Une légende du Milan AC encense Bennacer    Burkina Faso - Malo : "Je ne vois pas pourquoi je devrais trembler face à l'Algérie"    "LE MAROC EST ALLE TROP LOIN..."    La Libye organise son premier forum sur la sécurisation des élections    "Notre monde est loin d'être parfait"    Cour de Blida : le verdict final dans l'affaire Hamel et Berrachedi rendu le 7 novembre    Détention provisoire prolongée pour Fethi Ghares    Zerouati en colère contre le bureau fédéral    Nadjib Amari rejoint officiellement le CR Belouizdad    Les syndicats de l'Education sceptiques    Un sujet d'une brûlante actualité    Deux ouvrages sur le 17 Octobre 1961 réédités en France    Tribunal de Sidi M'hamed : report au 15 novembre du procès de l'ancien ministre Mohamed Hattab    Salon national des arts plastiques Tikjda de Bouira : Un carrefour de rencontres intergénérationnelles    L'éthiopienne Gidey pulvérise le record du monde    L'Algérien Yacine Chalel 24e sur l'Omnium    «Empêcher les tenants de l'argent sale d'infiltrer les élections»    Le Royaume-Uni bat en brèche les thèses marocaines    Les deux vaccins recommandés par les spécialistes    Volaille et légumes en terrine    Cours de soutien : un phénomène qui prend de l'ampleur    Le Maroc menace le journal français l'Humanité    L'ALC demande que la présidence du Conseil souverain soit confiée à des civils    Intempéries dans la capitale : Une femme emportée par les crues, et une autre portée disparue    AG de l'UNAF : Amara élu vice-président    Projet de loi de finances 2022 : Le prix référentiel du baril fixé à 45 dollars    Barça : Koeman chahuté par les supporters après le Clasico (Vidéo)    Suppression des modalités de retard de paiement des cotisations: La CNAS lance une campagne de sensibilisation    Chlef: Les assurances du directeur de l'ANADE    Tebboune préside l'ouverture de l'année judiciaire: Accorder au pouvoir judiciairela place qui lui sied    Pain et imaginaire populaire    L'escalade du ciel et les contradictions    Du pain en temps de paix...    Il sera présenté les 16 et 17 novembre à l'institut Cervantès d'Oran: Un annuaire sur l'évolution de l'espagnol en Algérie durant les 30 dernières années    115 Listes de candidatures déposées    Le FLN a 67 ans    La faillite des agendas d'outre-mer    «Startupeurs, nous sommes avec vous»    Chasse aux dealers    Ce que risque le maire    Et si l'Algérie s'y mettait?    Plus d'une quinzaine de conférences et workshops y seront organisés.    Le jour où la Chine retrouva l'ONU    L'ambassadeur Sofiane Mimouni reçu par Antonio Guterres    "Nous ne parlons du salaire que par rapport au pouvoir d'achat"    La riposte de la rue...    Concert de musique chaâbie avec Hakim Bouzourene    Concours de la langue coréenne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le pétrole se reprend, mais le doute persiste
Après une baisse de 7% sur une semaine
Publié dans Le Soir d'Algérie le 25 - 08 - 2021

Après une semaine de doute, alimentée surtout par les interrogations au sujet de la demande à court terme, les prix du pétrole se sont vigoureusement repris à la reprise du marché, lundi, en gagnant près de 5% d'un trait. Pour autant, les craintes ne se sont pas encore dissipées, loin de là.
Les investisseurs ont profité des cours bas, tout au long de la journée de lundi, pour acheter du pétrole en quantité, afin de se placer plus tard sur le marché avec comme perspective immédiate, une remontée des prix et, ainsi, en tirer un profit maximum. Une attitude spéculative qui a eu son effet tout au long de la journée de réouverture du marché, lundi, après les sept précédentes séances lors desquelles le pétrole a accusé des pertes tel qu'il n'en a plus vu depuis trois mois environ.
À l'issue de la séance de vendredi dernier donc, les prix avaient bouclé une baisse totale de 7% sur la semaine.
Des glissements dans les prix dus principalement à l'inquiétude suscitée par le variant Delta du Covid-19 principalement. Lundi, à l'issue de la séance de reprise du marché, le baril de Brent a bouclé à 68,75 dollars, en hausse de 5,47% par rapport à son prix à la fermeture de vendredi dernier. Sur le marché new-yorkais, le baril de WTI en a fait de même en améliorant son prix de 5,32% pour être cédé 65,64 dollars.
L'autre facteur ayant tiré les prix vers le haut de façon presque aussi déterminante que le risque pris par les investisseurs, lundi, les analystes de l'ensemble pratiquement des cabinets spécialisés mettent en avant la tendance à la baisse de la valeur du dollar américain, d'une part, et le calme revenu sur le front de la pandémie en Chine après un mois de restrictions drastiques sur les mouvements, d'autre part.
Il faut noter, en effet, que la Chine, premier importateur mondial de pétrole brut, n'a signalé aucun cas local de Covid-19 après plusieurs semaines de blocages localisés et de suspension des services de transport public et des vols, qui ont eu un impact négatif sur la demande de carburant. Selon des spécialistes aux Etats-Unis, le retour de flamme sur le marché pétrolier n'a été que «technique», et cela ne devrait permettre aux prix de maintenir la tendance affichée lundi, que dans un court laps de temps.
Chez la plupart des analystes, les données quant à la demande à court terme, notamment celles affichées par l'Agence internationale de l'énergie (AIE), continuent encore de résonner, surtout que la propagation du variant Delta demeure importante dans de nombreux pays comptant parmi les plus gros consommateurs de pétrole. En fait, une des clés de l'avenir immédiat du marché, c'est le groupe Opep+ qui la détient, qui décide d'augmenter la production, donc diminuer les quotas de réduction des membres, ou qu'il prenne le parti de la prudence encore une fois, c'est-à-dire, maintenir les coupes de production telles qu'elles ont été déterminées jusqu'à la fin de l'année en cours.
On rappelle que les 23 membres de l'alliance s'étaient entendus, vers la mi-juillet dernier, sur une augmentation de la production de 400 000 barils par jour, ayant pris effet à partir du mois courant, jusqu'à la fin de l'année, «afin de contribuer à alimenter la reprise économique mondiale, alors que la pandémie s'atténue».
Ceci avant de se retrouver en décembre prochain pour une réunion destinée à «évaluer l'évolution du marché». L'accord scellé péniblement stipule également que la date limite de plafonnement de la production n'est plus avril 2022, mais la fin de la même année.
Ainsi, l'Opep+ avait décidé, au grand désarroi des Etats-Unis, du moins l'Administration Biden, de continuer à ouvrir de façon très prudente les vannes malgré la remontée des prix.
Azedine Maktour


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.