Une légende du Milan AC encense Bennacer    Burkina Faso - Malo : "Je ne vois pas pourquoi je devrais trembler face à l'Algérie"    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    La Libye organise son premier forum sur la sécurisation des élections    "Notre monde est loin d'être parfait"    Cour de Blida : le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    Détention provisoire prolongée pour Fethi Ghares    Zerouati en colère contre le bureau fédéral    Nadjib Amari rejoint officiellement le CR Belouizdad    Les syndicats de l'Education sceptiques    Un sujet d'une brûlante actualité    Deux ouvrages sur le 17 Octobre 1961 réédités en France    Tribunal de Sidi M'hamed : report au 15 novembre du procès de l'ancien ministre Mohamed Hattab    Salon national des arts plastiques Tikjda de Bouira : Un carrefour de rencontres intergénérationnelles    L'éthiopienne Gidey pulvérise le record du monde    L'Algérien Yacine Chalel 24e sur l'Omnium    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Le Royaume-Uni bat en brèche les thèses marocaines    Les deux vaccins recommandés par les spécialistes    Volaille et légumes en terrine    Cours de soutien : un phénomène qui prend de l'ampleur    Le Maroc menace le journal français l'Humanité    L'ALC demande que la présidence du Conseil souverain soit confiée à des civils    Intempéries dans la capitale : Une femme emportée par les crues, et une autre portée disparue    AG de l'UNAF : Amara élu vice-président    Projet de loi de finances 2022 : Le prix référentiel du baril fixé à 45 dollars    Barça : Koeman chahuté par les supporters après le Clasico (Vidéo)    Suppression des modalités de retard de paiement des cotisations: La CNAS lance une campagne de sensibilisation    Chlef: Les assurances du directeur de l'ANADE    Tebboune préside l'ouverture de l'année judiciaire: Accorder au pouvoir judiciairela place qui lui sied    Pain et imaginaire populaire    L'escalade du ciel et les contradictions    Du pain en temps de paix...    Il sera présenté les 16 et 17 novembre à l'institut Cervantès d'Oran: Un annuaire sur l'évolution de l'espagnol en Algérie durant les 30 dernières années    115 Listes de candidatures déposées    Le FLN a 67 ans    La faillite des agendas d'outre-mer    «Startupeurs, nous sommes avec vous»    Chasse aux dealers    Ce que risque le maire    Et si l'Algérie s'y mettait?    Plus d'une quinzaine de conférences et workshops y seront organisés.    Le jour où la Chine retrouva l'ONU    L'ambassadeur Sofiane Mimouni reçu par Antonio Guterres    "Nous ne parlons du salaire que par rapport au pouvoir d'achat"    La riposte de la rue...    Concert de musique chaâbie avec Hakim Bouzourene    Concours de la langue coréenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Paroles, paroles
Publié dans Le Soir d'Algérie le 25 - 08 - 2021

La guerre en Afghanistan prend une nouvelle tournure, l'Europe se transforme en théâtre des opérations. Le Congrès américain aussi, il veut clouer au pilori un Président qui n'a pas encore bouclé une année à la tête du pays. A priori, cela se comprend au vu des pertes sèches (un milliard de dollars) pour en découdre, en vain, avec les Talibans déterminés à prendre leur revanche, après qu'ils eurent été chassés du pouvoir, il y a vingt ans. À défaut de garder le « paradis perdu », l'on s'y met en chœur à diaboliser plus que de mesure ces Talibans de malheur. Tout le monde s'y met : hommes politiques, hommes de science, spécialistes, hommes de médias. Doux aveu de Joe Biden : «Nous n'avons pas réussi à changer la société afghane.» «L'Afghanistan dans les griffes des Talibans !», voilà pour rester dans le discours ambiant. Mais d'abord, un point d'ordre, flanquer aux Talibans le nom de mollah ? Ce titre s'applique plutôt aux chiites, c'est le cas de l'Iran, ce vocable n'est pas valable chez les Talibans qui sont sunnites. Dans le rite malékite-sunnite, c'est l'imam qui conduit la prière des croyants et règle, au plan juridique, les litiges sur la base de la Charia.
L'islam sunnite exclut tout intermédiaire entre Dieu et le fidèle qui a le loisir de s'adresser directement à Lui. Dans la hiérarchie chiite (en Occident, l'on parle de clergé !), le mollah s'octroie ce rôle d'intermédiaire. Ceci étant dit, la littérature occidentale, à propos de cette guerre perdue dans ce pays aride et montagneux, n'est pas exclusivement d'ordre militaire. C'est toute la vision du monde que les Occidentaux se sont construite qui explose. Les clameurs qui ont suivi la débâcle sont-elles pour autant justifiées par la crainte de voir les pauvres Afghans livrés au purgatoire talibanais ? N'ayons pas peur d'extrapoler : les maîtres d'aujourd'hui, coalisés dans l'Organisation du Traité de l'Atlantique du Nord (OTAN), voient les autres pays à travers leurs propres prismes.
Hier comme aujourd'hui, oubliant du coup qu'ils n'ont pas affaire à l'homme du Neandertal. Toutes les entreprises de colonisation et de domination finissent de la même manière. Elles laissent derrière elles un pays exsangue, en ruine où tout est à reconstruire. Paradoxalement, les envahisseurs seraient venus pour faire du bien, à les croire. Ils oublient que nous sommes entrés de plain pied dans le vingt et unième siècle où tout se sait, où tous les peuples aspirent à l'émancipation matérielle et spirituelle dans le sens de la libre jouissance des libertés. Encore une fois, ils n'ont rien compris à ces peuples qu'ils subjuguent, asservissent. Quelle formidable hypocrisie de les voir déverser des larmes de crocodile devant les malheurs qui attendraient la femme afghane. Quelle fantastique mise en scène de cette noria d'avions gros porteurs, mobilisés pour des «raisons strictement humanitaires», avance-t-on ; les femmes et les enfants d'abord ! N'est-ce pas que la fin de la guerre, c'est la continuation de la politique par d'autres moyens ? La propagande médiatique est dans son rôle, mettant en scène des images chocs, les plus affligeantes dont le but est de transformer une défaite en victoire. Mais rien ne saurait cacher les catastrophes humanitaires là où l'aventure militaire a pris le meilleur sur une coopération «win-win», dans une hypothétique fraternité. Mais non, les démons impérialistes l'entendent autrement et ne reculent devant rien pour récidiver. Un mauvais élève, décidément.
Brahim Taouchichet


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.