153 000 candidats en course    Le procès Hamel reporté au 24 novembre    Atmane Mazouz auditionné dans le fond    Des condamnations et des relaxes    Fethi Ghares, l'homme de gauche adroit    Un marché hebdomadaire pour les femmes à Boudjima    La Creg réunit les associations des consommateurs de l'Est    Alger ferme    L'Unep plaide pour la création d'une agence des participations de l'Etat    Le Soudan suspendu de toutes les activités    Christopher Ross épingle le Maroc    Lamamra fustige l'approche sécuritaire des Européens    JSK-ESS à l'affiche, le tenant du titre à l'épreuve du CSC    Ultimes révisions avant la finale Algérie-Burkina Faso    La foire des mots !    Stambouli touchera une indemnité de 20 000 euros    Des centaines de personnes sauvées par l'ANP    Le corps de l'avocat Zitouni Mehdi retrouvé    Les syndicats de l'éducation réclament du concret    Le roman Lettre d'un inconnu de Youssef Bendekhis primé    Une opportunité pour les jeunes réalisateurs algériens    Afghanistan : Le ministre fils du mollah Omar se montre pour la première fois    Des femmes luttent seules, en silence et sans moyens    Plus de 374 kg de viande blanche impropre à la consommation saisis    De la surfacturation à la sous-facturation !    Pour la plantation de 50.000 arbustes avant la fin de l'année: Lancement hier de la grande campagne de reboisement    Aïn El Kerma: Exhumation des restes de trois corps de martyrs    Reportage - Tiaret Sur les pas d'Ibn Khaldoun    Un ultimatum fixé à Solskjaer    Inauguration imminente    Le MDN organise un colloque historique    L'artisanat des idées    Quand les Algériens s'en mêlent    Gifles au Roi    Prolongation du couvre-feu jusqu'à fin 2021    La Baraka du baril    5 décès et 79 nouveaux cas en 24 heures    Enfin des logements pour les sinistrés    Cette patate qui menace la République    Tebboune procède à 4 nouvelles nominations    Tebboune présente ses condoléances    Suite et pas fin    «Préservons notre mémoire!»    «La vie d'après» en route    Un facteur de développement durable    "COMME UN MIROIR BRISE"    La distribution d'essence peine à redémarrer    Le rêve d'Ali Zamoum et de Kateb Yacine revisité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sale temps pour les activistes de Rachad
LA JUSTICE ESPAGNOLE DECIDE D'EXTRADER MOHAMED ABDALLAH
Publié dans Le Soir d'Algérie le 22 - 08 - 2021

Les mandats d'arrêt lancés par l'Algérie trouvent écho. Abou Dhabi et Madrid ont déjà accédé à des demandes algériennes d'extradition au moment où d'autres opérations similaires se préparent ailleurs.
Abla Chérif - Alger (Le Soir) - Un sale temps court aussi et particulièrement pour les militants d'organisations classées terroristes par l'Algérie. L'opinion suit d'ailleurs avec un grand intérêt ce qui se déroule à la fois en Espagne et à Londres où des symboles du mouvement Rachad font face aux lois implacables de ces pays. L'affaire a commencé il y a une semaine au Pays basque, cette région où un ex-sous officier de la Gendarmerie nationale s'était réfugié en 2018. Mohamed Abdallah a le statut de déserteur, il revendique ouvertement ses liens avec Larbi Zitout, responsable de Rachad, et affirme, dans certaines de ses vidéos, être très attiré, très sensible au discours des chefs de tous ces groupes très actifs sur les réseaux sociaux. Ce déserteur s'est aligné sur le discours déstabilisateur, prône ouvertement le discours de Rachad et ne nie pas avoir fourni à cette organisation des informations sensibles et classées secrètes. Après trois années de séjour sur le sol espagnol, Mohamed Abdallah a fini par être rattrapé par le mandat d'arrêt international lancé le 21 mars dernier par le tribunal de Bir-Mourad-Raïs. Assisté par deux avocats, il a tout tenté pour échapper à la mise en place du processus d'extradition mais il a fini par être arrêté, transféré à Barcelone et conduit vers un centre de détention pour immigrés en situation irrégulière dans l'attente de son extradition avalisée par la justice espagnole.
Ce vendredi 20 août, le ministère de l'Intérieur espagnol a signé, en fin de journée, un décret ordonnant l'expulsion du mis en cause. Son extradition est imminente, a fait savoir son avocate au responsable de Rachad, désemparé par la tournure prise par les événements et vraisemblablement eux-mêmes en proie à de sérieux ennuis avec les autorités britanniques. Zitout a reçu la visite de policiers alors qu'il se trouvait en plein live qu'il reprenait moins d'une heure après l'interruption pour affirmer avec aplomb que ces agents s'étaient déplacés pour l'informer qu'il encourt un danger imminent. Il affirme également avoir refusé de les suivre mais qu'ils seraient certainement de retour le lendemain. Hier, une vidéo le montrait encerclé par trois policiers alors qu'il tentait de manifester dans la rue contre l'extradition de son agent, Mohamed Abdallah. Larbi Zitout ne bénéficie visiblement plus de la liberté de mouvement dont il jouissait jusque-là.
Il faut savoir que son nom figure parmi le groupe de personnes contre lesquelles un mandat d'arrêt international a été lancé le 21 mars dernier. Les mis en cause ne sont autres que Aboud Hichem, Boukhors Amir et Mohamed Abdallah, tous poursuivis pour appartenance «à une organisation terroriste visant à nuire à la sécurité de l'Etat et à porter atteinte à l'unité nationale, financement d'un groupe terroriste et blanchiment d'argent».
Il faudra certainement attendre encore pour connaître la suite de ces mystérieux allers et retours de la police britannique au domicile du responsable de Rachad, qui trouve, visiblement, grand-peine à soutenir concrètement son agent et limite sa solidarité à des appels au soutien à Mohamed Abdallah. La question qui se posait hier était de savoir si la «mobilisation» qui s'est mise en place pour l'annulation de l'extradition de l'ex-sous-officier de la Gendarmerie nationale pouvait porter ses fruits ? Des sources qui suivent de très près l'évolution du dossier insistent sur «l'indépendance de la justice espagnole et des magistrats qui ont pris cette décision (...) même si la tutelle a été saisie, elle ne peut pas interférer dans la décision des juges, l'Espagne est un pays souverain qui agit en fonction de ses intérêts».
Pour rappel, le 28 juin dernier, Brahim Laâlami, activiste proche de Rachad, a été extradé d'Espagne et remis aux autorités algériennes.
A. C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.