécialement la carpe, se sont retrouvés comme piégés par ces hautes températures qui ont raréfié l'oxygène libre que le poisson respire habituellement dans l'eau qui s'y incruste depuis l'air ambiant. Et les poissons qui y vivent habituellement dans cet endroit peu profond, seraient morts par asphyxie.
D'ailleurs, pour étayer leurs conclusions, les mêmes responsables rappellent que ce phénomène a été observé dans un seul endroit, à savoir Taourirt Amar, là où les eaux sont presque superficielles et les cours d'eau qui avaient habitude de créer les échanges et le barbotage naturel qui encourage les échanges d'oxygène existant dans l'air avec ces eaux, sont tous à sec. Et avec les hautes températures qui avaient sévi ces derniers jours, les eaux ont atteint des températures excessives qui ont étouffé les poissons dans leur milieu naturel.
En toute état de cause, et toujours selon le premier responsable des ressources en eau, des échantillons devaient être envoyés par le biais des Directions de l'environnement et celle des services agricoles vers des laboratoires spécialisés afin de déterminer avec exactitude les véritables causes de ces mortalités.
Pour notre part, et juste après cette entrevue, nous nous sommes déplacés vers le lieu indiqué, situé en amont du barrage Tilesdit, au lieudit Taourirt Amar relevant de la commune d'El Esnam et à quelque 8 kilomètres de la digue du barrage Tilesdit. Sur place, nous avons effectivement retrouvé une multitude de poissons qui jonchaient les berges, et la présence, somme toute normale de milliers d'échassiers ; des cigognes, des mouettes, des goélands, des poules d'eau, qui semblaient se délecter de ce festin providentiel que Dame Nature leur a offert.
En parcourant ces berges, nous avons remarqué la présence d'un poisson vivant qui nageait en toute aisance ; comme pour nous dire que la thèse de la pollution est à écarter. Il est vrai qu'hier, les températures étaient beaucoup plus clémentes, et l'eau était même fraîche. Nous étions loin des températures caniculaires de ces dix derniers jours où le mercure frôlait ou dépassait les 50°C sur ces mêmes berges, très exposées et sans un soupçon d'ombre.
Y. Y.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.